NKM, déjà grande brûlée de la campagne à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la Mairie de Paris.
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la Mairie de Paris.
©Reuters

Éditorial

NKM, déjà grande brûlée de la campagne à Paris

Lâchée par l'ensemble de ses alliés potentiels, Nathalie Kosciusko-Morizet est déjà donnée perdante au second tour des prochaines élections municipales de Paris contre Anne Hidalgo. La candidate PS recueillerait 52,5% des voix contre 47,5% pour sa rivale UMP selon un sondage Ifop/Fiducial.

Yves Derai

Yves Derai

Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.

Voir la bio »

Résumons-nous. Que ceux qui veulent la victoire de NKM aux municipales à Paris lèvent le doigt... Je ne vois pas grand monde. C’est quand même étrange : l’ex numéro 2 du gouvernement de Nicolas Sarkozy a gagné les primaires haut la main et réussi à unifier des listes de la droite et du centre.

Jean-François Copé, président de l’UMP, où te caches-tu ? Non, non, il n’a pas envie de trouver sur la route qui doit le conduire un jour à l’Elysée un puissant maire de Paris, UMP comme lui. François Fillon, alors ? En général, ce que rejette l’un, l’autre l’embrasse. Là non, pas vraiment. Fillon parait presque indifférent à la bataille de Paris depuis qu’il a décidé de ne pas la conduire. Les chiraquiens ? Après tout, c’est quand même Jacques qui a repéré dés 2002 cette « jolie emmerdeuse » comme il la surnommait. Ah mais sur ce coup-là, rien ne va de soi. Car NKM est devenue l’ennemie jurée du clan Tibéri auquel les Chirac sont très redevables. Et les quadras de l’UMP, ses frères en âge, les Bertrand, Le Maire, Wauquiez et consorts ? Voir à la rubrique Copé...

Suis-je bête : NKM, qui a publié un livre contre le Front National, doit avoir des amis centristes. Sauf que non. Le président de l’UDI, Jean-Louis Borloo, l’a dans le nez depuis le Grenelle de l’Environnement. Il était alors son ministre de tutelle et n’arrivait pas à la cadrer. Du coup, il se dit qu’il ne peut pas l’encadrer. Quant aux troupes de la fameuse Alternative, trop occupées à s’entredéchirer, elles perturbent plus qu’elles ne soutiennent les efforts de NKM.

On retrouve d’ailleurs le même syndrome chez beaucoup d’élus et de candidats à la candidature UMP, qui pensent d’abord à leur propre sort avant de s’intéresser à une victoire de la droite dans la capitale. D’où une pléthore de dissidents que la frêle députée de l’Essonne ne parvient ni à impressionner ni à séduire.

Bref, face à ce qui ressemble à une guerre familiale borgiesque, la socialiste Anne Hidalgo compte les points et prie pour que la boucherie reste ouverte jusqu’en mars. Quant à Nathalie Kosciusko-Morizet qui a de surcroît été affectée par des problèmes personnels, elle se raccroche secrètement à un dernier espoir : que l’entrée en campagne, à ses côtés, de « Super Sarko » en 2014 inverse la dynamique et lui permette, au moins, de sauver la face.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !