Modgliani, Lichtenstein, ventes records chez Christie's : l’art est-il un bon placement ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Un homme passe devant une oeuvre d'Andy Warhol.
Un homme passe devant une oeuvre d'Andy Warhol.
©REUTERS / Darren Ornitz

Investissement

Modgliani, Lichtenstein, ventes records chez Christie's : l’art est-il un bon placement ?

Christie's a annoncé de nouvelles ventes records dans la nuit du 10 novembre. Les œuvres sont achetées par des passionnés mais constituent également un investissement.

François-Xavier Trancart

François-Xavier Trancart

Diplomé de l'Edhec, François-Xavier Trancart est co-fondateur d'Artsper, N°1 Européen de la vente d'art contemporain en Ligne.

Voir la bio »

Atlantico : Nouveaux records de ventes chez Christie's dans la nuit du 10 novembre avec notamment un Modigliani vendu à plus de 170 millions de dollars. Faut-il encore investir dans l'art ? N'y a-t-il pas un risque de bulle spéculative ?

François-Xavier Trancart : On assiste tout simplement à une évolution en profondeur du marché de l'art depuis le début du siècle. En 10 ans, il a connu une croissance de 300% . D'une part, c'est la demande qui a augmenté de manière exponentielle: depuis les années 2000, la demande en art contemporain a littéralement explosé avec l'arrivée de nouveaux millionnaires du Brésil, du Qatar, de Chine, de Russie ou d'Inde.  A cela s'ajoute le phénomène de la financiarisation du secteur, c'est-à-dire l'utilisation de l'art contemporain comme un investissement et une valeur refuge (car souvent l'objet de défiscalisation) et la présence de grands industriels et financiers parmi les acheteurs de ventes aux enchères.
Cependant il ne faut pas oublier que les records repoussés de jour en jour chez Christie's et Sotheby's ne sont qu'une partie de la réalité du marché. En dehors des maisons de vente et des galeries stars le reste du marché de l'art (soit le secteur primaire des galeries du premier marché) est beaucoup moins sujet aux flambées de prix, et par là, beaucoup moins speculatif et moins risqué.. En somme le risque de bulle spéculative est d'autant plus fort qu'un artiste fait l'objet d'un succès rapide soutenu artificiellement par un grand marchand d'art.

L'art constitue un placement sûr pour les grandes fortunes mais est-ce un placement accessible pour tous les portefeuilles ?

Nous entendons régulièrement parler des records de ventes dans les ventes aux enchères pour des centaines de millions d’euros de vente. L’investissement dans l’art peut donc paraitre limité ou réservé uniquement aux grandes fortunes, mais il n’en est rien et c’est notamment pour cela que nous avons lancé Artsper.com il y a deux ans, afin de prouver que l’art est accessible à tous. Pour chaque budget, il existe des oeuvres des artistes intéressants à suivre et à collectionner. Nos experts en ligne, grâce à notre catalogue de plus de 15 000 oeuvres vont vous orienter et conseiller en fonction de vos préférences et de votre budget.
Les foires ou les différents salons OFF de la FIAC sont également présents pour vous permettre de miser sur des artistes émergents ou à la cotation plus accessible que des Kappoor ou Koons.
Enfin des salons de jeunes artistes comme le salon de montrouge ou jeune creation, vous permettent de miser sur des jeunes talents souvent à la sortie des beaux arts. En deux ans, nous avons vu sur Artsper la cote de jeunes artistes augmenter de manière impressionnante.

L'arrivée de la Chine sur le marché de l'art a eu un impact extrêmement important mais celle-ci commence à connaître des difficultés économiques. Comment cela peut il affecter le marché de l'art ?

Depuis quelques mois on entend parler du déclin du marché de l’art chinois, après que celui-ci ait bondi de 214% entre 2009 et 2014. En effet depuis la parution du rapport conjoint Artprice-AMMA sur l’année 2015 le fait que la Chine n’occupe plus aujourd’hui la première place n’est plus un secret. Ayant été durant quatre années consécutives le leader du marché de l’art international, la Chine a laissé sa place aux Etats-Unis. Les économistes s’accordent pour conclure que ce sont les mesures anti-corruption de Xi Jinping qui sont la cause directe de la baisse de 36,9% des recettes chinoises –ces mesures ayant l’objectif de décourager les investissements dans le luxe.
Si aujourd’hui les artistes américains représentent presque 40% du chiffre d’affaire mondial les artistes chinois eux en représente seulement 21% soit moins 21 point par rapport à 2014. Néanmoins, les artistes chinois restent pour l’instant dans les plus cotés du marché, avec, toujours d’après le rapport ARtprice-AMMA,  deux artistes dans le top 10 et quinze autres dans le top 50.

On peut penser que la répercussion probable pour le marché soit que les acheteurs chinois se tournent de plus en plus vers l’achat d’art contemporain occidental.

La France a toujours rayonné par sa culture et produit des artistes parmi les plus connus du monde par le passé. Où en est-elle aujourd'hui ? Les artistes français sont ils toujours présents sur le marché de l'art ?

La France, et plus précisément Paris a été le centre du monde culturel jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale (les grands mouvements de l'entre-deux guerre sont nés ou se sont développés à Paris -surréalisme, dadaisme etc.) A partir de la Seconde Guerre, New York devient le lieu de passage obligé pour les artistes internationaux, et mène le marché de l'art mondial (aujourd'hui avec Londres et la Chine).
En 50 ans, la part de la France dans les ventes aux enchères est passée de 50% à 3%, alors qu'elle représentait 60% du marché de l'art dans les années 1960. Elle arrive aujourd'hui en 4ème position, mais reste loin derrière les USA, la Chine et UK.
Les raisons de ce retard sont un certain nombre de contraintes et limitations du secteur des maisons de vente françaises, qui les rend peu concurrentielles par rapport aux maisons de vente étrangères. Par ailleurs, les artistes français ont une faible visibilité sur le marché international, leurs prix atteignent rarement des montants élevés, et ils sont quasi absents des collections étrangères.
La France peut tout de même se prévaloir de 2 collectionneurs stars (François Pinault et Bernard Arnaud) dans le monde de l'art.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !