Marre des hommes mariés sur les sites de rencontres ? Certains misent sur… la fidélité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Marre des hommes mariés sur les sites de rencontres ? Certains misent sur… la fidélité
©Reuters

Mignonne n'allons pas voir si la rose

Marre des hommes mariés sur les sites de rencontres ? Certains misent sur… la fidélité

Selon une étude, 45% des hommes sur Tinder sont mariés ou en couple. Le phénomène de l'adultère par les sites de rencontre est endémique. Face à cela, de nouveaux sites misent sur la fidélité.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

Il semble que les tendances dans la rencontre en ligne suivent des cycles. Il y avait le minitel rose dans les années 80, qui promettait la romance sans problème. Pendant les années 2000, la tendance des sites de rencontre était la relation sérieuse, avec des sites comme Meetic Affinity, ou Parship au Royaume-Uni. Avec le mobile, la tendance était aux applis qui promettent des rencontres d'un soir. L'application Tinder fait fureur en nous permettant de juger les autres d'un coup d'oeil et de doigt sur une photo ; même si l'application prétend être ouverte à  tous types de relations, son niveau d'usage mène plus aux relations volages...

Un autre problème avec les sites de rencontre : les gens qui y sont pour l'adultère. Selon une analyse du cabinet d'étude GlobalWebIndex, 45% des hommes sur Tinder seraient mariés ou en couple. (Tinder a nié les résultats de cette enquête, mais n'a pas fourni d'éléments factuels contradictoires.) L'affaire d'AshleyMadison, dont les données privées ont été exposées au public, et le succès de Gleeden en France, ont fait prendre conscience à de nombreuses personnes du problème de l'adultère en ligne.

Pour les personnes - principalement des femmes - qui veulent trouver une âme soeur qui n'a pas déjà une âme soeur, ou qui ne chercheront pas une autre âme soeur une fois qu'ils auront trouvé la première, de nouveaux sites, pour l'instant principalement anglo-saxons, essayent de laisser l'âme tranquille, comme le raconte le magazine en ligne Ozy.

Il y a déjà Lulu, qui n'est pas un site de rencontres, mais une application qui permet aux femmes de noter les hommes trouvés sur les sites de rencontre. La semaine après le piratage de AshleyMadison, le site a connu une croissance de 16%, d'après Deborah Singer, directrice du marketing du site. 

Certains couples cherchent à prévenir l'infidélité en partageant leurs mots de passe de Facebook, de mail et de smartphones. Une application, pas encore lancée, appelée Monogamy, met en "paire" des smartphones et leur permet de partager leurs données. 

Un autre site est The Dating Lounge. Lancé par une entremetteuse professionnelle, ce site n'est ouvert que sur invitation, avec des membres triés sur le volet, notamment pour éviter les personnes inélégantes.

Un concept intéressant est celui de Fidelity Dating. Le système est basé sur la confiance : avant de s'inscrire, chacun doit faire un serment de fidélité. Le fondateur du site a lui-même été victime d'infidélité, et a subi de l'insomnie, de la perte de poids et d'autres symptômes médicaux à la suite de cela. Le site a pour l'instant 5000 membres. Oui, les membres peuvent tricher, mais, raisonne-t-il, quel mari qui veut tromper sa femme irait sur un site où tous les membres prennent un serment de fidélité ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !