Pourquoi c’est l’avenir économique français qui se joue à Notre-Dame des Landes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
"La décroissance est l’enjeu de la bataille qu’ils mènent à Notre-Dame-des-Landes."
"La décroissance est l’enjeu de la bataille qu’ils mènent à Notre-Dame-des-Landes."
©Reuters

"Tous des entrepreneurs nantais"

Pourquoi c’est l’avenir économique français qui se joue à Notre-Dame des Landes

Derrière le motif éco-idéologique au centre du conflit de Notre-Dame-des-Landes, se trouve une volonté bien plus grave et profonde : la mise à mort définitive de l'économie et le retrait de l'empreinte humaine sur la nature. Plus qu'un aéroport, c'est notre avenir économique que nous y défendons.

Leonidas Kalogeropoulos

Leonidas Kalogeropoulos

 

Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie, de la presse…
 
Il est le fondateur du site libertedentreprendre.com, qui milite pour l’inscription de liberté d’entreprendre dans la Constitution française et est Vice-Président du mouvement patronal Ethic. Il est également le porte-parole du collectif David contre Goliath, lanceur d'alertes concurrentielles

 

Voir la bio »

Une des batailles décisives du développement économique de notre pays se joue à Notre-Dame-des-Landes. Quel nouveau site industriel pourrait s’installer en France, si le seul fait d’impacter l’environnement pouvait justifier l’arrêt de la construction de l’aéroport du Grand Ouest ? Quelle nouvelle route ou quel tracé du TGV pourrait désenclaver demain une région économique ? Quelle infrastructure capable de maintenir notre pays dans la course économique mondiale pourrait éviter une prise au sol, un aménagement de la nature, une perturbation de la faune et de la flore ?

La bataille que livrent tous ceux qui se sont organisés pour s’opposer à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n’est pas tant menée pour bloquer un projet particulier, mais pour mettre un terme à « l’empreinte de l’homme sur la planète », pour que « l’économique ne dicte plus les arbitrages de l’Etat», pour que la « nature préserve ses droits face à l’économie ». C’est une victoire contre la croissance, contre l’économique, contre le développement que se sont mis en tête de gagner les bataillons des altermondialistes et anticapitalistes, venus de toute l’Europe occuper le terrain du futur aéroport.

Qu’importe pour eux que le futur aéroport soit le premier en France conçu à partir des normes  HQE (Haute Qualité Environnementale), contrairement au précédent ; inutile de leur parler des mesures de compensation environnementales qui pourraient enrichir le projet, pour mieux prendre en compte la préservation des terres humides impactées ; les aménagements possibles, notamment à partir de la réhabilitation des terrains de l’ancien aéroport en matière de logements et de zones d’activités, actuellement à l’étude, ne constituent pas pour eux une base de dialogue.

Alors que l’arrivée de l’aéroport du Grand Ouest devrait permettre de favoriser le développement économique de toute une Région, d’étendre son maillage à l’international, de renforcer l’attractivité de tous les ports de la façade Atlantique, qui doivent rivaliser avec Hambourg ou Rotterdam, ce projet se voit aujourd’hui fragilisé par des militants opposés à toute idée de croissance économique ! Leur motivation n’est pas dans la recherche d’un compromis ; leur volonté est d’imposer la négation de l’argument économique comme principe de la décision publique. Ils veulent avoir raison de l’économie.

La décroissance est l’enjeu de la bataille qu’ils mènent à Notre-Dame-des-Landes. Cet aéroport est devenu pour eux le symbole expiatoire d’un combat contre le développement économique.

Pour les entrepreneurs, pour les salariés, pour les élus, pour les emplois d’aujourd’hui et de demain, nous devons tous soutenir les arbitrages que doivent rendre les pouvoirs publics dans les semaines qui viennent. Du patronat aux syndicats, pas une voix ne doit manquer pour défendre l’éclosion de Notre-Dame-des-Landes, dont 25 ans de rapports, de commissions et de débats, ont établi l’utilité et la nécessité pour la compétitivité de notre pays dans la compétition mondiale.

Qu’il faille tenir compte au mieux dans le développement d’une telle infrastructure des paramètres environnementaux aura été la salutaire victoire des combats écologiques, et il y a certainement quelques ajustements qui restent encore nécessaires. En revanche, il ne faut pas sacrifier les emplois, la compétitivité de la France et son développement face à une diabolisation des priorités économiques.

Si ce chantier venait à être enterré sous la pression des manifestations, ce serait des réactions en chaîne bloquant toute l’économie française qui s’en suivraient.

Dans le bras de fer qui se joue à Notre-Dame-des-Landes, nous sommes tous des acteurs économiques nantais !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !