Messieurs Hollande et Sarkozy, annoncez vos Premiers ministres ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Messieurs Hollande et Sarkozy, 
annoncez vos Premiers ministres !
©

EDITORIAL

Messieurs Hollande et Sarkozy, annoncez vos Premiers ministres !

Pour une fois, merci les sondeurs. Grâce à l’un d’entre eux, la question du futur chef du gouvernement de la France est enfin posée sur la table.

Yves Derai

Yves Derai

Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.

Voir la bio »

Selon une enquête de l’IFOP parue mardi dans le quotidien Direct Matin, les Français aimeraient voir Martine Aubry à Matignon dans l’hypothèse de la victoire de François Hollande ; et ils souhaiteraient la nomination d’Alain Juppé si Nicolas Sarkozy finissait par l’emporter. On peut déduire de cette double préférence que les Français attendent de leur futur Premier ministre de l’expérience et, sans doute, de la sagesse, cette seconde qualité découlant souvent de la première.

On constate aussi que le peuple de gauche a apprécié la primaire socialiste puisque les trois personnalités les plus citées par les personnes interrogées y ont concouru (dans l’ordre, Martine Aubry 25%, Manuel Valls 13% et Arnaud Montebourg 12%). Le directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici, lui aussi prétendant à Matignon, arrive loin derrière ce trio. A droite, la nouvelle génération convainc moins, Nathalie Kociusko-Morizet, 4e du classement avec 9 % étant nettement distancé par le trio Juppé (30%)-Borloo (19%)-Fillon (18%). Quant à Jean-François Copé qui passe pour être le meilleur quadra de la majorité, il pointe en queue de peloton, derrière son irréductible ennemi Xavier Bertrand ! Sans doute la malédiction de l’UMP qui a frappé tous ses secrétaires généraux depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007.

Dans cette campagne où les candidats ont abordé une foultitude de sujets pas forcément prioritaires pour l’avenir de la France, les deux favoris refusent pour l’instant de dire qui ils choisiraient comme seconde tête de l’Exécutif s’ils accédaient à l’Elysée. Un silence inspiré de la meilleure intention : ne pas vendre la peau de l’ours, etc. A ce compte-là, pourquoi ne pas s’interdire de révéler ses projets pour le prochain quinquennat ? Non, cet argument à la limite de la superstition ne tient pas. François Hollande estime que Nicolas Sarkozy a démonétisé la fonction de Premier ministre. Il veut lui rendre ses lettres de noblesse. Il a même déclaré que le "Premier ministre, est constitutionnellement, responsable de la défense nationale", considérée pourtant comme l’un des domaines réservés du Chef de l’Etat. Si le Premier ministre serait promis à un rôle si important sous l’ère Hollande, le candidat socialiste doit annoncer la couleur. En réalité, il redoute surtout de créer des divisions dans son équipe où les rivalités s’exacerbent à mesure qu’approche la date fatidique du 6 mai.

Quant à Nicolas Sarkozy, on se souvient qu’en 2007, s’il ne l’avait pas annoncé officiellement, il avait clairement fait comprendre aux observateurs et à ses électeurs qu’il comptait nommer François Fillon en cas de victoire. L’homme de la Sarthe animait tous les matins la réunion phare de la campagne, formant d’ailleurs un tandem très complémentaire avec Nicolas Sarkozy. Cette fois, ce dernier demeure prudent sur le sujet. Pourquoi le président-candidat ne procède-t-il pas de la même manière qu’en 2007 ? Après tout, la transparence ne lui avait alors pas si mal réussi. Selon quelques indiscrétions glanées auprès d’un proche du dossier, l’animal politique hors pair que demeure Nicolas Sarkozy songe sérieusement à abattre ses cartes d’ici au premier tour.  D’ailleurs, ne vient-il pas de laisser entendre sur une radio à une heure de grande écoute qu’Alain Juppé faisait partie de sa short list ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !