Présidence de France Télévisions : François Hollande enclin à soutenir Marie-Christine Saragosse à la veille du dépôt des candidatures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Présidence de France Télévisions : François Hollande enclin à soutenir Marie-Christine Saragosse à la veille du dépôt des candidatures
©Reuters

Appui présidentiel

Présidence de France Télévisions : François Hollande enclin à soutenir Marie-Christine Saragosse à la veille du dépôt des candidatures

Les chances de Delphine Ernotte-Cunci semblant s'amenuiser, la président de la République appuierait donc la candidature de l'actuelle présidente de France Médias Monde.

Francis Tellé

Francis Tellé

Francis Tellé écrit sous pseudonyme et travaille dans les médias depuis une dizaine d'années. Bien informé sur les coulisses de la nomination du futur Président de France Télévisions, il détricote les stratégies d'influence mises en place en coulisse par les nombreux impétrants.

Voir la bio »

La course à la présidence de France Télévisions prend cette semaine une tournure particulière, avec l'annonce du suicide d'un collaborateur de France 3 Lorraine, le deuxième de cette chaîne à se donner la mort en deux ans, le sixième au sein du groupe France TV depuis 2010. Action, réaction, un CHSCT exceptionnel s'est vite réuni ce jeudi 19 mars pour évoquer les conséquences sociales des restructurations actuelles, mal vécues par des salariés parfois proches du "burn-out". 

La direction de France Télévisions a ressorti de ses archives le rapport d'expertise réalisé par le cabinet RH Emergences il y a un an déjà, et qui avait pointé avec gravité la démotivation collective des personnels de France Télévisions. Il ressortait alors que les salariés ne comprenaient plus le sens des efforts qu'on leur demandait, faute de stratégie d'entreprise claire. A l'époque, la première recommandation du cabinet Emergences était très claire : "définir et mettre en œuvre une conduite du projet, participative et collective". Message reçu cinq sur cinq par les candidats qui peaufinent leurs programmes en ce sens et qui cherchent surtout à rencontrer les leaders syndicaux de France TV pour nouer, à défaut d'une alliance politique, un pacte de non-agression. La violence avec laquelle ils ont reçu la candidature de Delphine Ernotte-Cunci a vacciné tous les autres. 

À propos de cette dernière, si elle ne s'est toujours pas officiellement déclarée candidate, cela ne fait aucun doute pour le sérail qu'elle le sera bien, ne serait-ce que parce que Stéphane Richard souhaite absolument lui trouver un nouveau point chute. L'origine de cette brouille entre le PDG et sa DG remonterait à l'époque de la mise en examen pour escroquerie en bande organisée du patron dans l'affaire Tapie, où elle manifesta assez ouvertement son intérêt pour la présidence d'Orange, sautant sur l'occasion avec un opportunisme qu'il a personnellement vécu comme un coup de couteau dans le dos. Mais sa candidature se complique avec ce nouveau suicide. Conscients du problème et sans animosité à son encontre, plusieurs membres du CSA se renseignent dans tout Paris pour essayer de mieux comprendre sa véritable implication dans le plan NeXT chez Orange. Interrogé par le producteur Djamel Bensalah sur les chances d'Ernotte-Cunci lors de la réception organisée par Julien Dray chez lui pour son soixantième anniversaire, François Hollande aurait lâché : « Demandez aux syndicats d'Orange ce qu'ils pensent d'elle ! »

Voyant les chances de Delphine Ernotte-Cunci s'échapper, François Hollande serait de plus en plus enclin à soutenir la candidature de Marie-Christine Saragosse, l'actuelle présidente de France Médias Monde (France 24, RFI...). Elle déposerait officiellement un dossier dans les jours à venir. Son programme aurait été élaboré par Arnaud Ngatcha, ex "Monsieur Diversité" de France Télévisions sous la présidence Patrick de Carolis et actuellement conseiller éditorial de Saragosse. 

Sur les rangs, on trouve aussi Cyrille du Peloux. Membre du comité de direction de Véolia, ancien de TF1, Paris Première et TPS, l'homme a pour lui son expérience des médias. Contre lui, son âge, puisqu'à 61 ans, il ne pourrait pas aller jusqu'à la fin de son mandat s'il est désigné, à moins de faire changer les statuts de France Télévisions. Il serait entouré de Cyril Viguier, fondateur de la cinquième, parti aux États-Unis après une plainte contre X déposée par sa chaîne pour escroquerie et détournement de fonds qui aboutira à un non-lieu en 2006. Ce dernier nous a fait savoir qu'il démentait "être impliqué dans une quelconque démarche de candidature à la présidence aux côtés de Monsieur Cyril du Peloux"

Alors que sa candidature était jugée assez peu probable il y a quelques semaines encore, le nom de Didier Quillot revient maintenant avec insistance. Le Canard Enchainé s'interroge sur sa réputation de manager peu en phase avec les coutumes du service public et dévoile qu'il aurait déjà ficelé un dossier de candidature de plus de 200 pages, sans en révéler la teneur. Dans la même veine, Pascal Josèphe, ancien de TF1, La Cinq, France 2 et France 3, compenserait un certain déficit de popularité par la qualité de son dossier. Seul bémol le concernant, son âge. A soixante ans passés, il devrait lui aussi partir en cours de mandat.

Christopher Baldelli, président du directoire de RTL, préparerait lui aussi sa candidature. Une candidature de nature plutôt politique en raison des liens qu'on lui prête à tort ou à raison avec la "Sarkopé connection". Il se serait rapproché de Thierry Thuillier, patron de France 2 et directeur de l'information de France Télévisions. 

Louis Dreyfus, président du Directoire du Monde, a lui aussi bouclé son dossier, mais attendrait l'accord formel de son actionnaire Xavier Niel pour y aller. 

Si les candidats peuvent déposer leur dossier depuis le 9 mars auprès du CSA, ils ne sont pour l'instant que deux à l'avoir fait : Serge Cimino, journaliste chez France 3 et Alexandre Michelin, directeur général de Microsoft MSN pour l'Europe. Deux candidatures dont l'envergure modeste ne devrait cependant pas peser bien lourd lors du choix du collège de Sages. Et face à un tel concert de candidatures, les chances du soliste Pfimlin remontent évidemment...        

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !