Tunisie : l'écart se creuse en faveur des islamistes, selon les premiers résultats partiels | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le parti Ennahda, dirigé par Rached Ghannouchi, sort vainqueur du scrutin tunisien.
Le parti Ennahda, dirigé par Rached Ghannouchi, sort vainqueur du scrutin tunisien.
©Reuters

A voté

Tunisie : l'écart se creuse en faveur des islamistes, selon les premiers résultats partiels

Ennahda arrive en tête dans neuf circonscriptions dont les grandes ville de Sfax et Sousse.

[Mis à jour le 26/10/11 à 9h]

Selon les premiers résultats partiels actualisés, communiqués par la commission électorale ISIE, le parti Ennahda est désormais en tête dans neuf des 27 circonscriptions du pays. Le parti islamiste y obtient 28 des 55 sièges. Avec les neuf sièges obtenus à l'étranger, le mouvement islamiste peut déjà compter sur 37 élus dans la future assemblée de 217 membres.

Dans les circonscriptions où le dépouillement a été achevé, Ennahda est suivi par le Congrès pour la république (CPR, gauche nationaliste) avec 9 sièges, à égalité avec la liste Pétition populaire pour la justice et le développement (PPJD)

[Mis à jour le 25/10/11 à 18h45]

Les premiers résultats partiels du scrutin de dimanche en Tunisie donnent le parti islamiste Ennahda en tête, avec 15 des 39 sièges en jeu dans cinq circonscriptions, dont celles des grandes villes de Sfax et Sousse, a annoncé mardi la commission électorale 

Ridha Torkani, membre de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), a déclaré mardi que les premiers résultats officiels du vote pour les élections de l'Assemblée nationale constituante au niveau national seront proclamés tard ce soir indique l'agence Tunis Afrique Presse (TAP).

Les premiers résultats confirment l'avance du parti Ennahda qui clame sa victoire. "Les Tunisiens ont voté avant tout pour les partis d'opposition au régime [de Ben Ali] et Ennahda a toujours été à l'avant-garde de ces partis", déclare une membre du parti, qui ajoute "nous avons les résultats officiels pour le vote des étrangers, où il y a 18 sièges en jeu. Nous avons la moitié des votes et des sièges."

[Mis à jour le 25/10/11 à 07h00]

Les résultats officiels n’ont toujours pas été annoncés par la commission électorale, mais les paris vont déjà bon train sur les possibles ententes entre les différents partis tunisiens.

Donné vainqueur, le parti Ennahda pourrait obtenir jusqu’à 40% des voix. La future Assemblée, qui comptera 217 sièges, pourrait donc accueillir une soixantaine de députés du parti islamiste. Une majorité, certes, mais pas absolue. Le parti islamiste va donc devoir nouer des alliances.

Ali Larayd, membre du comité exécutif d’Ennahda, déclarait lundi que le parti était "prêt à former une alliance avec le Congrès pour la république de Moncef Marzouki et l'Ettakatol de Moustapha Ben Jaafar puisque leurs opinions ne sont pas éloignées des nôtres et que ces deux partis ont obtenu un grand nombre de suffrages." Ces deux partis de gauche se disputent la deuxième place : ils sont chacun crédités d’environ 15% des voix.

Le grand perdant de cette élection, c’est le Parti démocratique progressiste (PDP), qui se présentait pendant la campagne comme la principale alternative au parti Ennahda. Selon les estimations, il obtient entre 8 et 10% des voix. "Les tendances sont très claires. Le PDP est mal positionné. C'est la décision du peuple tunisien. Je m'incline devant ce choix. Je félicite ceux qui ont obtenu l'approbation du peuple tunisien", a déclaré la chef du parti, Maya Jribi. 

En ce qui concerne le vote des Tunisiens de l’étranger, les premiers résultats semblent refléter la tendance nationale : Ennahda serait en tête avec 9 sièges, suivi du Congrès pour la république (4 sièges), et Ettakatol (3 sièges).

Et alors que de nombreuses femmes tunisiennes font part de leurs inquiétudes devant la montée du parti islamiste, ce dernier veut écarter les doutes. Ennahda a donc mis les choses au clair par la voix de Nourreddine Bhiri, membre de la direction du parti "Nous respecterons les droits de la femme sur la base du code de statut personnel et de légalité entre les Tunisiens quels que soient leur religion, leur sexe ou leur appartenance sociale"

[Mis à jour le 24/10/11 à 15h00]

Le parti islamiste Ennahda s'attend à obtenir "environ 40% des voix", selon un membre du bureau politique du parti. "On est sûrs de l'emporter dans 24 (des 27) circonscriptions du pays a déclaré un responsable.

[Mis à jour le 24/10/11 à 11h30]

Les résultats se confirment sur le plan local : à Sfax et au Kef, deux grandes villes du pays, le parti Ennahda (Renaissance) arrive en tête selon des résultats partiels. Le parti islamiste affirme lui être en tête des votes de l'étranger, d'après ses propres décomptes. Interdit sous Ben Ali, Ennahda devrait donc jouer un rôle important dans la composition de l'Assemblée constituante. Mais les formations laïques pourraient contrer cette avance en formant un front commun. "Il est peu probable qu'Ennahda obtienne une majorité de siège, ou que le parti puisse gouverner sans une alliance avec les laïcs", écrit le blogueur Juan Cole.

Pour Najib Chebbi, fondateur du Parti démocratique progressiste (PDP), dimanche était "le jour le plus heureux de l'histoire de la Tunisie". "C'est une célébration de la démocratie", a-t-il déclaré.

[Article du 24/10/11 à 8h00]

Les résultats du scrutin tunisien ne seront annoncés que mardi. Mais la première information, c’est ce nombre : 90% des inscrits volontaires se sont rendus aux urnes, dimanche, pour la première élection démocratique du pays. C'est cette participation exceptionnelle qui a forcé l'ISIE, l'Instance supérieure indépendante pour les élections, a repousser l'annonce des résultats, initialement prévue lundi après-midi.

L’enjeu de ce scrutin : choisir les futurs membres de l’assemblée constituante. Sur 7 millions d’électeurs potentiels, plus de 4 millions avaient fait la démarche de s’inscrire sur les listes électorales. Plus de 90% d’entre eux ont donc participé au vote. Les autres, ceux qui ne s’étaient pas inscrits, pouvaient tout de même voter avec leur carte d’identité, mais leur taux de participation n’est pas encore connu.

Dimanche, de longues files d’attente se formaient déjà devant les bureaux de vote, avant même leur ouverture. Il fallait parfois attendre plusieurs heures avant de pouvoir glisser le bulletin dans l’urne, mais cela n’a pas découragé les Tunisiens, pas plus que la longueur du bulletin de vote : 80 listes figuraient sur la même feuille. Le doigt bleu, signe de leur participation, ils sont sortis fiers et émus des bureaux de vote.

Les 217 élus seront chargés de rédiger un projet de constitution, et de nommer le gouvernement qui organisera les prochaines élections générales. En attendant, la radio tunisienne Mosaïque FM publie les résultats bureau de vote après bureau de vote. Des résultats que la radio elle-même qualifie "d’approximatifs", et qui témoignent pour l’instant du succès du parti islamiste Ennahda, donné favori du scrutin.

Selon les observateurs, l'élection n'a connu aucun dysfonctionnement majeur mais quelques irrégularités. L'ISIE publie sur son site la carte des alertes rapportées par les bureaux de vote.

"Aujourd'hui, moins d'un an après avoir inspiré le monde, le peuple tunisien a effectué un important pas en avant » a déclaré Barack Obama. Le président américain est le premier chef d’état étranger à réagir officiellement après la tenue du vote. Il salue "les millions de Tunisiens qui ont voté pour la première élection démocratique du pays qui a changé le cours de l'Histoire et lancé le printemps arabe".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !