Matteo Renzi en 8 réformes radicales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Matteo Renzi en 8 réformes radicales
©REUTERS/Remo Casilli

Italians do it better

Matteo Renzi en 8 réformes radicales

Il est connu pour sa jeunesse, son bagou, son côté provocateur. Il avait promis une réforme par mois, et il s'y est tenu. Un peu plus de 100 jours après sa prise du pouvoir italien, Matteo Renzi intrigue, énerve, fascine.

Giorgio Pedronetto

Giorgio Pedronetto

Giorgio Pedronetto, diplômé en Sciences Politiques (Université de Turin), a d’abord travaillé pour différents organismes parapublics italiens et français avant de rejoindre le secteur financier où il s’occupe de marketing. Historien passionné et très attentif aux évolutions politiques, il rédige depuis environ trois ans un blog d’opinion : « Un regard un peu conservateur ».

Voir la bio »

Matteo Renzi n'a pas été élu, il a conquis le pouvoir 

Giorgio Pedronetto : L’arrivée au pouvoir de Matteo Renzi n’a rien de « constitutionnellement correct » et ne représente pas un bel exemple pour la démocratie italienne. Rappelons les faits : élu à la tête du Partito Democratico par des primaires, il a ensuite retiré la confiance du parti à Enrico Letta (du même parti), qui a renoncé sans même demander un passage devant le parlement. Matteo Renzi n’est donc pas un élu strictu sensu. La prétendue légitimation issue des élections européennes (40 %) nous fait plutôt penser au plébiscite de 1852 qui reconnut l’empire de Napoléon III…

Il a vendu 151 voitures appartenant à l'Etat sur Ebay afin de financer les baisses d'impôts

Les "auto blu" (voitures bleu), fantasme des fastes de l’état... Dans la réalité, il a été question de vendre des voitures fatiguées par les années et les kilomètres ; l’astuce a été de le faire comme n’importe qui lorsqu’il souhaite se débarrasser de ses vieilleries, sur Ebay. Quant à financer les baisses d’impôts, la vente a rapporté 371 400 euros (selon le site officiel du gouvernement italien), une goutte d’eau…

Il a posé à onze reprises la question de confiance concernant ses réformes

Ce n’est pas par adhésion à son programme que la fragile coalition gouvernementale résiste, mais par la crainte de voir une avancée électorale du mouvement de Beppe Grillo. Toutefois, si telle était la situation avant les élections européennes, l’affirmation électorale du Partito Democratico peut faire bouger la situation et susciter en ce dernier la tentation d’aller aux urnes.

Il a demandé aux fonctionnaires leurs réactions concernant les réformes de l'administration italienne

Matteo Renzi veut faire table rase des vieux mœurs politiques italiens (sa locution favorite est « envoyer à la casse ») et prône une sorte de démocratie directe, de désintermédiation de la politique au bénéfice d’un dialogue permanent entre lui et le reste de l’Italie. Certes, cela peut paraitre séduisant, mais contribue insidieusement à la délégitimation du parlement, et un régime où il n’y a pas de corps intermédiaires entre le « chef » et le peuple risque de connaitre des évolutions dangereuses…

Il a mis en place un groupe de travail sous sa direction directe consacré aux maires 

Avant la conquête du gouvernement, Renzi était maire de Florence, il aime se voir comme le « maire de l’Italie ». Son projet de réforme du Sénat  prévoit par ailleurs d’en faire une chambre consultative des élus locaux. Tout semblerait laisser croire que la vision politique à terme de Matteo Renzi mette les mairies au centre du système. Nostalgie des libres communes toscanes du Moyen Age ?

Il a restitué par mois 80 € aux contribuables gagnant moins de 25 000 € par an

La restitution n’a eu lieu, pour l’instant, que sur les paies de fin mai. Elle devrait être pérennisée, mais le débat est ouvert sur sa couverture financière. Faut-il croire l’augmentation de certaines taxes pour compenser cette libéralité ? Dans l’attente, l’Italie essaye de quantifier l’apport réel de la mesure sur la consommation, non sans des comparaisons ironiques entre les 80 euros et les 30 deniers…

Il a nommé à la présidence de quatre entreprises publiques des femmes. La moitié de son gouvernement est d'ailleurs composé de femmes

Cela est bien, mais il faudra rappeler que le véritable pouvoir, dans les entreprises italiennes, est dans les mains du Directeur Général ("l'amministratore delegato") et non du président. Or, les "amministratori delegati" de ces entreprises sont des hommes (et apparemment compétents). Quant aux femmes ministres, j’ai le regret de dire qu’elles semblent plus des porte-paroles de Renzi qu’autre chose. L’expérience qui vient d’un long cursus semble faire défault. Mais peut être que cela n’était pas le but recherché par Matteo Renzi.

Il est l'un des plus jeunes Présidents du Conseil de l'Histoire de l'Italie

Benito Mussolini devint Président du Conseil en 1922. Etant né en 1883, il avait alors 39 ans, tout comme Matteo Renzi, né en 1975 et président en 2014.

Propos recueillis par Clémence de Ligny

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !