38 euros par foyer, le montant estimé de la hausse rétroactive du gaz en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
38 euros par foyer, le montant estimé de la hausse rétroactive du gaz en France
©

Happy Hour Atlantico

38 euros par foyer, le montant estimé de la hausse rétroactive du gaz en France

Chaque soir de la semaine avant de quitter le bureau, les 3 chiffres du jour pour briller en société... ou à la machine à café.

 Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr, c'est l'email qui tous les soirs résume l'actualité du jour et en deux minutes fait de vous la personne la mieux informée de votre entourage.

Voir la bio »

À propos de travailler plus pour gagner plus, selon le magazine Fortune, en 2011, les 500 plus grosses entreprises mondiales ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 13% alors que leur effectif n'augmentait lui que de 5%.

À propos du Fortune 500 (qui classe les 500 plus grosses entreprises mondiales par ordre de chiffre d'affaires), pour la première fois, en 2011, la Chine est devenu le deuxième pays en terme d'entreprises représentées avec 73 compagnies classées, après les États-Unis (132) et avant le Japon (68).

À propos du presque Fortune 500, depuis 1996, date à laquelle Grégory Dorcel a rejoint la société de son père avant d'en prendre la direction en 2000, la maison de production X Marc Dorcel a multiplié son chiffre d'affaires par 5 pour atteindre 25 millions d'euros en 2011.

À propos de la hausse rétroactive des prix du gaz sur la période octobre-décembre 2011, elle devrait atteindre près de 38 euros pour une famille se chauffant au gaz, a expliqué ce mercredi la ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie Delphine Batho. Cette hausse a été imposée par le Conseil d'Etat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !