Les fesses idéales existent-elles (et si oui, à quoi ressemblent-elles) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les fesses idéales existent-elles (et si oui, à quoi ressemblent-elles) ?
©

Bonnes feuilles

Les fesses idéales existent-elles (et si oui, à quoi ressemblent-elles) ?

Jean-Claude Kaufmann décrypte la tyrannie des normes imposées aux femmes par le regard de l'autre et plus encore par leur propre regard qui varie suivant les modes et les époques. Extrait de "La guerre des fesses" (2/2).

Jean-Claude Kaufmann

Jean-Claude Kaufmann

Jean-Claude Kaufmann est sociologue spécialiste des couples et de la vie quotidienne.

Il est l'auteur de "Mariage, petites histoires du grand jour de 1940 à aujourd'hui" aux éditions Textuel et de "Un lit pour deux, la tendre guerre", Lattès, 2015, 18 €. Il tient également un blog.

Voir la bio »

L’Occident reste principalement dominé par la machine folle de l’ultraminceur, qui nous pousse toujours plus loin vers un idéal de maigreur (alors que paradoxalement se développe l’obésité). Les corps mis en image dans la presse féminine continuent à être de plus en plus minces 20. Si les fesses tendent à s’arrondir, dans un contre-modèle qui ne dit pas son nom, c’est sous l’influence de la culture montante des pays du Sud et de rien d’autre. De façon exubérante par l’intermédiaire de chanteuses au postérieur impressionnant. Ou de façon plus discrète par une musculation modérée qui se réfère beaucoup à des influences exotiques. C’est ainsi par exemple que le Brésil est devenu une nouvelle source d’inspiration incantatoire : plus les fesses sortaient de leur mépris ancestral, plus les regards se tournaient avec admiration vers Copacabana. « L’engouement de notre vieux continent pour les fesses fermes et rebondies date d’une petite décennie à peine. Il s’est déclenché sous l’impulsion du Brésil, où les femmes en string sur les plages n’hésitent pas à se faire poser des implants afin d’arborer une anatomie irréprochable . » La montée en puissance des nouvelles rondeurs a atteint un point tel que l’on commence à repérer une stigmatisation à rebours. Visant les pauvres femmes blanches, qui ont bien du mal à gonfler leurs fesses et à dessiner un arrondi harmonieux. Ainsi, pour ces spécialistes de chirurgie esthétique : « L’affaissement des fesses touche principalement les femmes blanches. Leurs fesses “carrées” sont dues à un affaissement de la partie inférieure et à un manque de volume dans la partie supérieure. »

Je ne sais pas si les femmes blanches ont les fesses carrées, cela paraît un peu étrange, des fesses carrées. De toute façon, elles n’ont pas à se faire de soucis exagérés. L’Occident, bien qu’en déclin, reste dominant, et la stigmatisation est bien plus cruelle pour les autres. La guerre des fesses fait rage et les fesses du Sud ont le vent en poupe certes, mais les « grosses fesses » demeurent toujours clouées au pilori de l’horreur absolue. Non, le problème le plus embêtant est que la synthèse soit impossible. À chacune ses choix fessiers, et la gamme des options est très large. Ce qui bien sûr ne facilite pas la vie. Voilà ce dont Line a douloureusement pris conscience, et qu’elle exprime dans un post sobrement intitulé « Fesse idéale ». Je lui laisse la parole, car ses doutes sont la meilleure conclusion qui soit à ce livre. « Suite à ma bonne résolution du mois de janvier de retrouver ma forme physique (ce que je n’ai pas encore tout à fait atteint… on ne sourit pas), j’ai comme beaucoup de filles en ce moment la ferme intention d’avoir des fesses en béton… au moins une fois dans ma vie. Alors direction l’institut “côté femme” pour une séance power plate. C’est quoi ce zinzin me direz-vous ? Alors le principe du “zinzin” est le suivant : les vibrations de la machine augmentent l’intensité de l’effort musculaire. Avant d’y monter, j’ai bien rigolé en voyant Delphine se faire secouer et crier grâce ! Eh bien hier l’heure de ma rédemption avait sonné. Après trente minutes de travail avec le coach Mélanie, j’étais en sueur avec les cuisses et les fesses en feu. Après dix séances de travail à raison de deux séances par semaine, Mélanie me dit que je peux atteindre mon objectif. Chouette ! Mais quel objectif atteindre concrètement ?

Les fesses de Jennifer Lopez ? Non, non, trop grosses…

Les fesses de Cindy Crawford ? Non, has been…

Les fesses de Madonna ? Trop petites, trop musclées…

Nous en sommes donc restés là, bredouilles, sans objectif valable à atteindre. Alors, vous qui me lisez, vous qui êtes spécialistes de la fesse ferme, dites-moi quelle est la fesse idéale ? »

Extrait de "La guerre des fesses", Jean-Claude Kaufmann (Editions JC Lattès), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !