Pourquoi il n’y a aucune raison de continuer à entretenir la psychose anti-gluten | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Parmi les personnes prônant un régime sans gluten, beaucoup affirment que leurs problèmes de santé ont ainsi disparu.
Parmi les personnes prônant un régime sans gluten, beaucoup affirment que leurs problèmes de santé ont ainsi disparu.
©Reuters

Paranoïa collective !

Pourquoi il n’y a aucune raison de continuer à entretenir la psychose anti-gluten

Aucune étude scientifique n’accrédite la thèse selon laquelle le gluten poserait des problèmes de santé. Le savoir médical est très clair à ce sujet, il est contre-indiqué uniquement pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Un rejet qui est en réalité le reflet d’une société de plus en plus angoissée par son alimentation.

Florence Trébuchon

Florence Trébuchon

Le Dr Florence Trébuchon est médecin allergologue. Elle a fondé l'École de l'asthme au service des maladies respiratoires de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve, à Montpellier. Elle est l'auteur de Vaincre l'asthme et les allergies aux éditions Albin Michel (2011).

Voir la bio »

Atlantico : Parmi les personnes prônant un régime sans gluten, beaucoup affirment que leurs problèmes de santé ont ainsi disparu. Au-delà des constats empiriques, que sait-on scientifiquement des effets du gluten sur notre santé ? Qu'est-ce qui est prouvé, et quelles questions restent en suspens ?

Florence Trébuchon : Il existe deux type de maladies très différentes en rapport avec le gluten. La première est l’intolérance au gluten également appelée maladie cœliaque, la seconde est l’allergie alimentaire au blé.

La maladie cœliaque provoque des troubles digestifs importants : diarrhées chroniques, douleurs abdominales, fatigue amaigrissement. Il s’agit d’une impossibilité pour le tube digestif d’assimiler le gluten contenu dans le blé le seigle ou l’orge. Cette intolérance digestive entraîne une inflammation chronique du tube digestif à l’origine des symptômes. Le diagnostic de la maladie repose sur la recherche de certains anticorps dans le sang et il est confirmé après biopsie lors d’une coloscopie.

L’allergie au blé met en jeu le système immunitaire qui va fabriquer des anticorps appelé IgE dirigés contre les protéines du blé. En cas d’ingestion de l’aliment il y aura une réaction immédiate potentiellement sévère: urticaire, oedeme de Quinck, choc anaphylactique. Le diagnostic se fait grâce au bilan allergologique.  Cependant l’allergie au blé est rare.

Comment expliquer que l'on attribue au gluten des problèmes qui n'ont a priori rien à voir avec ce dernier ? 

De plus en plus de personnes rendent le gluten responsable de divers maux : douleurs articulaires, fatigues, migraines  ect… Elles  affirment qu’un régime sans gluten a été efficace.

Ce qui est ennuyeux c’est que ces personnes ont un bilan strictement normal : pas de traces d’anticorps de la maladie coeliaque, coloscopie avec biopsie normale, bilan allergologique négatif. Les soignants qui encouragent ces régimes sans preuve d’une quelconque maladie rétorquent  « on peut avoir la maladie sans les anomalies ». On peut avoir la maladie sans être malade finalement !

Dans ce contexte les  bénéfices constatés des régimes sans glutens sont très subjectifs et l’on peut imaginer la participation  d’un effet placébo.

Je préconise dans ce cas une grande prudence. L’éviction non justifiée d’un aliment est préjudiciable, en particulier chez l’enfant, car elle l’expose à une marginalisation dans sa vie quotidienne (en particulier à la cantine) et  peut conduire à un déséquilibre alimentaire.

Dans ce cas, en quoi cette "anti gluten mania" est-elle révélatrice des angoisses de notre époque ? Pourquoi cette frénésie ?

J’ai du mal à comprendre cette diabolisation du blé. Il symbolise probablement pour certains le passage à l’ère de l’industrie agroalimentaire avec tous ses dangers : mal bouffe, OGM, pesticides etc… Je pense qu’il y a des combats à mener pour une alimentation plus saine, mais le blé n’et pas le bon combat.

C’est très réducteur et c’est peut être cela qui explique l’engouement des régimes sans gluten : un seul aliment responsable de tous nos maux c’est plus facile à gérer pour avoir l’impression de protéger sa santé.

Même le blé complet serait mauvais pour la santé selon le cardiologue américain William Davis, dont le livre « Pourquoi le blé nuit à votre santé » est un bestseller. Est-il possible que le blé ait évolué au fil du temps ? Pourquoi ?

La plus part de nos aliments ont évolué au fil du temps : les poulets sont élevés en batterie, les salades poussent dans des serres, les fraises poussent sur l’eau…

C’est une question intéressante mais globale . Je pense que les pesticides que nous mangeons à notre insu quotidiennement sont mauvais pour la santé, il y a des preuves scientifiques, ça c’est un vrai combat. Pour le blé je n’ai pas connaissance d’une publication scientifique sur les effets toxiques spécifiques au blé.

Quels sont les effets pervers des régimes appauvris en gluten ?

J’ai constaté chez des personnes qui faisaient des régimes sans gluten non justifiés qu’au bout d’un certains ils présentent des difficultés à digérer le blé quand il font une entorse à leur régime.

Ils se plaignent de douleurs abdominales, de ballonnement, alors qu’auparavant  ils mangeaient du blé sans problème digestif. C’est comme si leur tube digestif avait oublié cet aliment et qu’ils avaient des difficultés à le digérer.

Y a-t-il d'autres aliments sur lesquels on projette les mêmes psychoses que sur le gluten ?  

Oui l’autre aliment diabolisé est le lait, particulièrement chez les enfants. Je vois souvent des enfants qui ne mangent aucun produit laitier sans aucune raison médicale. C’est très dommageable à plusieurs titres : déficit de calcium pour un organisme en pleine croissance, impact sur la qualité de vie, marginalisation dans la vie quotidienne.

Le plus paradoxal c’est que le plus souvent  les produits laitiers sont  remplacés par des produits à base de soja , très riche en phytoestrogènes, hormone formellement déconseillée chez les enfants.

Cela prouve bien l’aspect totalement irrationnel de certaines évictions alimentaires non justifiées.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !