Les épines du rosier 9) Quand la gauche rend le débat sur l'immigration impossible | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les épines du rosier
9) Quand la gauche rend le débat sur l'immigration impossible
©

Pamphlet

Les épines du rosier 9) Quand la gauche rend le débat sur l'immigration impossible

Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 9ème épisode : La gauche et l'immigration.

Roland Hureaux

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio »

Lire aussi :

 

Qui nierait que la France a aujourd’hui un problème avec son immigration ? Que l’on pense qu’il y a trop d’immigrés en France ou que l’on déplore la montée de ce sentiment, il est clair que la question se pose.

Les chiffres sont bien connus. En 2010, notre pays comptait officiellement 7,2 millions d’immigrés, soit 11,1 % de la population (définition des Nations Unies : « personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), dont 5,1 millions (7,8 %) nés hors d’Europe. Il faut y ajouter les jeunes de moins de 18 ans ayant au moins un parent immigré né hors d'Europe (13,7 % en 2007). Cette proportion était de près d'un quart (23,9 %) parmi les nouveau-nés en métropole en 2010.

Malgré les efforts de certains experts, ceux que dénonce Michèle Tribalat dans son ouvrage Les yeux grands fermés [1], pour nier le problème, il est clair que la question de l’immigration et celui de la montée de la composante musulmane de la population dans un vieux pays de tradition chrétienne (et laïque), inquiète une partie grandissante des Français.

On peut, bien entendu, mettre en cause l’attitude d’un certain patronat, ayant souvent préféré le recours à une main d’œuvre immigrée docile (au moins à la première génération), amenée par les filières du travail clandestin, à une main d’œuvre nationale déshabituée du travail par un chômage de longue durée. On peut aussi mettre en cause la politique généreuse de rapprochement familial instaurée par Giscard et Chirac en 1976.

Il reste que, dès 1980, Raymond Barre voyait déjà dans la montée d’une population immigrée peu facile à assimiler le principal problème de la France.

Si les différents gouvernements socialistes qui ont été aux affaires depuis 1981, n’ont pas osé remettre en cause formellement les lois restreignant l’immigration, les troupes qui les soutenaient, militants du parti socialiste ou de partis plus à gauche ont généralement fait chorus contre tout effort de contrôle de l’immigration, y dénonçant des signes de fascisme ou de nazisme. Les reconduites à la frontière furent parfois assimilées aux déportations de 1943-1944 par des idéologues (ou des bien-pensants) qui perdaient de vue que renvoyer des personnes chez elle est exactement le contraire de les arracher de chez elles pour les envoyer dans un ailleurs dont on ne revenait guère.

Pour satisfaire cette clientèle, et parce qu’il ne se sentait pas d’humeur à renvoyer tous les clandestins, François Mitterrand, peu après son arrivée aux affaires en 1981, procéda à une régularisation massive des clandestins (130 000), qui constitua un formidable appel d‘air pour une nouvelle vague d’immigration irrégulière.

Au même moment l’intervention du juge devint obligatoire dans la procédure de reconduite à la frontière, jusque-là décidée par le seul préfet. En attente de la décision du juge, nécessairement moins rapide que celle du préfet, on dut ouvrir des centres de rétention fort inconfortables, s’apparentant à des prisons ou à des camps de prisonniers.

Se liant ainsi les mains, l’État se trouvait bien entendu moins efficace en matière de contrôle de l’immigration.

Il se les lia à nouveau avec la signature de la convention de Schengen (1990), intégrée au traité d’Amsterdam du 2 octobre 1997.Dans le but d’assurer la libre circulation totale des personnes sur le territoire européen, le contrôle aux frontières des États fut levé, et le contrôle des entrées en provenance de pays tiers fut repoussé aux limites de l’espace dit Schengen : en pratique, dans des pays d’autant moins regardants sur l’immigration non-européenne qu’ils savaient que leur pays ne servirait que de transit pour une destination autre, généralement la France.

Les statistiques rassemblées par Maxime Tandonnet[2] montrent que l’immigration clandestine explose à partir de la mise en application de ces accords, en 1997. Face à la multiplication des immigrés clandestins, deux solutions : une nouvelle vague de régularisations, plus limitée, à laquelle procéda le gouvernement Jospin en 1997, ou bien la multiplication des reconduites à la frontière, sous forme généralement inopérantes, et, dans tous les cas, bien plus inhumaines que ne l’eût été un simple refoulement à la frontière.

Le dispositif Pasqua de 1986, destiné à renforcer les contrôles, quoique mesuré, se heurta aux cris d’orfraie des prétendus défenseurs des droits de l’homme, en tous les cas de toute la gauche, et furent en partie démantelés au retour de celle-ci. La droite devait par la suite s’avérer de plus en plus timide pour revenir sur les mesures laxistes prises par la gauche en cette matière.

A ces considérations on ajoutera l’influence pernicieuse de démographes proches du parti socialiste, dont le chef de file fut Hervé Le Bras et qui en vinrent à contrôler l’INED[3]. Leur leitmotiv était qu’« il n’y a pas de problème d’immigration en France », que « le nombre d’étrangers est stable » (un résultat qu’il n’est pas très difficile d’obtenir en pratiquant massivement les naturalisations) et qu’il fallait cacher soigneusement à l’opinion toute vérité sur l’immigration, fut-elle scientifiquement établie, qui pourrait « faire le jeu du Front national. » Tout cela dans une atmosphère de chasse aux sorcières à l’encontre de ceux qui s’avisent de dire simplement vérité.


[1] Denoël, 2010.

[3] Institut national d’études démographiques 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !