Petit rappel des chiffres de l'immigration à l'usage des naïfs, des ignorants et des idéologues | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Petit rappel des chiffres de l'immigration à l'usage des naïfs, des ignorants et des idéologues
©

Cher Philippe Manière,

Petit rappel des chiffres de l'immigration à l'usage des naïfs, des ignorants et des idéologues

Philippe Manière, ancien directeur général de l’Institut Montaigne, a déclaré lors d'un débat télévisé que notre "petit flux d’immigration est non significatif", parlant de "flux migratoire extrêmement ténu, le plus ténu des pays de l’OCDE".

Maxime  Tandonnet et Sylvain Saligari

Maxime Tandonnet et Sylvain Saligari

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.

Il commente l'actualité sur son blog personnel.

Sylvain Saligari est avocat au barreau de Paris. Il est spécialisé dans le droit d'asile.

Voir la bio »

Lors d’un débat télévisé consacré à l’immigration, sur France 3 le 5 décembre 2012 , certains propos étaient tout simplement hallucinants. M.Philippe Manière, ancien directeur général de l’Institut Montaigne, l’une des personnalités influentes de l’intelligentzia française déclarait ainsi : "le petit flux d’immigration qu’on a est non significatif ", parlant de "flux migratoire extrêmement ténu, le plus ténu des pays de l’OCDE", enfin décrivant la France comme "un pays incroyablement fermé".

Les faits parlent pourtant d’eux-mêmes : notre pays délivre environ 200 000 "premiers titres de séjour" à des nouveaux migrants chaque année. Il est, de plus, le second au monde, après les Etats-Unis par le nombre de demandeurs d’asile qu’il accueille : 40 à 50 000 annuellement. Ces arrivées se produisent dans un contexte où il n’y a pas de travail disponible, avec plus de trois millions de chômeurs, dont un quart des jeunes. Le flux migratoire, en provenance de pays non-européens, de culture, de mode de vie, et de traditions profondément différentes des nôtres, nourrit ainsi la pauvreté, l’exclusion, le repli identitaire, la révolte.

Il représente dans ces conditions, en particulier dans les quartiers populaires, un facteur de déstabilisation profonde et de désintégration de la société aux conséquences dramatiques pour tout le monde, y compris les migrants eux-mêmes. La situation de certains collèges sinistrés de banlieue dont 80% des élèves sont issus de l’immigration est  un révélateur flagrant de l’impact des flux migatoires. Moi, je pense qu’il est infâme d’exploiter le thème de l’immigration à des fins électoralistes par des propos haineux et mensongers. Mais il est tout aussi odieux de nier l’évidence, les faits, la réalité, en se drapant dans une réputation d’intellectuel et de notable. On aimerait comprendre ce qu’a voulu dire M. Manière. Si vraiment, il n’est pas au courant de ce qui se passe dans le pays, c’est franchement préoccupant, compte tenu de ses références et de son niveau, cette ignorance exprimant le fossé entre les élites protégées et la réalité quotidienne des Français. S’il nie les faits en toute connaissance de cause, c’est encore plus grave: on est alors dans l’idéologie sinon la propagande.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !