Les données du désir : le plus grand site porno au monde ouvre ses archives de requêtes en ligne et offre une fascinante plongée dans la réalité des fantasmes contemporains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les données du désir : le plus grand site porno au monde ouvre ses archives de requêtes en ligne et offre une fascinante plongée dans la réalité des fantasmes contemporains
©

Sexualité

Les données du désir : le plus grand site porno au monde ouvre ses archives de requêtes en ligne et offre une fascinante plongée dans la réalité des fantasmes contemporains

Le site Pornhub dévoile chaque année les tendances de recherches de ses utilisateurs. L'analyse des tendances montre des évolutions de nos fantasmes.

Alexis  Rapin

Alexis Rapin

Alexis Rapin est psychiatre et sexologue.

Voir la bio »

Atlantico : Le site Pornhub révèle chaque année les tendances de recherches de ses utilisateurs depuis 10 ans. Concernant la France, les termes "french, française, maman française, beurette" sont les plus recherchés. Quelle différence existe-t-il  entre ce type de recherche sur les sites pornographiques et la réalité de la pratique des utilisateurs ?

Dr Alexis Rapin :La différence se situe au niveau de l’imaginaire sexuel érotique. Les sites pornographiques sont très largement pourvoyeurs de fantasmes sexuels comme sources principales d’excitation sexuelle chez leurs utilisateurs/utilisatrices. Les fantasmes sexuels  (parce qu’il existe aussi des fantasmes non sexuels) sont par définition des mentalisations et des représentations imaginaires de polarité génitale et /ou affective qui peuvent prendre la forme de flash, images, scénario, sensations… associés à une excitation génitale.

Le fantasme peut être sans limite dans son contenu et sa créativité. C’est un peu la force des enquêtes menées par le site Pornhub qui recensent chaque année depuis 2007 le top des tendances de recherches des utilisateurs. Le New York Magazine a même comparé la rétrospective 2016 en parlant de rapport Kinsey à la sauce d’aujourd’hui ! Dans les années 50 aux Etats Unis, Kinsey étudiait la sexualité des couples in vivo, aujourd’hui Pornhub fait la même chose avec nos fantasmes !

La différence avec la réalité, c’est qu’il n’est pas nécessaire de l’assouvir pour avoir une sexualité épanouie avec son/sa partenaire.

Le fantasme est un excellent moyen pour booster sa libido, intensifier le plaisir au cours du rapport sexuel et c’est un signe de bonne santé sexuelle !

Les utilisateurs sont ils plus influencés par l'offre du site ou par leurs propres recherches? Est ce l'offre ou la demande qui crée la recherche elle même sur les sites pornographiques? 

Les tendances dans le porno répondent aux mêmes critères que ceux de la mode. Tout est défini par avance. L’offre crée la demande.  Et plus la demande est importante plus l’offre va s’élargir jusqu’à être déclinée sous toutes ses formes. La notion d’accessibilité est aussi importante. Aujourd’hui plus de 72% des consommateurs de porno utilisent un téléphone portable ou une tablette, bien plus pratique que la bonne vieille tour encombrante !

Ensuite tout marche au nombre de clics. Comme sur un moteur de recherche internet standard. Plus il y a des clics, plus le contenu à des chances de se retrouver en tête de liste et être susceptible d’être visionné par l’utilisateur. Ainsi, en 2007 le top des recherches par catégorie correspondait au mouvement « amateur » alors qu’aujourd’hui en 2017, c’est la catégorie lesbienne qui est la plus sollicitée.

Enfin, l’avènement de nouveaux gadgets technologiques illustrent une fois de plus parfaitement cette notion d’offre qui crée la demande. la dernière révolution née réside dans la réalité virtuelle. Celle-ci a fait son apparition dans le porno l’année dernière en proposant des contenus spécifiquement dédiés. En l’espace d’à peine un an, les recherches pour ce type de contenu ont explosées allant jusqu’à une augmentation de plus de 772%  en France !

De façon attendue, le type de recherche se différencie selon le genre, quelles sont les principales différences de recherche entre utilisateurs masculins et féminins? Que révèlent elles? 

Il suffit de regarder les résultats de la dernière enquête réalisée par Pornhub.

En France,  80 % des consommateurs de porno sont des hommes contre 20% de femmes. On apprend également que le temps moyen passé sur ce genre de site est de 9min 08sec pour les hommes contre 9min 43sec pour les femmes.

Quant au contenu il est effectivement variable selon le genre. Ainsi, les hommes ont tendance à préférer d’avantage les catégories « anal », « mature », « teen », « lesbian » par ordre décroissant. Ils vont également rechercher d’avantage que les femmes les contenus suivants « Ass » 50%, « MILF » 44% « Big tits » 35% « Ebony » 33%.

A l’inverse les femmes, ont tendance à privilégier les catégories « lesbian », « anal », « mature », « trio » par ordre décroissant. Celles-ci recherchant plus spécifiquement par rapport aux hommes : érotisme féminin 141%, Gangbang 106% double pénétration 95% hardcore 92%.

A noter, dans les deux sexes, la catégorie « Française » est la plus recherchée !

Selon la catégorie d’âge, le contenu peut aussi varier légèrement. Par exemple chez les 18-24 ans, les mangas ou cartoons sont plus recherchés alors que les femmes matures ou les transsexuelles plairont d’avantage aux 45-54 ans !

Ainsi, on observe que les hommes ont tendance à choisir des contenus plus d’ordre génitaux spécifiquement ciblés des parties corporelles ou des types de femmes, alors qu’il s’agira plus de scénarii plus ou moins hard pour les femmes.

Cette analyse est à pondérer cependant pour ces dernières, car 80% d’entre elles n’utilisent pas le porno. Mais cela reste une bonne représentation de ce que l’on savait sur la différence homme/femme par rapport à l’imaginaire sexuel.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !