"Pour en finir avec le complexe occidental. Petit traité de déculpabilisation" : Sus au politiquement correct ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le géopolitologue Alexandre Del Valle, dans son essai "Pour en finir avec le complexe occidental, Petit traité de déculpabilisation", décortique les mécanismes qui nous paralysent
Le géopolitologue Alexandre Del Valle, dans son essai "Pour en finir avec le complexe occidental, Petit traité de déculpabilisation", décortique les mécanismes qui nous paralysent
©Bouffesdunord.com

Atlanti-culture

"Pour en finir avec le complexe occidental. Petit traité de déculpabilisation" : Sus au politiquement correct !

Voilà une lecture qui devrait plaire à ceux qui sont fatigués par le politiquement correct qui empêche de parler librement des questions internationales. Le géopolitologue Alexandre Del Valle, dans son essai "Pour en finir avec le complexe occidental, Petit traité de déculpabilisation", décortique les mécanismes qui nous paralysent.

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

ESSAI

Pour en finir avec le complexe occidental. Petit traité de déculpabilisation.
d'Alexandre Del Valle
Ed. du Toucan

L’AUTEUR

Alexandre Del Valle est le pseudonyme d’un essayiste franco-italien de 45 ans qui a beaucoup écrit sur l’Islam et notamment l’extrémisme islamique.

LE THEME

La dépression collective frappe les sociétés occidentales : Alexandre Del Valle en recherche les causes, analysant le syndrome de culpabilité collective et le “politiquement correct“ qui les affectent. Il en démonte les mécanismes (diabolisation, “reductio ad Hitlerum“, ridiculisation, caricatures, culpabilisation…) en stigmatisant les ligues de vertu de tous poils qui fabriquent un complexe identitaire marqué par la haine de soi et l’autodénigrement. Il déplore la négation des racines chrétiennes de l’Europe et l’exclusion de la Russie du bloc occidental.

Il examine les mythes fondateurs du politiquement correct (i.e. l’apport de l’Islam aux technologies et aux philosophies européennes) pour en démontrer les erreurs et les limites. Il suggère enfin des pistes pour “déculpabiliser“ l’Occident.


POINTS FORTS

• Un livre courageux qui n’hésite pas à attaquer bille en tête le politiquement correct, au risque de faire l'objet d'ostracisme de la part de la communauté intellectuelle, notamment en France ;
• Une analyse assez fine de la mécanique du politiquement correct et de son fonctionnement ;
• Un luxe d’informations et de précisions documentées qui peut remettre en cause les idées acquises sur plusieurs sujets et notamment sur l’Islam.

POINTS FAIBLES

• Le livre est un peu touffu, inégal et parfois répétitif ;
• La partie proposition, comme souvent dans ce genre d’ouvrage, s’apparente plus à un catalogue de vœux pieux qu’à un programme d’actions réaliste ;
• Le biais “défense de l’Occident chrétien et de la catholicité“ est pesant.

EN DEUX MOTS

Lecture rafraîchissante pour les détracteurs du politiquement correct qui trouveront là une mine d’arguments pour défendre leur position et mieux comprendre les sources et mécanismes de leurs ennemis.

RECOMMANDATION

BON

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

NDLR : Alexandre De Valle est un contributeur d'Atlantico. Ancien éditorialiste à France Soir, il enseigne les relations internationales à l'Université de Metz et est chercheur associé à l'Institut Choiseul. Il a publié plusieurs livres sur la faiblesse des démocraties, les Balkans, la Turquie et le terrorisme islamique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !