Loi sur la famille : et maintenant voici les Gardes rouges du président Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le projet de loi sur la famille a été repoussé par le gouvernement.
Le projet de loi sur la famille a été repoussé par le gouvernement.
©Reuters

Députés rebelles

Loi sur la famille : et maintenant voici les Gardes rouges du président Hollande

Ils sont aussi sectaires, fanatisés et obtus que leurs prédécesseurs chinois. Mais contrairement à ces derniers, ils ne marchent pas au pas.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

À la fin des années 1960, une immense vague rouge déferla sur la Chine. Des dizaines de millions de jeunes Chinois et Chinoises manifestèrent, avec la bénédiction du président Mao, pour purifier l’appareil d’État et du Parti de ses éléments que le Guide suprême jugeait trop mous ou trop embourgeoisés. Le succès fut total : des millions et des millions d’ennemis du peuple allèrent croupir dans des camps d’internement et de rééducation.

Les Gardes rouges – c’est ainsi qu’ils furent baptisés – marchaient et marchaient inlassablement, tenant à la main un petit livre (rouge, bien sûr) contenant les pensées profondes et lumineuses du Grand Timonier Mao Tsé-toung. Parmi les perles contenues dans l’huître de ce puissant cerveau on pouvait trouver celle-ci : « La bouse de vache est plus utile que les dogmes car on peut en faire de l’engrais. » Ou encore celle-ci, d’une beauté sublime : « Il est plus utile de tuer des moustiques que de faire l’amour. » Il est vrai que la question de savoir laquelle de ces deux activités est la plus agréable ne faisait pas partie des priorités du président Mao…

On vient de découvrir maintenant que notre président, le président Hollande, a aussi ses Gardes rouges. Ils brandissent eux aussi un petit livre. Et comme la France est intrinsèquement supérieure à la Chine, les couvertures de l’opuscule offrent une vraie et grande variété de couleurs : ça va du rouge au vert en passant par le carmin, le rose fuchsia, le rose bonbon. Et comme il est hors de question d’imiter platement les Gardes rouges de Mao, c’est contre le président Hollande qu’ils le brandissent !

Le contenu du petit bouquin ne se perd pas en vaines chinoiseries car nous sommes quand même dans la patrie de Descartes. Il est simple, franc, direct et à la portée de tout un chacun. Une phrase, une seule, inspirée d’une belle trouvaille des manifs pro-mariage gay (avant l’adoption de la loi) : « Hollande, si tu recules, on t’encule ! » La capitulation en rase campagne (l’abandon de la loi sur la famille) du chef de l’État face à quelques dizaines (quelques centaines ?) de milliers de réactionnaires les a violemment révoltés. Les députés PS couinent, gémissent et protestent. Ceux du Front de gauche hurlent à la trahison. Et ceux élus sous le label écologiste dénoncent une lâcheté sans précédent. Non, ils ne lâcheront rien ! Oui, ils continueront le combat ! À l’Assemblée (après les municipales quand même). Mais pas dans la rue où la droite a battu – avec succès, semble-t-il – le pavé.

Car, pas fous, ils savent qu’un tel rassemblement remplirait tout juste la charmante petite place du marché Sainte-Catherine dans le Marais, et certainement pas le traditionnel parcours de la Bastille à la Nation. Il n’empêche que, sans partager leurs obsessions sociétales, on peut les comprendre. En effet, c’est grâce à eux qu’Hollande a été élu. C’est à eux qu’il a promis tant de choses, y compris le droit de vote aux élections locales pour les étrangers (au fait, ça en est où ?), et ils sont légitimement fondés à reprendre à leur compte le célèbre cri des barons s’adressant à un de nos monarques du Moyen Âge : « Et qui t’a fait roi ? »

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !