Patrick Kron - Alstom : "Le deal avec General Electric répond aux préoccupations de l’État" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Patrick Kron - Alstom : "Le deal avec General Electric répond aux préoccupations de l’État"
©

Le Zap'Éco

Patrick Kron - Alstom : "Le deal avec General Electric répond aux préoccupations de l’État"

Le Replay

Patrick Kron était l’invité d’Europe 1 ce matin. Le PDG d’Alstom revenait sur l’entrée au capital de son entreprise par l’État français. Le rachat de l’entreprise par GE "paraît répondre aux préoccupations de l’Etat" estime Patrick Kron. Pour lui, cet accord, "c’est le deal d’origine", à quoi vont "s’y ajouter 2 ,5 milliards dans des coentreprises de secteurs énergétiques." Il souligne une nouvelle entité permettant l’émergence d’un "grand groupe international qui  se donnera les moyens de son développement. Préservera les éléments de souveraineté." Il estime par ailleurs que "la décision de l’Etat d’entrer au capital d’Alstom, c’est sa décision". "Je suis sûr que ce sera positif puisque que l’entreprise est en croissance.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui a dit ?

"General Electric et l’État à 20% dans Alstom, c’est le bonheur absolu. Qui peut y croire ?"

Réponse : Eric Besson, invité ce matin de radio classique, sur le rachat d’Alstom par General Electric alors que l’Etat entre au capital de l’industriel français. " Je trouve que la supposé victoire politique a un prix extrêmement élevée. L’industrie française vaut mieux que ça. On arrive au point qui était celui du départ. Il faut avoir une vraie discussion sur ce qu’est une entreprise stratégique. Que EDF, Areva, le soient, c’est une certitude. Est-ce que la turbine l’est ?"

Le tweet 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !