Les Robespierre de l’Assemblée Nationale vont-ils tuer nos dernières ETI ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Quelles seront les conséquences de la politique économique de la nouvelle Assemblée et des députés de l'opposition pour les entreprises françaises ?
Quelles seront les conséquences de la politique économique de la nouvelle Assemblée et des députés de l'opposition pour les entreprises françaises ?
©LUDOVIC MARIN / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

Les Robespierre de l’Assemblée Nationale vont-ils tuer nos dernières ETI ?

Les députés de la Nupes ont promis de « faire trembler » l’Assemblée Nationale ». Quelles vont être les conséquences pour les entreprises françaises ?

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

Pour tous ceux dont les derniers restes d’énergie positive n’auraient pas été enfoui par la récente élection parlementaire Française, et qui ne l’aurait pas encore quittée, il y a fort à parier que le peu qu’il leur restait, aura été englouti par les premières déclarations des députés de la NUPES, cette école de DUPES de notre démocratie en voie d’extinction. 

Ces politiques aux petits pieds, élus par une fraction des quelques votants encore assez optimistes pour se rendre aux urnes, et donc élus par une poignée infime de citoyens, devraient, dès lors, en rabattre et se la jouer modeste, ce qui devrait couler de source pour tout élu qui au final, devrait réaliser qu’il est boudé par les deux tiers des votants, et que ces derniers ne connaissent même pas leur existence ou la refuse. Quand on est élu par un fantôme nommé abstention, c’est plutôt la honte qui devrait prévaloir, et l’envie de prouver à un monde de défiance que l’on mérite l’absence de confiance qui a été mise vous ! 

C’est pourtant tout le contraire qui se produit. Dans les années 70s, on avait du droit à un mouvement finalement sympathique, peuplés d’êtres à « cheveux longs et idées courtes », disaient certains. Mais ils ne faisaient pas de mal, avaient la paix pour ambition et leur naïveté comme seule arme. Flower Power. Pas de violence dans ce message d’amour. 50 ans plus tard, nous avons les « grandes gueules et la violence aveugle », un défilé de nains impuissants qui se gargarisent d’une place acquise sans combat, faute de votants. Élus par des sièges vides faute d’idées pleines, ils se pavanent et jouent les Robespierre, promettant chaque jour de couper une tête supplémentaire, surtout si elle a le « démérite » de dépasser. 

Insuffisamment heureux d’être un aéropage sans cohérence, d’ennemis prêts à s’écharper à la première crise de petit pouvoir venu, de ne rien représenter à part la haine qu’ils exhibent de leurs mains sales, d’être constitué d’élues, dont tout parti devrait avoir honte, qui « n’ont pas pleuré pour le Bataclan », qui sont généralement antisémites, adorent la mode islamo-gauchiste et aimeraient raser tout signe de richesse, afin de faire de la France une terre de pauvres, les voilà qui lancent des slogans piqués à la mode des Avengers, mais pas très « comics », par des gens dénués du moindre pouvoir et qui n’ont rien de super. 

Ils ont promis de « faire trembler » l’Assemblée Nationale », qui heureusement en a vu d’autres. Elle en a vu bien d’autres, des « roquets » de cette petite trempe, qui furent bien vite oubliés alors que ses murs à elle, sont toujours bien debout et en a étouffé les échos. Faire trembler l’Assemblée ! Si la bêtise crasse tue, alors oui, l’Assemblée va s’écrouler. 

Cette semaine Martine(t)z, qui porte bien son nom tant il personnifie le punition infligée à la France, déclarait aux « multipropriétaires » qu’ils devaient aussi trembler, car on allait les déposséder. Eux, qui ont économisé toute leur vie pour s’offrir un second chez soi à la montagne ou à la mer, n’ont qu’à bien se tenir, car ils sont responsables de l’inflation immobilière. Rien que cela ! Se basant sur des chiffres totalement biaisés, tels que Churchill les aurait aimés (je ne crois que les chiffres que j’ai fabriqués moi-même disait-il !), il menaçait sut twitter, ce média pour ceux dont l’intelligence tient en 140 caractères, de raser tous les possédants, car la propriété, souvenez-vous, c’est le vol. Ces héritiers de Proudhon nous mettent le Bourdon à Bourbon… 

Comble de la bêtise, d’une droite qui n’a toujours pas tiré les leçons de ses erreurs, nous avons confié la commission des finances à la NUPES. Un peu comme donner des allumettes à un pyromane en quelque sorte. Vous me direz que les incendies c’est très tendance l’été… !

Alors que cela signifie-t-il pour les entreprises françaises ? Que du bon, bien entendu ! 

Entre les années 80 et 2015 nous avons perdu en France plus de 2000 ETI, ces entreprises qui font le succès de l’Allemagne, de l’Italie, du Royaume Uni, des entreprises d’hyper croissance, qui chérissent les hommes et le succès économique. Elles montent de 500 à 5000 employés rapidement, se développent à l’international, ont des fonds propres, peuvent investir. Bref, tout ce que les PME françaises n’ont pas, se trouve chez les ETI. Nous en avons moitié moins que nos voisins les plus puissants. Leur nombre n’a cessé de baisser au fur et à mesure que les impôts augmentaient, notamment les impôts de production et le taux des impôts sur la succession. 

Nombre sont parties en Belgique notamment. Les Belges plus pragmatiques que quiconque en matière fiscale, depuis longtemps, ont été ravis de récupérer ces riches que la NUPES voudrait spolier. Nous avons donc ainsi fait fuir 2000 entreprises de taille essentielle, des entrepreneurs de talents, et vraisemblablement plus de 3000 milliards de richesse, qui permettraient, même à un taux normal de taxation au lieu d’une confiscation proche de la spoliation, de quasi couvrir notre dette actuelle ! 

En discutant, ce matin à l’aéroport de Bruxelles avec un ami partit depuis 3 ans en Belgique, il m’indiquait qu’à l’annonce de l’élection de la NUPES (et aussi un peu du RN, mais moins, car on les estime aussi nuls mais plus réalistes), 4 de ses amis avaient décidé de quitter la France. Ce sont 4 entrepreneurs qui ont fondé et dirigent des entreprises de plus de 1000 personnes, et qui vont nous priver de ces riches et richesses dont nous avons tant besoin, à moins que Martinet ne vive de l’air du temps, un air qui désormais pour lui représente près de 6000€ par mois, plus une allocation quasi discrétionnaire et une retraite acquise. J’imagine qu’il va reverser son salaire à son « peuple »… 

On sous-estime et on mesure encore mal, l’effet nocif que va avoir cette élection sur les entrepreneurs, en tous cas sur ceux qui peuvent partir. De mon côté, c’est plus de 8 entrepreneurs, dans mon entourage, qui vont me rejoindre aux USA. Certes tous les jobs français ne vont pas disparaître, mais progressivement les profits, le siège, les futures plus-values nous quitteront. Ce qui permettra aux nouveaux roquets de l’assemblée de donner le change aux quelques irresponsables qui les y ont placé, en leur montrant des scalps qu’ils n’auront même pas eu à couper eux-mêmes. 

A un moment où la croissance s’écroule, victime de l’arrêt des investissements, de l’inflation, de l’incapacité à embaucher en nombre suffisant, l’arrivée des Guignols de la mauvaise info, sonne comme le glas de l’entreprise française de valeur. Dommage !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !