Pourquoi aucun médicament ne permettra d’éradiquer les poux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pourquoi aucun médicament ne permettra d’éradiquer les poux
©

Poux-blème de riches

Pourquoi aucun médicament ne permettra d’éradiquer les poux

Certains scientifiques prétendent que les poux pourraient être traités par voie médicamenteuse.

Catherine  Combescot-Lang

Catherine Combescot-Lang

Catherine Combescot-Lang, est Docteur en sciences à l’université Montpellier II et parasitologue. Elle est l'une des trente scientifiques au monde spécialisés dans l'étude exclusive des poux, qu'elle étudie depuis plus de trente ans.

Voir la bio »

Atlantico : Le médicament connu sous le nom d'ivermectine serait d'après certains scientifiques un remède efficace à la résistance des poux. Pourtant, ce médicament n’est pas commercialisé dans ce but mais pour traiter des parasitoses- maladies dues aux parasites. Si l’effet de ce médicament est vérifié par des scientifiques, pourquoi ne peut-on pas se le procurer en pharmacie afin d’éradiquer les lentes ? Quel est donc le problème du médicament contre les poux ?

Catherine Combescot-Lang : Ce médicament aujourd’hui utilisé et commercialisé pour traiter certaines parasitoses(maladies dues aux parasites : par exemple gale, vers « filaires ») a montré une réelle efficacité sur ces  parasites. Des études nombreuses ont démontré aussi  une excellente efficacité de l’Ivermectine contre les poux, mais elle reste insuffisante sur les lentes. L'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire de Produits de santé) ne l'a  pourtant pas reconnu pour lutter contre ce parasite. Ce médicament agit  en effet par neurotoxicité sur certains parasites. Il n'est pas toxique pour l'homme jusqu'à une certaine dose et peut sembler efficace. Mais dans les faits, l'Ivermectine ne fait, aujourd'hui, que contourner ces résistances, elle en développera une nouvelle à son tour dans quelques années, la Nature réagira comme pour les précédents produits à action neurotoxologique.

Par ailleurs, un deuxième traitement s'impose après la prise de ce médicament, afin  d’éliminer les jeunes poux éclos après le 1er passage. Les enfants ne vivant pas seul et isolé, mais en collectivité : familiale, scolaire  et extra scolaire, des  recontaminations entre les 2 traitements par les jeunes poux nouvellement éclos sont inévitables. L'ivermectine ne peut éradiquer les poux (et non les lentes) que d'un seul individu, si et seulement s'il est isolé de la collectivité, ce qui est rarement le cas.

Généralement, on traite ce genre d’infection grâce à divers remèdes : peigne anti-poux, shampoing et autres mais y aura-t-il dans l’avenir un traitement médicamenteux efficace ?

Suite à un arrêt de la cour de cassation de  1924 qui a précisé que «  la présence de parasites dans le cuir chevelu ne constituait pas une maladie » les insecticides et acaricides n’entrent pas dans la définition des médicaments. Les produits anti-poux sont donc considérés comme des insecticides et non des médicaments. On ne peut donc pas parler d'un traitement médicamenteux mais seulement de traitement anti-poux efficaces. Seuls quelques nouveaux produits anti-poux aujourd’hui sur le marché sont parfaitement efficaces et tuent les poux et les lentes. Ils s’en ajoutent peu à peu de nouveaux. Ces produits ont une action physique et non neurotoxique enrobent les poux et suppriment toutes leur fonctions vitales : mouvement, respiration… Ils n’engendre  pas de résistance

Quelles sont alors les meilleures solutions pour traiter l’épidémie ? Et dans l’avenir ?

Les meilleures solutions, sans citer de noms de produits, sont les "enrobants" à base de dyméticone. Mais la meilleure solution pour éradiquer les poux reste l'application sur tous les membres d'une collectivité, les enfants d'une même classe par exemple, le vendredi soir ou le samedi matin. Ensuite, chaque individu doit prendre l'habitude de se contrôler au dessus d'un lavabos puis d'utiliser un produit qui tue toutes les lentes et les poux en une seule application.Si certains produit préconisent plusieurs applications, cela signifie qu'ils ne se débarrassent pas des lentes. En conséquence, de jeunes poux éclosent pendant la période précédent le 2ème traitement. Ceux-ci vont recontaminer l’entourage de têtes parasitées à saines et la pédiculose se répand. Ces produits ne sont donc pas valables et ne peuvent enrayer l'infestation. Seuls les produits qui tue 100% des poux et 100% des lentes devraient être proposés à la vente.

Pourrions-nous et doit-on un jour éradiquer complètement les poux ?

Les poux de tête causent souvent à ceux qui ne parviennent pas à s’en débarrasser des désordres psychologiques. Théoriquement, dit-on, ils ne transmettent rien contrairement au poux de corps, qui eux transmettent des maladies bactériennes mortelles : la fièvres récurrentes et le thyphus exanthématique par exemple. Ce dernier  a fait de nombreuses victimes lors de cataclysme naturels ou  de guerres . Les nazis avaient ainsi entrepris des expériences sur les poux de corps  en les  élevant. La question reste de savoir pourquoi ? Pour se protéger peut-être contre les poux, ou pour propager le typhus dans les guettos ? Il n’est pas vraiment démontré que dans de telles circonstances, les poux de tête ne pourraient pas, eux aussi, propager le thyphus. Donc pourquoi pas l'éradication.

Mais si nous voulions nous débarrasser des poux définitivement, il faudrait éradiquer les poux de la terre entière. Au fin fond de l’Afrique, dans  les favelas brésiliennes, et bien ailleurs, là où les moyens manquent, ce serait quasiment impossible avec nos moyens actuels. L’éradication des  poux reste seulement accessible à ceux  qui en ont les moyens : des moyens financiers, éducatifs afin d’appliquer  une méthodologie rigoureuse en utilisant un bon produit qui tue à la fois les poux et les lentes. Elle nécessite aussi de connaître quel est le bon produit et de pouvoir se le procurer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !