Michel Combes - Alcatel-Lucent : "La performance opérationnelle s’est améliorée" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Michel Combes, directeur général d'Alcatel-Lucent. Le groupe publie ses résultats ce jeudi 6 février.
Michel Combes, directeur général d'Alcatel-Lucent. Le groupe publie ses résultats ce jeudi 6 février.
©BFM

Le Zap'Eco

Michel Combes - Alcatel-Lucent : "La performance opérationnelle s’est améliorée"

Le Replay du jour : 

Michel Combes était l’invité de BFM Business ce matin. Le directeur général d’Alcatel-Lucent revenait sur la publication aujourd’hui des pertes de 1,3 milliard d’euros à la fin 2013, Michel Combes défend "la performance opérationnelle de l’entreprise qui s’est améliorée entre 2013 et 2012 d’un demi milliard d’euros". Le directeur général met également en avant le repositionnement du groupe, notamment sur le haut débit et le cloud, et le desserrement des taux de refinancement. Pour expliquer l’écart entre les pertes et les résultats opérationnels sur l’année 2013, il constate "deux phénomènes contradictoires" : "une dépréciation d’actif qui ont été passé au premier semestre" et un  "résultat net du quatrième trimestre positif". Les charges de restructuration engagées au début de l’année précédente "vont permettre à Alcatel-Lucent de renouer avec un cash flow positif à l’horizon 2015". "En un semestre, que de chemin parcouru ! Mais le Plan Shift c’est 5 semestres pour gagner". Par ailleurs, le directeur général déplore une "fragmentation des opérateurs en Europe avec plus de 100 opérateurs". Il relève également le soutien des pouvoirs publics dans la réduction de la taille du plan social engagé : "Arnaud Montebourg  a raison lorsqu’il est exigeant sur le contenu social des restructurations". 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui a dit ? 

"Tout a commencé quand j'ai refusé de détruire une série de documents sensibles." 

Réponse : Stéphanie GIBAUD, ancienne responsable du marketing et de la communication chez UBS France, pour son livre "La femme qui en savait trop". "La nature des informations que je détenais dans ces fichiers Excel était des profils de clients. Ce sont des créateurs de richesses, des grands patrons, des gens relativement connus. J’ai vu des noms bien sur". Dans ce livre, elle raconte sa descente aux enfers après avoir révélé sa participation aux camouflages de l'entreprise. "Dès lors que j’ai refusé, ils ont tout fait  pour me mettre à terre, pour me discréditer, et du jour au lendemain vous êtes blacklisté, au placard."

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !