Molle sortie des iPhones 5S et 5C : Apple a-t-il perdu la main ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Environ 8 millions d’iPhones 5S devraient être vendus.
Environ 8 millions d’iPhones 5S devraient être vendus.
©Reuters

Mauvaise stratégie

Molle sortie des iPhones 5S et 5C : Apple a-t-il perdu la main ?

Alors que pour l’iPhone 4S et 5, Apple avait dévoilé les chiffres des précommandes, pour le 5S et le 5C la marque est restée plutôt discrète. D’après Reuters qui s’appuie sur les chiffres d’un opérateur américain, le bilan des précommandes de ces deux iPhone ne tient pas vraiment du record.

Gilles Dounès - Daniel Ichbiah

Gilles Dounès - Daniel Ichbiah

Gilles Dounès est Directeur de la Rédaction du site MacPlus.net qui couvre l’actualité d’Apple depuis septembre 1997. Il est le co-auteur avec Marc Geoffroy d’iPod Backstage, les coulisses d’un succès mondial, paru en 2005 aux Editions Dunod.

Daniel Ichbiah est écrivain et journaliste, spécialisé dans les jeux vidéo, les nouvelles technologiques, la musique, et la robotique. Il est l'auteur de nombreux best-sellers tels que La Saga des jeux vidéos, Les 4 vies de Steve Jobs, Rock Vibrations, Bill Gates et la saga de Microsoft… Parmi les biographies musicales écrites par l’auteur figurent celles de Téléphone, de Michael Jackson, des Beatles, d’Elvis Presley, de Madonna, des Rolling Stones… Il est également l'auteur de La Saga des Jeux Vidéo qui sort en édition de poche fin mars 2014.

Voir la bio »

Atlantico : Les deux nouveaux téléphones d’iPhone, le 5C et le 5S, déçoivent les analystes par leur prix et leur manque d’innovation. D’après Reuters, qui s’appuie sur les chiffres d’un opérateur américain, le bilan des précommandes de ces deux iPhone ne tient pas du record. Apple a-t-il perdu la main ? Pourquoi ?

Gilles Dounès : Non, Apple n’a pas perdu la main et a même recommencé à innover. Le système d’exploitation est sans doute le plus important. Le 5S est une modernisation. Il y a un tas d’applications inimaginables sur Ios 7. Selon les analystes Gene Munster de Piper Jaffray et Ming-Chi Kuo de KGI, 6 à 8 millions d'iPhone 5S et 5C devraient être écoulés le premier week-end. L'an dernier, 5 millions d'iPhone 5 avaient été précommandes et l'année précédente, c'était 4 millions d'iPhone 4S. L'iPhone 5S est une amélioration à l'intérieur d'un design fait pour durer 4 mois. La puce est plus rapide, l'appareil photo et la vidéo sont des progrès notables. Le 5C est un ré habillage coloré du 5, un peu comme l'iPod mini qui, plus petit, donnait les mêmes capacités que le premier en 2001. On est dans une diffusion plus large avec des prix plus attractifs sans faire pour autant du "low cost". Pour avoir un téléphone 'low cost', il faut que les opérateurs jouent le jeu en terme de prix. Depuis 2010, ils proposaient les modèles de deux ans auparavant.

Depuis 2010, Apple proposait son modèle de deux ans auparavant pour 1$ avec abonnement de 24 mois, et plus récemment même gratuitement, mais les opérateurs français ont gardé un prix aux alentours de 99 euros en se contentant de purger leur stock avec des offres à 1 euro le mois précédent la sortie des nouveaux modèles. Ce n'est pas tant Apple que les opérateurs qui privilégient leur marge en la matière.

Daniel Ichbiah : Non, je ne pense pas qu’Apple ait perdu la main car leur appareil est de haut niveau. De plus, il est compatible avec la 4G. Les premiers tests du 5S sont plutôt positifs et son appareil photo a un léger avantage sur le Nokia Lumia 1020. Il faut prendre le 5S comme une version intermédiaire. Le gros problème de ces iPhone est leur concurrent : le Galaxy de Samsung.

L’iPhone 5C, qui devait être un téléphone « low-cost », était très attendu dans le monde entier, il a finalement déçu. Apple s’est-il trompé de stratégie ?  

Gilles Dounès : Les opérateurs vendent le téléphone 2 à 2,5 fois le prix neuf, payé de façon indolore par le biais de l’abonnement. L’intervalle de prix entre le 5S et le 5C n’est pas important. L’iPhone « low-cost » est une rumeur et c’est mal connaitre Apple que de penser qu’ils pouvaient faire du bas de gamme. L’entrée dans les marchés pour Apple se fait toujours par le haut. En France, tout le monde ne peut pas s’offrir un téléphone à 700 euros et la baisse de prix du modèle successif est là pour que tout le monde puisse entrer dans cet écosystème. Une baisse des prix supplémentaire ne se fera que plus tard, éventuellement, avec un modèle plus dépouillé comme cela a pu être le cas avec l'iPod shuffle. On est dans une descente progressive en gamme, toujours avec ce même niveau d'exigeance.

Daniel Ichbiah : Les 4 et 5 vont voir leurs prix baisser énormément car lorsqu’un nouveau modèle sort, le prix de l’ancien baisse. Le 5C n’a peut-être pas grand intérêt mais le 5S fait très envie, il est beau et a quand même de belles innovations, notamment le lecteur d’empreintes digitales. Apple n’aurait pas du faire du « low cost », ce n’est pas leur stratégie, ils auraient du rester sur un marché haut de gamme comme ils l’ont toujours fait.

Quelles sont les lacunes de l’iPhone 5S ? Manque-t-il des innovations majeures ?

Gilles Dounès : Synchroniser avec un seul ordinateur n'est pas une lacune. La lacune de l'iPhone 5S est que le design n'a pas changé. Cela avait été imposé pour que l’iPhone ne puisse pas servir de disque dur ou de clé usb pour que les gens ne puissent pas échanger leurs musiques. On est sur un forfait de 24 mois avec un modèle tous les 24 mois. Tout dépend de l’opérateur, du réseau et des efforts du constructeur. Le gros concurrent Samsung, a un modèle économique qui lui permet de réagir rapidement aux évolutions du marché pour lutter contre la concurrence. Les points forts d'Apple sont le confort et l'expérience utilisateur.

Il n'y a pas de réelles lacunes et le rythme de 24 mois fait que l'iPhone 5S et le rajeunissement du design de l'année précédente, là depuis l'iPhone 3G, porte traditionnellement sur trois points: la vitesse de la puce, l'interface utilisateur et l'appareil photo.

La lacune est la taille de l'écran qui n'a pas bougé.

La puce de 64 bits permet de traiter davantage d'informations. Apple est par ailleurs le premier à avoir installé un coprocesseur qui soulage le processeur principal de la prise en charge des mouvements et ses déplacements. On peut en outre imaginer une multitude d'applications surtout que les jeux sont importants dans l'écosystème iOS 7. 

Pour l'appareil photo, le laboratoire français d'analyse DXO et le site spécialisé dpreview.com a régulièrement classé l'iPhone entre les meilleurs "photophones" du marché, jusqu'à l'arrivée du Galasy S4. Le capteur de l'iPhone 5S est un capteur conçu par Apple qui a fait le choix, en augmentant sa surface, de garder le même nombre de pixels pour augmenter la surface de ces pixels. Il s'agit d'avoir une meilleure qualité d'image en basse lumière et les premiers retours marquent un progrès par rapport à l'iPhone 5. Sur le papier, l’appareil photo fait toujours 8 méga pixels, ce qui est un handicap en terme marketing, mais les premiers retours marquent un progrès notable par rapport à l'iPhone 5.

Enfin, sur le plan de l'interface utilisateur, le lecteur d'empreintes est une innovation majeure.

 

Daniel Ichbiah : Pour le 5S et le 5C, Apple aurait pu proposer un grand écran comme le Galaxy. Le problème d’Apple c’est qu’il n’y a pas le choix : on a une seule taille possible de téléphone. Cependant, les tests pour l’appareil photo sont très bons : 8 méga pixels c’est beaucoup pour un téléphone.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !