Présidentielle 2017 : pourquoi Juppé pense que cette fois-ci, c'est son tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Alain Juppé croit en ses chances pour 2017.
Alain Juppé croit en ses chances pour 2017.
©Reuters

Confidentiel

Présidentielle 2017 : pourquoi Juppé pense que cette fois-ci, c'est son tour

Le maire de Bordeaux Alain Juppé n'a jamais autant cru en ses chances d'être élu président de la République en 2017, et ce pour plusieurs raisons.

L'ex premier ministre de Jacques Chirac n'a jamais autant cru en ses chances d'être élu président de la République qu'aujourd'hui, alors qu'il aura dépassé la barre fatidique des 70 ans en 2017. Et ce, pour plusieurs raisons :

- Selon l'un de ses anciens ministres qui est resté en contact régulier avec lui, "Juppé apparait comme un recours bien qu'il soit en activité. C'est un statut inédit et très confortable."

- Alain Juppé va triompher lors des municipales à Bordeaux, sans doute dès le premier tour, ce qui lui conférera une position de force à droite. 

- Certains candidats potentiels aux primaires tel que Bruno Le Maire pensent déjà à se rallier à celui qui fait figure désormais de chouchou des sondages. "Le Maire n'a jamais oublié que Juppé l'avait beaucoup poussé pour Bercy en 2011 et que Sarkozy lui a finalement préféré François Baroin", se souvient un proche de l'ex-ministre de l'Agriculture*.

- Bayrou qui a renoncé à la présidentielle de 2017 apportera son soutien à "son ami Alain" le moment venu, d'autant que Juppé l'a aidé à Pau pour que "son ami François" gagne la mairie.

- De bonne source, Juppé, contrairement à Fillon, s’accommode très bien d'avoir Copé à la tête de l'UMP et n'éprouve aucune envie de putsch avant le congrès de 2015. Car Copé, au yeux du maire de Bordeaux, possède le triple avantage de haïr Fillon, d'être déçu de Sarkozy et de figurer parmi les personnalités de droite les plus impopulaires...

Au bout du compte, Alain Juppé espère isoler politiquement un Nicolas Sarkozy enseveli sous les affaires en tente par les affaires avec un grand "A", autrement dit le business à haut niveau avec comme partenaire la monarchie qatarie qui rêve de le recruter officiellement. Quant à François Hollande, Juppé est convaincu qu'il n'en fera qu'une bouchée tant le chef de l'Etat semble, d'ores et déjà, démonétisé. Le "meilleur d'entre nous" saura-t-il s'imposer dans 3 ans comme le "premier d'entre nous" ?

* L'entourage de Bruno Le Maire nous fait préciser que malgré ses bonnes relations avec Alain Juppé, Bruno Le Maire n'a aucune intention de se rallier à lui comme il le lui a dit en novembre dernier. Ainsi, Bruno Le Maire entend porter ses idées jusqu'au bout.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !