Nairobi : Samantha Lewthwaite, la "veuve blanche" d'un des kamikazes des attentats de Londres, est-elle le cerveau de l'opération ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La chef de la diplomatie kényane a en effet annoncé, lundi soir, qu'une femme britannique faisait partie du commando islamiste, en compagnie de deux ou trois Américains.
La chef de la diplomatie kényane a en effet annoncé, lundi soir, qu'une femme britannique faisait partie du commando islamiste, en compagnie de deux ou trois Américains.
©Reuters

From London

Nairobi : Samantha Lewthwaite, la "veuve blanche" d'un des kamikazes des attentats de Londres, est-elle le cerveau de l'opération ?

Samantha Lewthwaite, une jeune Britannique convertie à l'islam, est fortement suspectée d'avoir participé à l'attaque du centre commercial de Westgate de Nairobi.

La veuve blanche Samantha Lewthwaite est-elle morte ou vivante ? C'est la question que les autorités se posent à l'heure qu'il est. La police anti-terroriste kenyane a révélé, dimanche, que Samantha Lewthwaite pourrait être le cerveau de l’opération menée contre le centre commercial Westgate de Nairobi depuis le samedi 21 septembre, et qui a fait au moins 62 morts et près de 200 blessés.

Surnommée « la veuve blanche », elle aurait été identifiée dans le centre commercial de Westgate pendant la prise d’otages par un blogueur kényan présent sur les lieux. Il a tweeté en direct pendant plus de 36 heures. Sur son profil Twitter on lit : «Meneur de #WestgateAttack est une dame avec un accent britannique. Pourrait être la veuve insaisissable».

La chef de la diplomatie kényane a en effet annoncé, lundi soir, qu'une femme britannique faisait bien partie du commando islamiste, en compagnie de deux ou trois Américains.

Fille d’un ancien soldat britannique, Samantha Lewthwaite vit une enfance des plus paisibles à Aylesbury, ville du sud-est de l'Angleterre, en compagnie de sa mère Christine et de son père Andrew. Mais leur divorce en 1995 bouleverse la jeune fille qui trouve refuge chez ses voisins musulmans. Séduite par la chaleur de leur famille, elle se familiarise avec leur religion.

À 15 ans, elle se convertit à l'islam et choisit de porter le voile intégral, qui ne laisse visibles que ses mains et son visage.  À 18 ans, elle s'inscrit à l'École des études orientales et africaines de Londres pour y suivre des cours de politique et de religion. Adepte des forums musulmans, elle rencontre virtuellement, en 2002, Jermaine Lindsay, un menuisier anglais d'origine jamaïcaine, qu'elle épouse 3 ans après.

Lorsque son mari est désigné comme l’un des quatre kamikazes responsables de l’attentat de Londres du 7 juillet 2005, qui a fait 56 morts, la veuve nie toute implication et déclare ne rien savoir des activités de son défunt mari. Elle est veuve et enceinte de son deuxième enfant. Sa fille voit le jour deux mois plus tard, en septembre 2005. Samantha Lewthwaite parvient à échapper à la vigilance de la police et disparaît avant de refaire surface en août 2011 au Kenya. Elle aurait quitté la Grande-Bretagne en 2005 pour rejoindre les shebabs, islamistes somaliens liés à l'organisation terroriste, et aurait officié dans des camps d’entraînement au suicide pour les femmes en Somalie. Elle s'appelle désormais Nathalie Faye Webb, une citoyenne sud-africaine, mariée à Habib Ghani, un djihadiste originaire de la banlieue de Londres surnommé "Osama". Dans des notes retrouvées par la police kényane dans leur maison de Mombasa, Samantha Lewthwaite explique vouloir un homme "qui donnera tout ce qu'il peut à Allah et s'emploiera à terroriser les mécréants".

Dans un poème intitulé "Le paradis de demain" et publié sur Twitter en septembre 2012, Samantha Lewthwaite dit en avoir assez de sa vie de fugitive, rapporte Le Point. Rendant hommage à Aboud Rogo Mohammed, l'ancien leader des shebabs somaliens, abattu une semaine plus tôt, la soldate de Dieu explique qu'elle veut le rejoindre au paradis. "J'observe autour de moi comme le djihad est merveilleux, il vit au Kenya, il vit en moi, je respire le djihad, mon heure est arrivée."

 Marie Théobald

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !