Pôle emploi : y a-t-il un pilote dans l'avion ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pôle Emploi, n’a pas encore trouvé ses marques...
Pôle Emploi, n’a pas encore trouvé ses marques...
©

Marché du travail

Pôle emploi : y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Présenté comme le fer de lance de la politique anti-chômage, Pôle Emploi a encore de la peine à trouver ses marques et à répondre aux espoirs qui ont été mis en lui.

Paul Ohana

Paul Ohana

Paul Ohana est le président de la Commission Réforme de l'État de la Fondation Concorde, il travaille sur les politiques publiques. Il est également animateur du Groupe Compétences et Déontologie des Évaluateurs, société française de l’évaluation.

Il est l'auteur avec le professeur Olivier Babeau de Les Échecs du Consultant. Les comprendre, les Éviter.

Voir la bio »

Dans le maelstrom médiatique de ces jours derniers, une annonce est passée sous silence : le remplacement annoncé avec huit mois d'avance du directeur fondateur de Pôle Emploi.

Dire que l'emploi et le chômage sont la préoccupation majeure des Français est une tautologie et celle-ci  n'est pas près de disparaître du champ de nos préoccupations. Et ce n’est pas l’annonce du prochain départ du directeur du Pôle qui va faire l'effet du coup de tonnerre salvateur en mesure de mettre sur les rails un organisme dont on a tant attendu.

Construit à partir d'une bonne idée : cesser de "promener" les chômeurs entre deux organismes, l'un chargé de l'emploi, l'ANPE et l'autre des allocations chômage, les Assedic, Pôle Emploi, n’a pas encore trouvé ses marques. Il en est de même pour son management et ses collaborateurs.

Nommé pour faire contrepoids aux deux mastodontes qui le portaient sur les fonts baptismaux, un Médiateur M. Genini, avait été nommé pour mettre de l’huile entre les rouages de cet attelage et le monde des chômeurs. Las, ce dernier le premier dans la fonction, a  jeté l'éponge au bout d'un an, après un premier rapport. Estimant sa mission impossible et la réussite de l’organisme nouveau improbable dans ce contexte, son analyse demeure actuelle. En effet les deux cultures la régalienne des Assedic et celle "orientée service" de l'ANPE étaient par trop différentes. Et comme c'est souvent la mauvaise culture qui prend le pas sur la bonne, la fusion des deux organismes fragiles n'a pas apporté la synergie espérée.

Or celle-ci demeure plus que jamais indispensable. 

Pour cela, il faut que Pôle ait un vrai pilote avec une feuille de route claire et partagée par tous, une feuille de route où sera affichée sa mission principale à savoir remettre les français au travail, en leur redonnant le goût de l'effort, du résultat, en explorant toutes les pistes possibles, en donnant le goût de l'initiative, en mettant du souffle dans cette mission, en ne confondant pas la masse des gens de bonne volonté avec la minorité de ceux qui exploitent notre système social ; en étant enfin un organisme exemplaire dans sa gestion en mesure d'atteindre des objectifs chiffrés, réalistes sans pour autant faire du chiffre une fin en soi, la façon d'atteindre un objectif dans l'humain étant aussi importante que le résultat final.

Dans ce contexte difficile, on pardonnera  au nouveau directeur de ne pas atteindre ses objectifs du jour au lendemain si en contrepartie il réussit à faire de Pôle Emploi  l’organisme de conseil attendu , à l’écoute de son public , en mesure de faire bouger le statu quo et de ne pas passer à côté de la reprise.

Il existe sans aucun doute en France des hommes et des femmes qui partagent cette vision et en mesure de la mettre en oeuvre. Alors pourquoi attendre ? le temps presse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !