Où investir en 2012 ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
En cette période de l’année, les stratégistes des grandes maisons d’investissement s’expriment sur le profil économique de l’année suivante.
En cette période de l’année, les stratégistes des grandes maisons d’investissement s’expriment sur le profil économique de l’année suivante.
©Reuters

Revue d'analyses (financières)

Où investir en 2012 ?

Dans l’œil des marchés : Dominique Trenet, stratégiste dans une société de gestion indépendante, dresse, chaque mardi, un panorama de ce que disent et écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

Dominique Trenet

Dominique Trenet

Dominique Trenet est stratégiste dans une société de gestion indépendante

Chaque semaine, il réalise pour Atlantico une synthèse des opinions les plus significatives sur l’évolution de la crise que nous sommes en train de vivre.

Voir la bio »

En cette période de l’année, les stratégistes des grandes maisons d’investissement s’expriment sur le profil économique de l’année suivante. Une fois le paysage macroéconomique dessiné ils passent à l’étape suivante qui consiste à identifier l’allocation de portefeuille qui sera réalisée pour les différents types d’investisseurs en fonction de leurs contraintes propres. On trouvera ci-dessous les principales allocations recommandées : les Etats Unis et les pays émergents méritent d’être privilégiés. L’Europe devrait connaitre encore une année agitée.

Allocation géographique

L’Amérique ne connaitra pas la récession en 2012. Pour le moment on assiste à un tassement des ventes de détail, une stabilité de l’inflation et un léger repli de la production industrielle.  Pour l’année 2012, les analystes financiers attendent pour les sociétés du S&P 500 des bénéfices  à 105$ pour l’année prochaine, contre 98 dollars en 2011.

Les stratégistes de Wall Street ont pratiquement tous arrêté leurs objectifs de fin d’année 2012 pour l’indice S&P 500 : 1500 pour Binky Chadha de Deutsche Bank,1430 pour Tom Lee de JP Morgan, 1400 pour Ian Scott de Nomura et Tobias Levkovich de Citi, 1360 pour Gina Martin Adams de Wells Fargo, 1350 pour Savita Subramanian de BOA ML, 1330 pour Bary Knapp de BarCap, 1325 pour Jonathan Golub d’UBS. Le plus pessimiste, une fois n’est pas coutume est Goldman Sachs. David Kostin, son Chief Strategist s’attend à un indice au niveau de 1250 à la fin de l’année prochaine. Les valeurs américaines sont chaudement recommandées par de nombreux gérants, notamment par Barton Biggs gérant du hedge fund Traxis.

L’Asie devrait faire son retour en 2012 avec une baisse de l’inflation qui devrait donner aux autorités monétaires un peu de flexibilité pour  compenser la baisse de la demande européenne. Deutsche Bank Private Wealth Management recommande dans sa note de fin d’année d’augmenter l’allocation d’actif sur l’Asie.

Les pays émergents sont en ordre de marche. Pour Didier Saint Georges, stratégiste chez Carmignac, les politiques monétaires ont commencé à s’infléchir au Brésil, en Indonésie, en Thaïlande. Ils sont en train de s’organiser pour pouvoir assurer une activité économique découplée des vicissitudes européennes.

La Chine devrait progressivement cesser d’être un exportateur de capitaux en 2012. La Banque Populaire de Chine va donc acheter moins de Bons du Trésor américains. C’est ce qui fait écrire à Russell Napier, consultant de CLSA,  que nous allons vers le « National Capitalisme » où chaque pays va conserver de plus en plus ses excédents. Il en tire la conclusion que le Renminbi n’est plus selon lui une devise sous évaluée.

L’Europe ne peut faire que de petits pas. Ceux qui ont été arrêtés lors du dernier sommet vont plutôt  dans la bonne direction, mais les dirigeants européens sont en permanence à la remorque des marchés financiers. La cure de désintoxication va durer. On n’est pas encore sorti de la zone du risque.

Pour Peter Oppenheimer le stratégiste européen de Goldman Sachs les bénéfices des sociétés européennes devraient baisser  de 10% en 2012. Il s’empresse d’ajouter qu’ils devraient rebondir de 14% en 2013.

En France, L’austérité va être explosive. La prochaine étape ne peut être que travailler plus pour gagner prévoit Alain Madelin, ancien ministre de l’économie. On a besoin de politiques de croissance et surtout de recentrer l’Etat sur ses missions régaliennes. Ce n’est pas en confisquant le capital que l’on prépare l’avenir.

Le droit du travail en France est centré sur la protection des emplois plus que pour celle des salariés. L’OCDE constate d’ailleurs dans sa dernière étude « Perspectives annuelles de l’emploi » que la France est en même temps le pays où la protection de l’emploi est la plus forte alors que le sentiment d’insécurité des salariés est le plus élevé.  La flexibilité dans la gestion des entreprises n’a absolument pas progressé au cours des dix dernières années.

L’euro français est surévalué de 12% par rapport à l’euro allemand selon Jean-Pierre Robin du Figaro.

Une sortie de l’euro détruirait un million d’emplois et se traduirait par une chute du PIB de la France de 5%. C’est ce qui a été calculé par l’Institut Montaigne.

La Hongrie a résolu le problème des emprunts hypothécaires de ses ressortissants qui avaient été contractés en Franc Suisse. Une loi va donner aux emprunteurs la possibilité de les convertir en Forint à un taux fixe plus favorable que celui du marché. Markus Brück qui gère le fonds Metzler d' Europe de l'est vient d’ailleurs d’augmenter récemment son exposition sur la Hongrie. Tout le monde n’est pas aussi optimiste que lui en particulier Paul Krugman dans son dernier papier paru dans le New York Times. Pour lui le Fidesz, la formation de centre droit au pouvoir semble vouloir s’assurer une emprise permanente sur le pouvoir. Quand au parti de droite Jobbik avec sa formation paramilitaire, il ressemble de plus en plus à un cauchemar tout droit sorti des années 1930

 La Suisse est la marché préféré pour 2012 de Sean Darby le Global Herad of Equity Strategy de Jefferies. 

 

Allocation sectorielle

 

Les services pétroliers vont rester un des secteurs privilégié par les investisseurs, surtout aux États-Unis. La diminution de l’activité dans le gaz devrait être plus que compensée par la demande de forages sophistiqués en particulier à l’horizontale. Le magazine américain Barron’s a sélectionné les sociétés Halliburton et Ensco.

Les fabricants de semi-conducteurs qui équipent les smartphones ont le vent en poupe. Pour Rod Hall, l’analyste qui suit le secteur chez JP Morgan, c’est Broadcom qui en profitera le plus avec une progression attendue de ses ventes de 43%. Deux autres sociétés ont selon lui une exposition significative aux smartphones. Il s’agit de Marvell Technology Group et Nvidia.

Pour les banques européennes, la BCE fait tout ce qu’elle peut pour aider les établissements qui ont besoin de liquidités. Chris Wood, le stratégiste de CLSA estime qu’elle prête actuellement 663 milliards d'euros aux banques européennes. Elle a également accordé dans le cadre d’opération de swap dollar des prêts à 84 jours à 34 banques pour un montant de 50,7 milliards de dollars.

L’assurance est sous haute surveillance en Europe. Les résultats 2011 seront mauvais et la fin de l’année un cap difficile à passer en terme de marge de solvabilité. L’assurance vie connait depuis deux mois une collecte négative. Tout ce la n’empêche pas l’Autorité de Contrôle Prudentiel de rester sereine. Elle fait remarquer qu’Il n’existe pas de risque d’ « insurance run » comme il existe un risque de « bank run » parce que les épargnants  ne sont pas en mesure compte tenu de la durée des contrats de retirer leur épargne du jour au lendemain.

 

Allocation thématique

 

Bois en Amérique du Sud : il s’agit d’une classe d’actif qui est très peu représentée dans les portefeuilles sauf dans ceux qui sont gérés par Grantham Mayo. Pour Jeremy Grantham, le fondateur de la société, le bois et la forêt en Amérique Latine devraient être la classe d’actif qui va le plus progresser au cours des sept ans qui viennent. De nouvelles variétés d’arbres ont été développées comme l’eucalyptus qui vient à maturité au Brésil en sept ans contre une moyenne de quatorze ans pour les espèces plantées aux Etats Unis.

 

Allocation par style de gestion

 

Les small cap US doivent être privilégiées selon Richard Bernstein de Richard Bernstein advisors. Il recommande surtout de sous pondérer les portefeuilles en matières premières et or.

Les « distressed debt funds » entrent dans une zone difficile. Le S&P European Leveraged Loan Index Distressed Ratio qui répertorie le nombre de societies dont la dette se traite en dessous de 80% du nominal s’élève maintenant à 32% contre 27% à la fin du mois d’octobre dernier. Parmi les sociétés qui posent problème figurent : Thomas Cook, Premier Foods,Seat Pagine Gialle, Eksport Finans…

 

Allocation matières premières

Sur l’or qui est au plus bas depuis sept semaines, nous sommes en train d’assister au début d’un marché baissier. Telle est l’opinion de Denis Gartman qui dans sa lettre d’investissement fait autorité sur le métal jaune.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !