Pourquoi Charles VII, le roi qui a abandonné Jeanne d’Arc, n’était pas le salaud qu’on croit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Pourquoi Charles VII, le roi qui a abandonné Jeanne d’Arc, n’était pas le salaud qu’on croit
©

Radio Atlantico

Pourquoi Charles VII, le roi qui a abandonné Jeanne d’Arc, n’était pas le salaud qu’on croit

A ECOUTER : Atlantico vous propose en partenariat avec Storia Voce une émission sur une des figures les plus marquantes de l'histoire française : Charles VII.

Storiavoce Storiavoce

Storiavoce Storiavoce

Storiavoce est une radio web francophone dédiée à l’histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine, au mouvement des idées politiques et à l’histoire de l’Art. Elle vise à mettre en lumière les événements majeurs de l’Histoire, auxquels sont associées des grandes figures, ainsi que les grands courants intellectuels. Pour cela, elle donne la parole aux meilleurs spécialistes des sujets abordés. Storiavoce est une marque l’association Voxistoria fondée par Christophe Dickès

Voir la bio »
Christophe Dickès

Christophe Dickès

Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à la papauté (L’Héritage de Benoît XVI, Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde). Il est enfin le fondateur de la radio web Storiavoce consacrée uniquement à l’histoire et à son enseignement.

 

Voir la bio »

Professeur émérite (Paris IV Sorbonne) et membre de l’Institut, le médiéviste Philippe Contamine offre à son public une biographie magistrale d’un des rois les plus énigmatiques. Charles VII eut à répondre à au moins trois défis : se faire obéir, construire sa légitimité, l’emporter militairement. Dieu, Jeanne d’Arc, le beau Dunois et Jacques Coeur contribuèrent sans doute à les relever. Mais Charles n’était pas le prince falot parfois décrit et décrié, se laissant porter par le hasard et par son entourage. Taiseux, obstiné, passablement instruit, il sut mener la nef royale sur une mer démontée. En près de quarante années de règne (1422-1461), il s’adapta aux circonstances, tira parti des conflits entre les princes, s’appuya sur ses « bonnes villes » et aussi sur la papauté, créa des institutions administratives et militaires efficaces. Avec Charles VII émerge aussi une forme de sentiment « national ». Le livre de Philippe Contamine est résolument politique, au sens que revêt ce mot précisément à cette époque. Sont ici mis en lumière les pratiques du pouvoir, les mécanismes de son fonctionnement, sa conception et ses représentations. Philippe Contamine est interrogé par Christophe Dickès.
L’invité: Philippe Contamine est un des plus grands médiévistes français, professeur et maître de toute une génération d’historiens. Agrégé d’histoire en 1956 et docteur ès lettres en 1969, il est assistant à la Sorbonne, puis maître de conférences et ensuite professeur d’histoire médiévale (1970) à Nancy II, professeur d’histoire du Moyen Âge à Paris X puis à Paris IV-Sorbonne. En 1990, il est élu à l’Académie des Inscriptions et des Belles lettres. Auteur d’une oeuvre importante, il vient de publier chez Perrin une biographie de Charles VII qui a reçu le prix du Figaro Histoire de la Chaîne Histoire.

A ECOUTER AUSSI : Philippe Séguin, le remords de la droite
A ECOUTER AUSSI :Mais que pouvaient bien manger Jésus, Marie-Antoinette, Napoléon ou Churchill 
A ECOUTER AUSSI Marie-Louise, une jeunesse impériale

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !