Michel Sapin : "Quel entrepreneur peut dire qu'embaucher ça fait mal ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Michel Sapin, ministre du Budget, au micro de BFM Business
Michel Sapin, ministre du Budget, au micro de BFM Business
©BFM Business

Le Zap'Eco

Michel Sapin : "Quel entrepreneur peut dire qu'embaucher ça fait mal ?"

Le replay du jour : 

Michel Sapin était l’invité de BFM Business ce matin. Le ministre du Travail et de l'Emploi est intervenu pour défendre la politique économique du gouvernement et donner quelques repères aux récentes déclarations du président. Le ministre affirme que l’année 2014 serait principalement celle de l’observation de "l’effet du CICE, qui permettrait pour les entreprises de la marge, des capacités d’investir et donc d’embaucher". "A partir de 2015, c’est la réflexion et je n’aurais pas de réponse précise parce qu’on est dans la réflexion". Concrètement, "lorsqu’il y a une feuille de paye, il y a une ligne qui s’appelle "cotisation patronale aux allocations familiale". Le président veut qu’elle soit effacée". La transition du CICE à l’allègement des cotisations familiales ne se répercutera pas sur les entreprises, affirme Michel Sapin : "Il peut y avoir un problème du coté de l’État". Objectif : que la "baisse globale du coût du travail soit plus élevée que le coût du CICE". Sur "la contrepartie que Monsieur Gattaz porte au coin de son veston", le ministre demande : "Embaucher ça me fait mal" : quel entrepreneur peut dire ça ?". Reculer ou stagner, c’est licencier, c’est ça la réalité de la France". lance Michel Sapin.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui a dit ?

L'accélération des ventes de voitures électriques est inéluctable

Réponse : Carlos Ghosn, sur Europe 1 à propos de la stratégie de Renault qui privilégie les voitures électriques aux véhicules hybrides. Le PDG de Renault Nissan estime que "les conditions qui ont amené au lancement de ces voitures électriques ne font que s'affirmer". Pour autant, le PDG concède qu'il y a un besoin d'infrastructures adaptées en France pour confirmer l'essor de la vente d'automobiles électriques. 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !