Oculus, la startup qui valait 2 milliards d'euros : quel potentiel pour les technologies de réalité virtuelle ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Oculus Rift est un jeu vidéo qui permet de plonger le joueur dans une immersion 3D totale.
Oculus Rift est un jeu vidéo qui permet de plonger le joueur dans une immersion 3D totale.
©Reuters

Univers virtuel

Oculus, la startup qui valait 2 milliards d'euros : quel potentiel pour les technologies de réalité virtuelle ?

Facebook a mis la main sur l'un des projets les plus prometteurs du jeu vidéo d'aujourd'hui : Oculus Rift, un casque qui permet de plonger le joueur dans une immersion 3D totale.

Daniel Ichbiah

Daniel Ichbiah

Daniel Ichbiah est écrivain et journaliste, spécialisé dans les jeux vidéo, les nouvelles technologiques, la musique et la production musicale.

Il est l'auteur de nombreux best-sellers tels que La Saga des jeux vidéos, Les 4 vies de Steve Jobs, Rock Vibrations, Le Livre de la Bonne Humeur, Bill Gates et la saga de Microsoft, etc. Daniel Ichbiah a aussi écrit Robots - Génèse d'un peuple artificiel

Parmi les biographies musicales écrites par l’auteur figurent celles du groupe Téléphone, de Michael Jackson, des Beatles, d’Elvis Presley, de Madonna (il a également publié Les chansons de Madonna), des Rolling Stones, etc. 

Voir la bio »

Atlantico : Facebook a racheté la société Oculus VR, qui produit notamment l'Oculus Rift, un casque de réalité virtuelle augmentée. Quelle est cette "réalité virtuelle", et quel est son potentiel ? Concrètement, que peut-on faire avec ce casque ?

Daniel Ichbiah : Le casque développé par Oculus Rift "immerge" le joueur dans une réalité qui semble tout à fait réaliste et interactive. Lorsqu’il bouge la tête, les images se déplacent à 360 degrés pour suivre ce mouvement. Il a donc bel et bien l’impression d’évoluer dans le décor virtuel.

En fait, la Réalité Virtuelle n’a rien de nouveau, on en parlait déjà dans les années 90 mais à l’époque, la définition des images n’était pas assez bonne. Lorsqu’on essayait un casque sur un salon, on ressortait souvent avec un mal de tête, comme si le cerveau n’appréciait qu’on tente de le duper comme cela. Plus récemment, des casques étaient apparus mais l’angle de vision qu’ils offraient était limité à 40° environ. A présent, l’Oculus Rift offre un champ de vision de 110°, comparable à ce que voit notre œil en temps normal. De plus, les technologies de visualisation sont devenues extrêmement précises, ce qui fait que l’image projetée sur la rétine est très réaliste.

Ce que l’on peut faire avec cela ? Toutes sortes de choses. Mais c’est sûr, c’est le jeu vidéo qui est le premier "client" de ce type de technologie.

Depuis 20 ans, les jeux tentent d’immerger le joueur dans l’action. Avec un casque de Réalité Virtuelle, nous y sommes pleinement. Le joueur est dans l’action. D’ailleurs, John Carmack, le créateur de Doom et Quake, deux jeux ultra-populaires déclinés sous de nombreuses formes, a craqué pour l’Oculus au point de s’y impliquer fortement et il n’est pas le seul. Plein d’éditeurs ont annoncé leur soutien. Ce pourrait être une révolution aussi forte que lors de la sortie de la Wii qui a mis le jeu vidéo à la portée d’une population qui n’avait pas joué auparavant. Sans doute même plus importante que la Wii...

Comment est-il possible de recréer un univers dans lequel le joueur s'immerge ? Ne devrait-on pas craindre de perdre pied, entre réalité et imaginaire ?

Tout simplement l’image que l’on regarde est générée en 3D à tous moments et projetée sur la rétine de l’usage (une image pour chaque œil afin de créer la stéréoscopie). C’est sûr, s’il y a des gens un peu solitaires, qui n’ont pas de vie sociale, cela ne va pas les encourager à aller vers les autres. Le danger pourrait exister - il existe déjà avec certains joueurs ultra accros à des jeux vidéo en ligne - que ce type de personne se contente de passer l’essentiel de son temps dans des univers virtuels, négligeant sa vie sociale. Et cela d’autant plus que, en image de synthèse, on peut créer des mondes fabuleusement séduisants - World of Warcraft en est un exemple.

S'il s'agit a priori d'un outillage de gamer, ce genre de technologie pourrait-il avoir des applications pour le grand public ? Que laisse présager le rachat par Facebook ?

Oui, le jeu n’est pas la seule application possible, il y en a pléthore, d’autant que les logiciels sont là. Par exemple, avant de se rendre dans une ville à l’étranger, on pourrait la visiter virtuellement, commencer à repérer des endroits que l’on aimerait visiter. Ce pourrait être vrai aussi pour une visite de château. Ou plus simplement, avant de se rendre à un rendez vous, on fait la ballade "virtuellement", pour bien se repérer. Bien d’autres applications pour le grand public sont envisageables : apprendre un sport, suivre un cours de cuisine avec un professeur virtuel qui nous montre pas à pas ce qu’il faut faire, etc.

Le rachat de Oculus par Facebook laisse présager que Mark Zuckerberg pourrait vouloir utiliser cette technologie pour développer des liens sociaux plus immersifs. Au lieu de converser avec ses ‘amis’ Facebook par le biais de l’ordinateur, on pourrait les retrouver ‘pour de vrai’ dans des lieux virtuels, un peu comme dans le jeu Les Sims. Ce soir, on se retrouve sur une île, dans le loft que j’ai conçu, sur une autre planète. On s’échange des propos, des informations, je projette une vidéo que j’ai trouvée à mes invités...

Quid des joueurs ? On s'aperçoit que des processus sans manette comme Kinect ne se vendent pas nécessairement bien. Ce processus a-t-il vraiment une chance de s'implanter durablement sur le marché du jeu-vidéo et au sein de la communauté des joueurs ? Certains peuvent-ils se montrer "conservateurs" ?

Si cela se passe comme pour la Kinect, il est probable que Oculus Rift ne suffira pas, il faudra des accessoires supplémentaires. En fait la Kinect a montré que le ‘sans manette’ n’était pas la panacée universelle, il y a des jeux qui sont bien meilleurs avec une manette. En gros, il y a l’accessoire idéal pour chaque jeu.

Pour un jeu d’aventure où on se contente de découvrir des lieux, résoudre des énigmes, Oculus Rift devrait être suffisant. En revanche, si je dois traverser une jungle virtuelle, il faudra un instrument pour couper les lianes, débroussailler autour de moi. Si on doit se battre contre des aliens, il faudra une ou plusieurs armes interagissant avec le jeu. Pour conduire un véhicule de Formule 1, l’idéal serait un volant. Ce pourra être au départ la manette mais cela enlèverait beaucoup de réalisme et à terme, il est probable que les joueurs iront vers des accessoires interactifs adaptés au jeu.

En tout cas, il ne fait aucun doute que Oculus Rift sera un succès. Ma réserve serait plutôt sur le fait que tel quel, c’est encore un peu énorme comme casque. Il faudrait qu’ils arrivent à réduire la taille à celle de grosses lunettes, mais cela ne saurait tarder.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !