Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
New York Times woke cancel culture départs de journalistes médias polémique Donald McNeil
©ANGELA WEISS / AFP

Médias

Nouvelle purge "Woke" au New York Times

Un célèbre journaliste a été mis à l'écart pour avoir fait référence au "mot en N" dans une discussion sur le discours raciste.

Tom Slater

Tom Slater

Tom Slater est rédacteur en chef adjoint au sein de la rédaction de Spiked. 

Voir la bio »

Il est peut-être un peu fatiguant à ce stade de comparer les autoritaires "Woke", en pleine ascension dans de nombreuses institutions de nos jours, aux mouvements totalitaires historiques. Mais c'est seulement parce qu'ils rendent les choses tellement faciles. L'éviction de Donald McNeil au New York Times en est un exemple.

Le célèbre journaliste scientifique, qui aurait été proposé pour un Pulitzer pour sa couverture du Covid-19, s'est retiré suite à un scandale de plusieurs semaines sur le langage qu'il a utilisé lors d'un voyage étudiant au Pérou en 2019, parrainé par le Times. Son crime ? Faire référence au mot en "n" lors d'une discussion sur un discours raciste.

Après le voyage de 5 500 dollars organisé au Pérou sur le thème des "soins de santé communautaires", six des étudiants et leurs parents se sont plaints de l'utilisation de ces insultes par M. McNeil. Certains des adolescents l'ont également accusé d'utiliser des "stéréotypes sur les adolescents noirs" et de suggérer qu'il "ne croyait pas au concept de privilège blanc".

Le Times a ouvert une enquête, à l'issue de laquelle il a "sanctionné Donald pour des déclarations et un langage inappropriés et incompatibles avec nos valeurs". Dans une déclaration au Daily Beast, le Times a déclaré qu'il avait déterminé que McNeil avait dit le mot en "n" "dans le contexte d'une conversation sur le langage raciste".

Mais cette punition n'a apparemment pas suffi. Les employés du Times ont écrit une lettre à la direction la semaine dernière, exigeant des excuses de McNeil et une enquête plus approfondie - tout en diffusant des allégations vagues et encore non vérifiées selon lesquelles il avait également fait preuve de "préjugés contre les personnes de couleur dans son travail et dans ses interactions avec ses collègues pendant des années".

"Notre communauté est scandalisée et souffre", ont déclaré les signataires, à propos d'un échange entre McNeil et des écoliers dont aucun n'avait été témoin. Ils ont également appelé le journal à "étudier comment les préjugés raciaux affectent les présentations, la rédaction et l'approvisionnement", selon un article du Daily Beast.

La direction a alors rapidement mis de côté ses conclusions précédentes sur l'incident et a jeté McNeil sous le bus. Dans une note au personnel, le rédacteur en chef Dean Baquet, l'éditeur AG Sulzberger et la directrice générale Meredith Kopit Levien ont déclaré qu'ils se réjouissaient de la lettre et qu'ils étaient "largement d'accord avec le message".

M. McNeil a démissionné deux jours plus tard, publiant une déclaration dans laquelle il s'excusait abondamment de sa conduite, concédant que le contexte dans lequel il avait utilisé ce mot - apparemment il s'y référait alors qu'il discutait des droits et des torts de suspendre un enfant de 12 ans de l'école pour l'avoir prononcé - était essentiellement hors de propos.

Nous ferions donc peut-être bien de ne pas utiliser les analogies avec le maoïsme ou le stalinisme de manière trop libérale. Mais des étudiants qui ont fait honte à McNeil à son lieu de travail qui l'a discipliné (bien qu'il ait confirmé qu'il n'avait pas de mauvaises intentions) à ses collègues qui lui ont ensuite arraché des excuses et une résignation, cette histoire a vraiment tout pour plaire.

Il va sans dire que l'insulte du "n-word" est l'un des mots les plus blessants et toxiques de la langue anglaise. Mais l'idée ici, qu'il n'y a essentiellement aucune différence entre le lancer à quelqu'un de manière raciste et le citer dans une discussion, est absurde. Le contexte et l'intention importent, et toute personne saine d'esprit le sait.

À part les militants "Woke", il semble qu’en effet, des personnes ont récemment fait à nouveau l'objet de conflits pour avoir prononcé des mots qui ressemblent au mot "n". L'année dernière, un professeur a été suspendu pour avoir utilisé le mot chinois "néga". Il existe également une page Wikipédia fascinante intitulée "Controverses sur le mot "néga"".

Au New York Times en particulier, les fous illibéraux semblent avoir bel et bien pris le contrôle de l'asile. Pendant l'été de Black Lives Matter, une révolte de l'état-major à propos d'un article d'opinion d'un sénateur en exercice, arguant que l'armée devrait être amenée à réprimer les émeutes, a conduit le rédacteur en chef du Times à démissionner.

La chroniqueuse et rédactrice en chef anti-woke Bari Weiss a également démissionné du Times l'année dernière, invoquant "les brimades constantes de la part de collègues qui ne partagent pas mes opinions". Elle avait auparavant décrit une "guerre civile" au sein du journal entre les "woke" ( globalement jeunes) et les libéraux (pour la plupart âgés de plus de 40 ans). L'affaire McNeil montre clairement quel camp est gagnant.

En effet, le limogeage de McNeil pour ses indiscrétions apparemment mineures nous rappelle à quel point la politique "woke" est aujourd'hui puissante et incontrôlée dans certaines institutions. Ils sont presque en train de faire l'épuration d'abord et de trouver les justifications ensuite. Le pouvoir qui a été confié aux personnes qui s’indignent en permanence s'avère être addictif.

Cet article a été initialement publié sur le site de SPIKED : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !