On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long !
©NICOLAS TUCAT / AFP

Fin de règne ?

On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long !

Dans le dernier sondage, le président de la République chute brutalement de 12 points. Son plus bas niveau. Voici pourquoi.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Après que Louis XV eut accédé au trône, les premières années de son règne furent tapissées de roses. On l'aimait. À tel point qu'il fut surnommé "Louis le bien-aimé". Mais tant va la cruche à l'eau qu'à la fin… Des roses ne restèrent plus que les épines. Il fut détesté. Et quand il mourut, le peuple alluma des feux de joie.

En cause, sa faiblesse coupable pour une certaine marquise de Pompadour. Celle-ci, Louise Antoinette née Poisson, devint, au mépris de toute étiquette ou de tout savoir vivre, sa favorite. Il la couvrit de diamants et d'or. Louise Antoinette avait été élevée au couvent des Ursulines. On ne sait ce qu'elle apprit là-bas. Mais ce qui est sûr, c'est qu'elle entra dans le lit de Louis XV en femme très experte.

Emmanuel Macron a (avait ?) un favori comme Louis XV avait une favorite. L'élu répond au doux prénom d'Alexandre. Le couvent des Ursulines de ce gentil garçon, c'était le quartier sensible de La Madeleine à Evreux. On en sait ce qu'il apprit là-bas. Ce qui est sûr, ce que sa capacité à se servir de ses poings ne fut pas pour rien dans sa brillante carrière élyséenne.

Les faveurs du prince lui furent très bénéfiques. Pour lui ni diamants ni or : nous sommes en république quand même. Un salaire confortable de 6 000 euros net par mois. Un port d'armes. Un passeport diplomatique. Un grade de lieutenant-colonel de réserve de la gendarmerie. Une tentative pour faire de lui un sous-préfet.

Ce n'est pas rien. Quand des journalistes tentent d'analyser la descente aux enfers dans les sondages de Macron, ils évoquent le chômage, la CSG, les impôts. Et bien non ! Ce sont les frasques insolentes d'Alexandre qui plombent l'image d'Emmanuel.

Le peuple, bien que d'une patience à toute épreuve, n'aime pas les Pompadour. Quand elles se pavanent sous le regard bienveillant du prince, il vit ça comme une insulte. Louis XV régna soixante ans. Emmanuel 1er n'en a plus que pour quatre ans. On vous a dit que ce serait moins long…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !