Nadine Morano : "Je n'ai pas peur du système politico-médiatique rongé par la boboïsation, tant pis si mes vérités dérangent" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nadine Morano : "Je n'ai pas peur du système politico-médiatique rongé par la boboïsation, tant pis si mes vérités dérangent"
©Reuters

Grand Entretien

Nadine Morano : "Je n'ai pas peur du système politico-médiatique rongé par la boboïsation, tant pis si mes vérités dérangent"

La député européenne et Présidente du rassemblement pour le peuple de France estime par ailleurs que l'islam pose un "grave problème" à la France, qu'il faut réguler et diversifier notre immigration.

Nadine Morano

Nadine Morano

Nadine Morano est membre des Républicains. Aujourd'hui député européenne, elle a été ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle.

 

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez récemment déclaré que "nous ne maîtrisons pas l'immigration. Nous avons d'ailleurs une immigration arabo-musulmane aujourd'hui nettement supérieure et je propose de freiner cette immigration, de la réduire massivement." Ces propos ont par ailleurs été beaucoup déformés dans les médias. Ces derniers mois, il est vrai que vous avez parfois tenu des propos en dehors du "politiquement correct". Cette part d'outrance dans vos propos est-elle parfois volontaire, une position pour briser le discours justement "politiquement correct" ? 

Nadine Morano : A vous entendre, je devrais en conclure qu’un discours de vérité est une outrance. Depuis 30 ans, nous avons glissé vers le politiquement correct où il ne faut plus parler de rien et certainement pas de l’immigration au risque de se faire immédiatement cataloguer de raciste ou de fasciste. J’observe d’ailleurs que ma famille politique s’est essayée à plus de zèle dans les années 1990, lorsque qu’elle évoquait "la lutte des races va remplacer la lutte des classes dans les quartiers". Elle s’est rangée dans ce politiquement correct sans doute par peur du système politico-médiatique rongé par la boboïsation.

Ce n’est pas mon cas, je dis des vérités et tant pis si elles dérangent le système établi, en tout cas je constate qu’elles sont partagées par un grand nombre de Français. Nous devons diversifier notre immigration depuis trop longtemps issue en majorité des pays arabo-musulmans. Je propose que nous votions au Parlement un quota annuel d’immigration en fonction des compétences dont notre pays à besoin et en fonction des continents de provenance. Pour préserver notre cohésion nationale aujourd’hui bien mise à mal, nous devons préserver notre équilibre culturel et notre mode de vie.

Fin juillet, vous refusiez de voir dans la série d'attentats de l'Etat islamique une guerre de religions, tout en ajoutant que l'islam posait cependant un "grave" problème. Très concrètement, quels sont-ils ? Et quel diagnostic faîtes-vous du problème qu'il pose ?

Non, j’ai dit que les terroristes cherchent la guerre de religion. C’est pourquoi, il nous faut être lucides. Nous avons un problème avec l’Islam en France que nous devons régler sinon la situation risque de dégénérer.

Nous avons d’ailleurs accueilli trop de musulmans sur notre sol alors qu’en terre chrétienne, il n’y avait pas de mosquées. En 1965, il y avait 5 mosquées, en 1970 près de 100, en 2016 nous en comptons 2500, alors que le culte musulman n’est pas correctement organisé.

De nombreux musulmans vivent dans notre pays en respectant nos lois et les placent au-dessus de leur religion. Mais de nombreux musulmans aussi ne respectent pas nos lois et placent leur religion au-dessus de nos lois ! Le communautarisme islamiste s’est développé de manière exponentielle. La France a des racines chrétiennes et le fonctionnement de la République est laïque. Elle n’a pas vocation à devenir musulmane sinon ce ne serait plus la France. Nous devons donc réduire massivement l’immigration en provenance des pays arabo-musulmans sans quoi nous serons dépassés.

Stéphane le Foll a d'ailleurs récemment déclaré au sujet de l'islam qu' "Il y a ceux qui vont chercher à apaiser et trouver des solutions et ceux qui attisent." Que répondez-vous aux personnes qui disent que vous jetez de l'huile sur le feu, qui vous accusent d'alimenter les tensions communautaires ? Ou au contraire pensez-vous que le risque réside quand le silence ? Comment vous situez-vous ?

Les terroristes ont abattus 250 personnes en 18 mois au nom de l’Islam, mais comme le gouvernement auquel il appartient est dans le déni de la gravité de la situation. Pourtant, nous sommes en guerre mais lui nous parle d’apaiser quand il est nécessaire de combattre. L’Imam de Lyon déclarait il y a quelques jours "nous devons faire le ménage"... Il a raison. Mais le gouvernement ne fait rien par pur clientélisme. Il utilise la force sans ménagement pour expulser les occupants de l’église Sainte Rita à Paris et se dérobe quand il faut fermer les mosquées salafistes. La DGSI en a recensé 150, l’Etat en aurait fermé 10... lesquelles ? Que le gouvernement rende des comptes aux Français. La mosquée de Brest est-elle fermée, son imam a-t-il été mis hors d’état de nuire avec ses prêches monstrueux ? Etonnant, il n’y a ni image, ni information à ce sujet. Pourtant, Il faut fermer voire même démolir ces lieux où l’on prêche la haine de la France, la haine de nos valeurs et de notre civilisation. Nous ne devons plus autoriser une seule ouverture de mosquée et exiger des prises de position publiques des responsables musulmans notamment sur l’interdiction du port du voile intégral. Les terroristes tuent au nom de l’Islam avec une vision de cette religion sexiste, criminelle, niant la liberté de pensée. J’ai demandé à ce que dans chaque département, les Préfets recensent les imams qui prêchent pour vérifier leur situation sur notre territoire et s’ils prêchent en Français et respectent nos lois et nos valeurs. Je ne veux plus que se développe l’idée que la femme est un sous-homme et qu’elle doit être soumise. Je ne veux plus voir ces femmes toutes vêtues de noir en voile intégral qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes. Je suis en colère face à l’impuissance publique à faire respecter nos lois !

Par ailleurs, nous devons maîtriser fermement notre immigration, la réduire massivement et sécuriser nos frontières qui sont de véritables passoires. Regardez ce qui se passe à Menton mais aussi dans les trains et tous ces clandestins qui voyagent sans titre de transport...

Vous avez par ailleurs annoncé votre intention de devenir candidate à la primaire de la droite. En campagne, à quelle diversité des réactions de la part des gens que vous rencontrez sur le terrain êtes-vous confrontée, que disent-ils de vos positions, de vos diagnostics ? 

Je rencontre une forte adhésion à mes propos et à mon discours. A tel point que beaucoup, qui ne sont pas adhérents les Républicains m’encouragent à être candidate en dehors du parti...

Les enquêtes montrent qu'Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont de fortes chances de se retrouver pour le second tour de la primaire. Si cette hypothèse se concrétisait, quel serait votre choix ? Y aurait-il des conditions à respecter pour bénéficier de votre ralliement ?

Les enquêtes sont payées par les médias qui font leur une sur les candidats qu’ils souhaitent promouvoir. Pourtant, je n’entends pas un engouement pour des candidats qui ont été au pouvoir depuis si longtemps. Il y a une envie forte de renouvellement du personnel politique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !