Les juifs doivent-ils quitter la France ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les juifs doivent-ils se réfugier en Israel ?
Les juifs doivent-ils se réfugier en Israel ?
©Reuters

Exodus, saison II

Les juifs doivent-ils quitter la France ?

La question est posée. Elle appelle une réponse catégorique : non !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le journal L'Opinion titre sur la "tentation du grand départ des Juifs de France". De nombreux Juifs sont peut-être tentés de le faire. Et de nombreux non-juifs s'en inquiètent. Car ils ne souhaitent certainement pas voir s'étioler l'une des plus anciennes composantes de la nation française. Il faut regarder les choses en face. Des Juifs (pas les Juifs !) ont peur. Ils vivent dans un pays qui est une exception en Europe et dans le monde civilisé. Le seul pays où des "hordes" (l'expression est de Claude Bartolone, président PS de l'assemblée nationale) peuvent, presque impunément, crier "mort aux Juifs" rue de la Roquette, à Barbes et à Sarcelles. Le seul pays où des synagogues sont attaquées et des magasins Kashers vandalisés. Leurs craintes sont donc fondées. Mais la peur est mauvaise conseillère. Car la question posée par la libération de la parole anti-juive s'adresse à la France toute entière en tant qu'Etat et en tant que nation.

Dans quel pays vivons-nous ? Dans un pays dont les gouvernements successifs ont, sans doute par souci de tolérance, toléré l'intolérable. Émeutes, policiers agressés, pompiers caillassés, drogues, règlements de comptes... C'est dans les quartiers où se déroulent ces choses-là, que se sont concentrées la haine et la violence les plus glauques. Il se trouve simplement que c'est là-bas aussi qu'a prospéré l’antisémitisme le plus radical, chaque "jeune" cherchant à sublimer son pauvre ego en s'identifiant aux combattants du Hamas

Des Juifs il y en a de toutes sortes. Des Juifs se réclamant d'un des plus vieux peuples du monde, des juifs par appartenance religieuse. Des intelligents. Des imbéciles. Des qui soutiennent Israël. Des qui sont hostiles à la politique de M. Netanyahou. Des qui n'en ont rien à battre et qui se préoccupent de l'avenir de leurs enfants et de leurs prochaines vacances. Mais tous - croyants et non-croyants - savent que dans les synagogues il y a une prière spéciale "pour la République et la France". Ce qui n'est visiblement pas le cas dans des édifices d'une autre obédience religieuse. 

Bien sur qu'ils sont chez eux en France. Leur terre. Leur patrie même s'ils leur arrive de s'angoisser pour un Etat, le seul au monde dont l'existence soit niée et la destruction réclamée. Alors qu'ils ne quittent pas la France ! Ils peuvent, s'ils ne l'ont déjà fait, quitter le 93, les quartiers nords de Marseille, le Mirail à Toulouse tous les quartiers qualifiés de "sensible" (sensibles à quoi ?). Mais est-ce encore la France ? 

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !