La privatisation serait plus efficace que l'austérité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les privatisations risquent de redevenir d’actualité en France.
Les privatisations risquent de redevenir d’actualité en France.
©Reuters

Revue d'analyses (financières)

La privatisation serait plus efficace que l'austérité

Dans l’œil des marchés : Dominique Trenet, stratégiste dans une société de gestion indépendante, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers les plus en vue du marché de la semaine.

Dominique Trenet

Dominique Trenet

Dominique Trenet est stratégiste dans une société de gestion indépendante

Chaque semaine, il réalise pour Atlantico une synthèse des opinions les plus significatives sur l’évolution de la crise que nous sommes en train de vivre.

Voir la bio »

Les privatisations risquent de redevenir d’actualité en France. L’État est encore actionnaire principal ou secondaire de nombreuses entreprises et organismes publics et para-publics. D’après Dominique Comolli le Commissaire aux participations de l’État, la valorisation de ce portefeuille ressort pour les entreprises cotées à 69Md€. L’Etat est encore notamment présent dans la défense avec EADS (15%), Safran (39%), Thalès (27%), GIAT Industries ; l’énergie avec EDF (75%), GDF Suez (37%) ; les transports avec Air France-KLM (15%), Aéroports de Paris (100%), RATP (100%), SNCF (100%), les télécommunications avec France Télécom (13%). Il faut y ajouter La Poste, La Française des Jeux ainsi que de nombreux bâtiments publics (Nicolas Lecaussin IREF 16/09/2011)

La France souffre d’anosognosie collective nous explique Serge Federbusch du Parti des Libertés sur Atlantico le 19/10/2011. Cette maladie consiste à ne plus réaliser qu’on est atteint d’une maladie. La victime n’a plus conscience de son désarroi. François Hollande aurait fait le bon diagnostic puisque pendant la campagne des primaires il a tenu un discours adapté à cet état pathologique. La crise économique paraissait étrangement absente dans ses propos. Les maux dont souffre la France viendraient du fait qu’elle n’est pas dirigée par la bonne personne. Sarkozy écarté tout s’arrangera. On est dans la réalité ré-enchantée et puis en disant cela, on ne peut pas être accusé de mensonge, puisqu’on avoue faire rêver. . C’est la quadrature de l’abdication, l’anosognosie collective…

La BCE n’a pas fait son travail selon Frédéric Leroux gérant chez Carmignac. La seule réponse non orthodoxe qu’elle a apportée a été d’acheter de la dette italienne et espagnole, mais pas suffisamment, car cela n’a pas empêché la diffusion du stress. Il est inquiet sur les indicateurs français qui sont selon lui mal orientés et préoccupé par les ratés du moteur allemand, qui à son tour montre des signes de faiblesse.

Angela Merkel refuse tout ce qui pourrait permettre d’apporter une solution à la crise. Anatole Kaletsky du bureau de recherche GaveKal ,fait remarquer que les deux solutions proposées par la France, création d’Eurobonds et augmentation des interventions de la BCE sur la dette des pays souverains en difficulté ont été rejetées par la Chancelière allemande. Il est persuadé que le système qui sera mis en place ne convaincra pas les marchés. La voie du rehausseur de crédit type Ambac, MBIA, ACA, FSA consiste à cautionner des véhicules de titrisation en leur permettant d’emprunter à un coût moins élevé. Elle a été un échec spectaculaire aux États-Unis, la piste du Special Purpose Vehicle (SPV) est celle qui avait été empruntée en 2007 par de nombreux établissements notamment Citigroup, Bear Stearns et Lehman Brothers. Ces deux derniers établissements ont fait faillite. Si une combinaison des deux systèmes était retenue on pourrait se retrouver dans une situation à la AIG qui avait nécessité en 2008 une injection de 85 Md$ par le Trésor américain…

L’idée d’une recapitalisation de l’Europe par les pays émergents est tout à fait naïve a écrit cette semaine Chris Wood, stratégiste de CLSA à Hong Kong. Imaginer que des pays encore pauvres, sans véritable système de retraite et pratiquement sans protection sociale pourraient sauver des pays perclus de dettes par l’état providence ne tient pas la route…

La Deutsche Bank a une exposition sur les casinos de Las Vegas de 4,9Md$ presque aussi importante que celle sur les pays du sud, nous apprend Matthew Garrahan du Financial Timesdans dans son article du 17/10/2011. Son papier a particulièrement surpris, surtout en Allemagne, car Las Vegas est considéré en ce moment comme « le degré zéro de la crise économique ». La Deutsche Bank a réagi en montrant que cette information montrait que son portefeuille de crédit de 2500Md$ était bien diversifié ! » A…

Il n’y aura pas de Q3 aux Etats-Unis, sauf si l’Europe explose. Tel est l’avis de Bob Doll, Chief Equity Strategist de BlackRock, la plus grande société de gestion du monde. Deux candidats aux primaires républicaines vont fortement influencer le débat de l’année prochaine sur les élections présidentielles américaines. Selon Harper’s Magazine dans un article « Les sous du paradis : comment la conception mormone de l’économie façonne le parti républicain » Ils expliquent que la doctrine de leur église consiste à refuser l’intervention de l’État, se méfier des dettes et de glorifier l’esprit d’entreprise et l’accumulation des richesses.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !