Libre mais pas innocentée : Florence Cassez va devoir apprendre à vivre avec | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Même si elle est innocente, Florence Cassez portera longtemps sa croix.
Même si elle est innocente, Florence Cassez portera longtemps sa croix.
©Reuters

Infini enfer

Libre mais pas innocentée : Florence Cassez va devoir apprendre à vivre avec

La Française est libre après sept années passées dans une prison mexicaine. La fin d'un feuilleton où la justice n'aura pas rendu son verdict. Impossible alors de savoir si elle est coupable ou non. Impossible pour elle de se construire comme une victime innocente.

Christian Millau

Christian Millau

Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.

Parmi ses parutions les plus récentes : Au galop des hussards (Grand prix de l'Académie française de la biographie et prix Joseph-Kessel), Bons baisers du goulag et aux éditions du Rocher,  Le Petit Roman du vin, Journal impoli (prix du livre incorrect 2011), Journal d'un mauvais Français (21 avril 2012) et Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi (Rocher, 2013)

Voir la bio »

J’ai été chroniqueur judiciaire dans les années 1960 pour le quotidien “Paris Presse” dont j’étais le rédacteur en chef adjoint .J’ai ainsi couvert les plus grands procès de l’époque comme celui à Dallas de Jack Ruby, l’assassin de l’assassin de Kennedy et en France, des grands chefs de l’OAS comme Salan ou Jouhau ou encore des ravisseurs du petit Eric Peugeot. De mon expérience d’alors, j’ai tiré la conclusion que le pire -quand la machine judiciaire se met en marche- est d’être innocent . L’innocent est prisonnier du château de Kafka d’où il ne sort jamais indemne. Je ne sais pas plus que tous ceux qui en parlent si Florence Cassez a été à un degré ou un autre mêlée aux activités criminelles de son compagnon mexicain qui a reconnu dix enlèvements et un meurtre. Je sais en revanche ,comme tout le monde ,que son arrestation a été mise en scène par la police et que c’est sur ce montage scandaleux, comme sur une absence de preuves formelles, que Florence Cassez fut condamnée à 90 ans de prison ramenés à 60. Même si elle avait eu quelque chose à se reprocher c’était une peine hallucinante. Mais je sais aussi que, contrairement à ce qui est dit dans la plupart des médias, la décision de la Cour suprême du Mexique ne l’a pas innocentée .L’innocence judiciaire, c’est quand un tribunal la prononce à l’issue d’un procès. La cour suprême a déclaré que la condamnation de Florence ne reposait sur aucune base légale ce qui est déjà énorme mais ne l’innocente pas pour autant. On a eu plusieurs exemples du même genre en France. Rappelez-vous Omar Raddad, le “Omar m’a tuer” gracié par Chirac mais qui, a tort ou à raison, ne peut toujours pas se prétendre innocent. La justice française se tord le nez toutes les fois qu’elle pourrait reconnaître qu’elle s’est trompée. Même si elle est totalement innocente, Florence Cassez portera longtemps sa croix. Elle aura notamment du mal à oublier les déclarations, à l’époque, de certaines grandes voix qui aujourd’hui ont intérêt à se faire oublier. Je pense à Jean Marc Ayrault qui, à propos de l’attitude combative de Nicolas Sarkozy à l’égard du président mexicain, avait prudemment évoqué “le respect dû au Mexique". Je pense à Robert Badinter qui dans cette affaire avait pris parti contre l’intervention de la France. Je pense enfin au grand écrivain de gauche Carlos Fuentes, lauréat du prix Cervantés,le Nobel hispanique, qui avait dans la même affaire, comparé Nicolas Sarkozy au pire des dictateurs. Qu’elle passe bien ou mal, la justice ne fait pas le détail... Elle broie aussi bien les innocents que les coupables.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !