PSG/OL : la méthode qatarie face au système Aulas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
PSG/OL : la méthode qatarie
face au système Aulas
©

Foot duel

PSG/OL : la méthode qatarie face au système Aulas

Paris et Lyon s'affrontent ce mercredi soir au Parc des Princes en quarts de finale de la Coupe de France. Un match qui scellera peut-être la passation de pouvoirs entre les deux clubs français.

Philippe David

Philippe David

Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.

Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux éditions de l'Ixcéa, qui retrace les deux premières années de présidence Sarkozy et  "De la rupture aux impostures", Editions du Banc d'Arguin (9 avril 2012). 

Voir la bio »

PSG-Lyon…Le duel de ce mercredi soir qui va opposer le club de la capitale tout court à celui de la capitale des Gaules sera peut-être le match de la passation de pouvois entre le PSG et l’Olympique Lyonnais, le début de l’ère parisienne et la fin définitive de l’ère lyonnaise. Le classement du championnat ne fait désormais plus de doute : le champion sera cette année parisien ou pailladais et il faudrait un miracle pour que l’OL arrive à accrocher la 3e place synonyme de tour préliminaire de la Ligue des Champions.

Il est bien loin le Lyon dominant des années 2000 qui avait réussi l’exploit d’arracher 7 titres consécutifs de champion de France de 2002 à 2008. Malgré cette réussite insolente sur le plan national, l’Olympique Lyonnais n’a jamais réussi à accrocher le cœur des français, certainement à cause du maigre bilan du club rhodanien en coupe d’Europe qui a réussi comme meilleure performance une place en demi-finale de la Ligue des Champions.

Depuis 2007 et la nomination de Claude Puel comme manager général du club, l’OL n’a plus gagné le moindre trophée, fût-ce une médaille en chocolat appelée Coupe de la Ligue…

Claude Puel a été remplacé l’été dernier par Rémi Garde et on ne peut pas dire que les performances soient au rendez-vous depuis : l’OL a en effet été éliminé en 8e de finale de la Ligue des Champions par l’Apoël Nicosie après deux prestations indigentes et le titre est d’ores et déjà envolé. Ne restent que la Coupe de France, et le duel de ce soir contre Paris, et la Coupe de la Ligue dont la finale l’opposera à l’autre Olympique, celui de Marseille. Bref une saison de plus à oublier entre Rhône et Saône…

Gestion hasardeuse des achats de joueurs

Si Lyon en est là, c’est à cause d’une gestion hasardeuse avec des achats de joueurs moyennant des sommes jamais justifiées (Gourcuff, Makoun, Keita, Cissokho, Bodmer etc…) et des ventes de joueurs à prix bradé comme Benzema qui fait aujourd’hui les beaux jours de la "Casa Blanca" du Real Madrid. Aujourd’hui, la seule star du club s’appelle Lisandro Lopez, le club alignant souvent des joueurs finissants comme Cris et n’ayant plus LE joueur capable de faire la différence comme Juninho.

A Lyon, le manager général, Bernard Lacombe, n’est là qu’à titre consultatif, tout étant décidé par le patron du club : Jean-Michel Aulas.

Face à ce constat d’échec après une période de gloire, la stratégie du PSG version qatarie n’a rien à voir. Le club parisien a un manager général, Leonardo, qui décide et un actionnaire qui dégaine le chéquier chaque fois que le besoin se fait sentir. On peut d’ores et déjà supposer que les 42 millions d’euros dépensés pour acheter Pastore ne sont qu’un amuse-gueule avant le marché de l’été prochain. On parle déjà des arrivées de Pato ou Cavani sur les bords de la Seine. Désormais, Lyon n’est plus le seul club à avoir les moyens d’acheter des grands joueurs dans la Ligue 1, le club de Jean-Michel Aulas étant dans ce domaine surpassé par la puissance financière des Qataris et ce ne sont pas les retards accumulés dans la construction du "Stade des Lumières" qui vont améliorer les choses… Des rumeurs bruissent sur l’arrivée éventuelle d’actionnaires saoudiens mais, Jean-Michel Aulas désirant rester le seul et unique patron du club, cette hypothèse relève de la gageure : on n’imagine pas des actionnaires déverser des millions pour ne décider de rien.

Si Paris bat Lyon ce soir, il ne restera comme dernier espoir de gagner un titre et une qualification en coupe d’Europe que la Coupe de la Ligue tandis que Paris pourra rêver d’un doublé "Coupe-Championnat". Avec 5 années sans titre ce serait bel et bien la fin définitive de l’ère lyonnaise et le début de l’ère parisienne. Le Lyon sera peut-être mort ce soir…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !