Mais où est passée la culotte de Superman ? Quand Hollywood relooke les super-héros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le prochain volet des aventures de Superman, Man of Steel, sortira dans les salles françaises le 19 juin prochain.
Le prochain volet des aventures de Superman, Man of Steel, sortira dans les salles françaises le 19 juin prochain.
©

Stylé

Mais où est passée la culotte de Superman ? Quand Hollywood relooke les super-héros

Le 19 juin prochain, Man of Steel, le nouveau volet des aventures de Superman réalisé par Zack Snyder, sortira dans les salles de cinéma. Nouvelle cape pour Batman, un costume plus design pour Green Lantern, un équipement dernier cri pour les Avengers, tous les supers-héros ont été relookés dans les derniers films du genre.

Clément  Bosqué

Clément Bosqué

Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur le cinéma, la littérature et la musique ainsi que d'un roman écrit à quatre mains avec Emmanuelle Maffesoli, *Septembre ! Septembre !* (éditions Léo Scheer).

Voir la bio »

Atlantico : Le prochain volet des aventures de Superman, Man of Steel, sortira dans les salles françaises le 19 juin prochain. Selon les premières images du nouveau costume du super-héro, ce dernier ne portera pas son célèbre slip rouge ! Superman sera-t-il encore Superman ?

Clément Bosqué : En l’occurrence, Superman a surtout failli être incarné par quelqu’un d’autre, et son costume aurait pu être porté par un autre acteur. Quand Zack Snyder l’appelle pour lui dire qu’il a le rôle, Henry Cavill est en plein milieu d’une partie de World of Warcraft. Il ne décroche pas car il est en plein milieu d’une mission et ses coéquipiers virtuels comptent sur lui, comme il le confie au présentateur Jay Leno. Bel hommage rendu à la force des communautés virtuelles que ce Superman, l’Individu avec un grand « I », symbole de modernité triomphante, qui manque presque son interprète à cause d’un jeu, comme on dit, « massivement multi-joueurs » !

Quant à ce qu’on a envie d’appeler « l’affaire du slip », les remous qu’elle a suscité chez les fans montre que l’on n’est pas là dans l’ordre de l’esthétique accessoire ou dispensable mais bien, au contraire, de l’iconique et de l’essentiel. Ce triangle rouge la pointe en bas duplique le célèbre blason sur son torse en forme de pentagone (contenant un « S », signifiant « espoir » en kryptonien) ; ou encore le trapèze de la carrure du héros. Heureusement, il y a tout le reste, ce qui fait que Superman restera Superman : la mèche, la cape, les super-pouvoirs...

Ces dernières années, dans les films récents de super héros : Batman, Green Lantern..., les costumes des héros comics ont été revisités pour les rendre plus modernes. Hollywood a-t-il réussit le relooking de ses supers-héros ?

Cela dépend du point de vue… Henry Cavill aurait sans doute préféré un costume plus facile à mettre que cette combinaison complexe, toute d’une pièce – et c’est justement le slip qu’on enlève, dont l’étymologie renvoie à l’idée d’un vêtement facile à enfiler ! Plus sérieusement, l’on observe effectivement dans les films produits ces dernières années (Iron Man, Dark Night Rises, etc.) une tendance au réalisme : les matières sont abimées, les couleurs ternes. Pour que l’on « y croie », l’équipe de Zack Snyder a imaginé toute une collection de pièces, entre high-tech et médiéval, qui habillent les compatriotes de Superman.

Le pyjama bleu en élasthanne des comic books s’est mué en cote de maille aux reflets subtils. Tout l’enjeu est de réinventer le héros, tout en le laissant reconnaissable. De créer un personnage mythique ancré dans un quotidien humain, comme le suggérait Umberto Eco[1]. Le chemin est étroit : ad augusta per angustam, comme dit la devise latine. Le « slip » en est la preuve. Il n’y a pas de « détail ». Tout a son importance. Tout est symbolique. Le « S » du blason ? Symbole. Style. Man of « style », aurait-on écrit en vieil anglais !

Ce relooking est-il une façon de perpétuer la culture des super-héros aujourd'hui, notamment à l'heure du cinéma 3D ?

Sans aucun doute. David S. Gover, scénariste, l’explique : « nous ne voulions pas d’un Superman de bande-dessinée. Nous voulions un Superman plus réaliste, qui vit dans notre monde. » Et Zack Snyder le confirme : il s’agissait d’obtenir un super-héros plus terrien, plus humain, avec lequel les spectateurs pourraient s’identifier, sans rien renier de ce qu’il y a chez lui de proprement extraordinaire. Il n’est pas nécessaire de voir derrière cette « mise à jour » des super-héros une stratégie consciente. D’abord, ce qui fait de Superman un héros tient aux « constantes » qu’il reprend : la double ascendance, le refus de la mission, etc.

Et puis le phénomène est constant dans le domaine des héros mythiques, dont les incarnations se déclinent au fil du temps et simultanément. Superman, « l’homme d’acier », a hérité son slip des « hommes de fer » et autres hercules de foire du XIXe siècle. L’un deux, Eugen Sandow (1867-1925), l’ancêtre du culturiste, s’inspirait de statues romaines et grecques représentant les héros mythologiques. La mode est cyclique. Alors, le slip reviendra peut-être.


[1] Eco Umberto. Le mythe de Superman. In: Communications, 24, 1976. La bande dessinée et son discours. pp. 24-40.

Propos recueillis par Manon Hombourger

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !