Pour le rétablissement de la double peine ? Mais oui bien sûr ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bruno Le Maire demande que soit rétablie la double peine (expulsion du territoire français des étrangers condamnées après leur sortie de prison).
Bruno Le Maire demande que soit rétablie la double peine (expulsion du territoire français des étrangers condamnées après leur sortie de prison).
©Reuters

Expulsion du territoire

Pour le rétablissement de la double peine ? Mais oui bien sûr !

Elle aurait une valeur dissuasive pour les délinquants étrangers. Et la population française penserait que c'est justice.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Bruno Le Maire, que l'on n'entendait guère, vient enfin de sortir du bois. Il demande que soit rétablie la double peine (expulsion du territoire français des étrangers condamnées après leur sortie de prison) et l'expulsion immédiate des apprentis djihadistes, étrangers également, fichés "S".

Avec cette initiative, le candidat à la primaire des Républicains se marque à droite, très à droite. Plus à droite que Nicolas Sarkozy pourtant champion en la matière. A ce propos, et sur cette question là, on n'entend guère l'ancien président de la République. Et pour cause. C'est lui qui en 2003 avait aboli la double peine. 2003 comme c'est loin ! Et ce qui était peut-être bon alors ne l'est assurément plus aujourd'hui. Nicolas Sarkozy s'emploiera sans aucun doute à le faire savoir. Ou alors ce serait mal le connaître.

Nous vivons une période ou des centaines de jeunes, étrangers parfois, vont se faire la main en Syrie et en Irak. Un période où chacun sait qui remplit nos prisons, même si les statistiques ethniques sont interdites. A situation nouvelle, lois nouvelles…Mais une loi rétablissant la double peine serait entachée, nous dit-on, parce que de circonstance ?

Allons donc ! Il suffit pour voir les choses en face de regarder l'évolution de plus en plus sévère des lois contre le viol et la pédophilie ces 20 dernières années. Eh oui, les lois s'adaptent, évoluent. Dans certains cas ce qui était naguère un délit devient un crime. Dans d'autres de nouveaux crimes et de nouveaux délits sont inscrits dans le Code pénal.

Mais, objecterons les défenseurs des droits de l'homme, les étrangers seraient alors discriminés par rapport aux français. Mais qu'y a-t-il de scandaleux a ce qu'un étranger n'ai pas tout à fait les mêmes droits qu'un ressortissant français ? Sinon il faudrait denier toute valeur à la Carte nationale d'identité que tant d'étrangers convoitent à juste titre…

Il demeure que la proposition de Bruno Le Maire porte une estampille très droitière. De quoi faire hurler la LDH, la Cimade, le MRAP etc…Quelle importance ? Ces organisations se sont à jamais discréditées. Pour contrer "la préférence nationale", socle idéologique du FN, elles ont inventé et instrumentalisé "la préférence immigrée".

Vous trouvez que c'est mieux ? On ne peut non plus négliger l'impact symbolique et psychologique d'une loi. Tel fut le cas de celle  – emblématique pour la gauche – sur le mariage pour tous. Elle ne s'applique qu'à quelque milliers de personnes. Le rétablissement de la double peine n'en concerne guère plus. 

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !