Michel Barnier : "La crise financière a coûté 1500 milliards d’argent public, les banques doivent payer pour les banques" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Michel Barnier : "La crise financière a coûté 1500 milliards d’argent public, les banques doivent payer pour les banques"
©Capture écran France Info

Le Zap'Éco

Michel Barnier : "La crise financière a coûté 1500 milliards d’argent public, les banques doivent payer pour les banques"

Le Replay 

Michel Barnier était l'invité de France Culture ce matin. Le commissaire européen en charge du Marché intérieur indique que "la crise financière a coûté 1.500 milliards d’argent public. Il faut que les banques payent pour les banques, et  qu’elles soit mieux surveillées, plus robustes. Que l’on appelle plus les contribuables à la rescousse". Auteur du livre "Se reposer ou être libre", le commissaire s'indigne : "si on se repose chacun chez soi et chacun pour soi, on est foutu ! Dominés, sous-traitants des Américains et des Chinois : moi, je n’en ai pas envie !". Et dénoncer qu'en France le débat sur les élections européennes "on regarde notre nombril au lieu de regarder le monde". D'après lui, "nous ne sommes pas un État, ni une Nation, nous sommes un continent de 500 millions d’hommes et de femmes qui mutualisent mais ne suppriment pas nos différences."  

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

 

 

 

Qui a dit ? 

"Ce service a engrangé 750 à 800 millions d’euros depuis décembre 2013." 

Réponse : Christian Eckert, ce matin sur France Inter. Le secrétaire d'État chargé du Budget a déclaré que le service de rapatriement des fonds des évadés fiscaux "a engrangé 750 à 800 millions d’euros depuis décembre 2013".  "Nous attendions 1 milliard pour 2014 : nous allons largement le dépasser", à hauteur de "1,8 milliard". A savoir que "les gens qui déclarent leurs avoirs à l’étranger font certes l’objet d'un redressement, mais vont être connu du Fisc pour l'avenir. Ils continuerons d’être assujetis à l’impôt. Il y aura des recettes pérennes", à terme.  

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !