Oui, François Hollande se drogue ! Sa came s'appelle "la reprise"... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
"La reprise est là", a déclaré le chef de l'État lors de son interview du 14 Juillet sur France 2 et TF1.
"La reprise est là", a déclaré le chef de l'État lors de son interview du 14 Juillet sur France 2 et TF1.
©Reuters

Numéro d'équilibriste

Oui, François Hollande se drogue ! Sa came s'appelle "la reprise"...

Faisant fi de toutes les évidences, le président de la République entrevoit des signes qui montrent que l’économie va reprendre. Troubles de la vision ? Pire encore ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Donc, François Hollande voit la reprise. Il la sent. Il la palpe. Il la touche. Est-ce que c’est grave, docteur ? Tous les économistes, le FMI, la commission de Bruxelles, l’OCDE, etc., voient le contraire. Qu’à cela ne tienne. François Hollande tient à sa reprise. C’est son alcool, son opium, sa dope, son aphrodisiaque qui lui promet de folles étreintes.

Le président de la République n’est pourtant pas - loin s’en faut - un imbécile. Il sait ce qu’il sait, ce que tout le monde sait. Mais il est prisonnier d’une étrange addiction. Il ne peut se passer de la reprise, sinon son règne serait trop désespérant. Il n’est pas certain en revanche que François Hollande connaisse toutes les subtilités sémantiques du mot "reprise". De là vient le verbe "repriser", qui veut dire raccommoder. Les Français ont le moral dans les chaussettes qui, de surcroît, sont gravement trouées. Le chef de l’État les reprise faute de pouvoir leur en offrir des neuves. Le mot "reprise" a aussi le sens de reprendre. Ainsi, François Hollande a repris pour cinq ans le bail dont bénéficiait avant lui Nicolas Sarkozy. Or ce contrat de location n’est pas, contrairement à d’autres, tacitement reconductible.

Il se trouve que François Hollande se sent bien là où il est. La maison est agréable. Le personnel, nombreux et dévoué. Et - ce qui ne gâche rien - les jardins sont superbes. Donc il en reprendrait bien encore pour cinq ans. Car le bail stipule qu’il doit, si par malheur il fallait laisser la place à un nouveau locataire, rendre les lieux dans l’état dans lequel il les a trouvés. Et ça, ce n’est pas sûr du tout…Pour continuer dans la même veine sémantique, la France étant en faillite, c’est d’un repreneur qu’elle a besoin. Le chef de l’État pourrait demander à Arnaud Montebourg, orfèvre en la matière, de s’en occuper. Pas sûr non plus qu’il en ait envie.

La presse, estomaquée par la "reprise" de François Hollande, lui a concédé des talents d’équilibriste. À ce propos, une charmante histoire juive colle assez bien avec les supposées prouesses de François Hollande. Au siècle dernier, dans une bourgade juive de Pologne, des affiches annoncent que Moïshe Blumstein, célèbre équilibriste, va traverser la grand-place sur un fil tendu entre le dos de la synagogue et le toit de la mairie. "200 mètres de parcours, 50 mètres au-dessus du sol !" La foule alléchée se précipite chez le rabbin pour acheter les billets. Le jour dit, à l’heure dite, des centaines de Juifs sont massés sur la place. Moïshe Blumstein apparaît.

Il est chétif, malingre et arbore une tête d’enterrement. Il s’adresse à la foule : "Est-ce que vous savez que ce que je vais faire est très dangereux, je risque la mort ? " "Oui !" crie la foule. Et Moïshe Blumstein reprend : "Mais vous ne savez pas que j’ai une femme et six enfants à nourrir. Voulez-vous qu’elle devienne veuve et qu’ils soient orphelins ?" Les Juifs bouleversés sanglotent : "Non, non, non !" Content de lui, l’équilibriste tourne le dos à la place et fait semblant de partir. Puis il se ravise et revient : "Le prochain spectacle aura lieu demain à la même heure !" Le prochain spectacle de François Hollande aura lieu en mai 2017.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Eyrolles éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

vous pouvez achetez Pourquoi vous vous trompez tout le temps (et comment arrêter) Partie 1 & Partie 2, sur Atlantico Editions.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-ne-devriez-pas-laisser-offrir-verre-surtout-etes-femme-rolf-dobelli-727684.html#CJPjRoPezrkP6s2M.99

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !