Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Malala Yousafzaï lors de son discours à l'ONU
©Reuters

Correspondance

Pakistan : un chef taliban écrit une lettre à Malala Yousafzaï pour lui expliquer pourquoi ils ont voulu la tuer

Un commandant du Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP) a pris la plume pour s’adresser à Malala Yousafzaï, héroïne de 16 ans gravement blessée lors d’une fusillade dans son pays en octobre dernier.

C’est un bien curieux document qui vient d’être révélé et mis à jour. Adnan Rashid, haut responsable du TPP a, dans un anglais approximatif, tenté de "justifier" l’injustifiable. Petit rappel des faits : Malala Yousafzaï, 15 ans en octobre dernier, est victime d’un attentat ciblé alors qu’elle circule à bord d’un bus. Motif : les propos qu’elle tient sur un blog hébergé par la BBC, et notamment la répression qu’elle dénonce des talibans dans le nord-ouest du Pakistan. La jeune militante du droit des femmes est grièvement touchée par balle à la tête. Évacuée et hospitalisée en Grande-Bretagne, c’est une miraculée. Au point d’avoir pu prononcer un discours de haute-volée le 12 juillet dernier à l’ONU, à l'occasion de ses 16 ans, pour l’accès des femmes à l’éducation et à la tolérance. 

C’est alors que surviennent les propos peu crédibles de ce chef taliban. Dans sa missive, bien qu’il déclare avoir été "offusqué" par l’attaque qui a visé la jeune femme, ajoutant que "je souhaiterais que cette attaque ne se soit jamais produite", Adnan Rashid ne l’épargne guère par la suite. Et la supplie de "rentrer au Pakistan". Pour être sûr que cette fois elle n’en sortira pas vivante ? Le chef taliban affirme que c’est afin "d’étudier l’école coranique".

Et la justification de l’attentat débute alors : "les talibans ne t'ont jamais attaquée parce que tu allais à l'école et aimais l'éducation.... Les talibans estiment que tu écrivais délibérément contre eux et tentais de déjouer leurs efforts pour établir un système islamique à Swat". Et Adnan Rashid affirme que les talibans "n'ont rien contre l'éducation". Cependant, ils haïssent la "satanée" éducation "séculière", dictée par les "Anglais", qui ne sont que "les esclaves des Juifs".

Parmi les trois pages du document, le taliban questionne directement celle devenue une icône dans le monde et dans son pays, bien qu’elle y compte aussi des détracteurs, la soupçonnant d’être à la botte de l’Occident : "je te pose la question suivante, et sois honnête dans ta réponse, si tu avais été la cible d'une attaque d'un drone américain, est-ce que le monde entier se serait soucié de ton état de santé ? Aurais-tu été nommée la "fille de la nation"? Est-ce qu'il y aurait eu cet engouement médiatique ?". Le taliban enfin y va de sa mise en garde : "Je te conseille de rentrer à la maison, d'épouser la culture islamique et pachtoune, de joindre une école coranique pour femmes dans ta ville, d'étudier et de te pencher sur le livre d'Allah...". Peu sur que Malala suive cette menace à la lettre.

Pour information, comme l’indique Le Figaro, le commandant taliban s'était échappé en avril 2012 d'une prison du nord-ouest du pays où il purgeait une sentence après une tentative d'assassinat visant l'ancien président Pervez Musharraf, qui était à l'époque au pouvoir.

Gordon Brown, ex-Premier ministre britannique et envoyé spécial de l'ONU pour l'éducation a fustigé la lettre d'Adnan Rashid. "Personne ne croira un mot des talibans à propos du droit à l'éducation des filles comme Malala à moins qu'ils cessent de brûler des écoles et de massacrer des étudiants". Là aussi, voilà qui est dit. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !