Nicolas Sarkozy : « Plus jamais je ne me présenterai à une élection présidentielle » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas Sarkozy : « Plus jamais je ne me présenterai à une élection présidentielle »
©

Exit 2017 ?

Nicolas Sarkozy : « Plus jamais je ne me présenterai à une élection présidentielle »

Pour terrasser l'adversaire, Nicolas Sarkozy et François Hollande n'ont reculé devant aucune manœuvre. Mais loin des stratégies élaborées en petit comité, une autre campagne s'est déroulée. C'est cette aventure souterraine que révèlent Nathalie Schuck et Nicolas Barotte dans "Coups pour coups" (Extrait 1/2).

Nicolas  Barotte et Nathalie Schuck

Nicolas Barotte et Nathalie Schuck

Nicolas Barotte est journaliste au service politique du Figaro. Il couvre l'actualité du Parti socialiste depuis 2004. Il a suivi l'ascension de François Hollande, de sa traversée du désert à la campagne présidentielle de 2012.  

Nathalie Schuck est journaliste au Parisien, chargée du suivi de l'Elysée.

Voir la bio »

Et si tout se jouait à la fin ? Les débats n’ont jamais changé le cours d’une présidentielle. Mais celui-là ? On allait voir ce qu’on allait voir, promettait Sarkozy. Quelques jours avant le duel télévisé du 2 mai, il mime la scène devant des journalistes, faisant mine d’étrangler l’un d’eux : « Hollande, pendant le débat, je vais le prendre comme ça et je vais serrer, serrer, serrer… » Sûr de lui, il va le « débusquer ».

Excès de confiance. Le soir venu, le socialiste se montre pugnace.Hollande n’explose pas. À la fin, il inflige à son adversaire une longue tirade, d’ailleurs improvisée sur le moment. « Moi président… », répète-t-il seize fois. « Au bout de la troisième fois, je me suis mis à rigoler », raconte Aquilino Morelle, dans les loges, stupéfait que Sarkozy encaisse. « C’est dommage qu’il n’y ait pas eu de plans de coupe », s’amuse Hollande à la sortie. Au siège du PS, Ségolène Royal, Martine Aubry et Laurent Fabius, qui se partagent le canapé, affichent des mines enchantées. Ils ont même joué entre eux à savoir qui serait cité le plus de fois par Sarkozy ! Un ministre soupire : « Quelle déception. Par moments, il avait l’air désarçonné ».

Le Président dort mal, refait le match dans sa tête. « J’aurais dû parler de la dette abyssale de la Corrèze ». Lorsqu’il retrouve ses stratèges le lendemain, il sait qu’il n’a pas fait la différence. « Je regrette de m’être laissé enfermer sur mon bilan, mais je devais le défendre ». Il y croit encore. Le soir venu, coup de tonnerre : François Bayrou annonce qu’il vote Hollande, lequel apprend la nouvelle à la fin de son meeting de Toulouse. Les socialistes n’imaginent plus la défaite. Ils font la fête avant l’heure.« Pour quelqu’un de moyen, il a été pas mal lors du débat », s’esclaffe dans la foule Martine Aubry, se moquant de ses propres préjugés.

Seul comme jamais, Nicolas Sarkozy persiste à croire en son étoile. « Ce sera très très serré. Les résultats risquent d’être contestés comme Bush en Floride », glisse-t-il le vendredi. Hollande a vent de la confidence. « Ce ne sera pas possible », plaisante-t-il samedi sur le marché de Tulle. « Le candidat démocrate avait fait plus de voix que Bush. Si je fais plus de voix, je serai élu ». Mais sous son apparence joviale, il angoisse plus que jamais. Avec le maire de Tulle Bernard Combes, il échange quelques impressions : « Ça se resserre ». Son ami lui rappelle qu’il faudra repartir à la députation s’il n’est pas élu. « On verra ça demain », répond Hollande.

En cette veille de second tour, Sarkozy se donne encore « une chance sur deux ». Mais le soir, lorsqu’il découvre les derniers sondages confidentiels, il comprend que c’est bien fini.

Dimanche matin, 6 mai, jour de l’élection, Hollande n’en mène pas large cependant. « L’appréhension » de la victoire…

« Ça se termine comment, votre livre ? » nous interroge-t-il. « On verra ce soir », lui répondons-nous. Mais, sur le terrain, les retours sont tous excellents. À gauche, la victoire se prépare en humant aussi l’odeur de la division à droite. « J’espère que ça va saigner », se réjouit un proche du candidat.

À 17 heures, Nicolas Sarkozy convoque Henri Guaino, Xavier Musca et Guillaume Lambert dans son bureau pour rédiger ses adieux politiques. Édouard Balladur, Alain Minc et Claude Guéant le poussent à conduire son camp aux législatives. Il refuse. Et Carla s’y oppose. Devant quelques ministres et ténors UMP, il tue les derniers espoirs : « Plus jamais je ne me présenterai à une élection présidentielle ». Exit 2017 ? Pendant ce temps-là, à Tulle, François Hollande devient président comme si de rien n’était. Au conseil général, on vient féliciter le nouveau chef de l’État. La victoire était « logique » pour lui, raconte un témoin : « On ne peut pas dire qu’il y ait eu une surprise ». « Il a fallu attendre que son visage apparaisse à 20 heures pour qu’il y ait une explosion de joie partagée », souligne-t-on. Cette fois, on boit du champagne.

Peu après 20 heures, Nicolas Sarkozy appelle François Hollande, lui souhaite « bonne chance ». Le socialiste est seul à Tulle dans son bureau à ce moment-là. Valérie Trierweiler et Aquilino Morelle le rejoignent ensuite. À la Mutualité, devant ses partisans, un moment plus tard, visage blême, le battu tire sa révérence : « Je m’apprête à redevenir un Français parmi les Français ».

À 21 heures 20, son successeur s’exprime devant la cathédrale de Tulle. Hollande lance un appel attendu au rassemblement. Son discours se conclut sur un air d’accordéon : La Vie en rose, d’Édith Piaf. Il est euphorique comme rarement. Il embrasse sa compagne et retourne au micro pour dire un dernier mot aux Tullistes : « Nous ne nous séparerons jamais, je reviendrai ». Dans sa loge à Paris, avec son dernier carré de fidèles, Nicolas Sarkozy a presque l’air soulagé. Giscard d’Estaing, Sarkozy, même destin ? Début 2011, celui-ci confiait qu’il ne serait pas aigri par l’échec, contrairement à son prédécesseur : « L’Élysée, j’y reviendrai sans problème ». En attendant, c’est François Hollande qui file vers Paris. Dans la voiture qui l’emmène à l’aéroport de Brive, il reçoit des appels d’Angela Merkel et de Barack Obama. Direction la place de la Bastille, à Paris, en successeur de François Mitterrand.

_______________________

Extrait de Coups pour coupsEditions du moment (10 mai 2012)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !