Le vent va souffler fort sur la Fed | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le vent va souffler fort sur la Fed
©Wikipédia commons

Vent mauvais

Le vent va souffler fort sur la Fed

Le départ anticipé de Stan Fischer à la mi-octobre va modifier en profondeur l’équilibre du board de la Fed. Jusqu’alors sur les 7 membres, 4 avaient été nommés par Obama et il restait 3 sièges vacants. L’avantage numérique était en faveur des anciens avec une politique cohérente.

Philippe Waechter

Philippe Waechter

Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.

Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de capitaux.

Il est l'auteur de "Subprime, la faillite mondiale ? Cette crise financière qui va changer votre vie(Editions Alphée, 2008).

Voir la bio »
Article publié sur le blog de Philippe Waechter
Le départ de Fischer fait basculer l’équilibre puisque Trump devra nommer 4 membres. L’un est déjà nommé et attend la confirmation du Congrès c’est Randal Quarles un banquier privé qui s’occupera de la réglementation bancaire en remplacement de Tarullo.
Qui seront les 3 autres parmi lesquels le successeur de Janet Yellen? Celle ci pouvait éventuellement rester dans la configuration initiale aujourd’hui ce ne sera pas possible.
Quatre risques
1 – Que personne ne soit nommé rapidement – De nombreux postes de la haute administration n’ont pas été pourvus depuis l’arrivée de Trump. Pourquoi cela serait il différent avec la Fed?
2 – Le futur président sera t il un économiste comme c’est normalement le cas ? Où Trump prendra t il le risque de nommer quelqu’un sans cette qualification? Jimmy Carter avait fait ce choix en 1978 et cela avait été désastreux.
3 – Personne de talent ne se précipite pour les postes à pourvoir. C’est ennuyeux pour la qualité du board, de la politique monétaire et de la gestion conjoncturelle de l’économie américaine.
4 – Les républicains veulent depuis longtemps réduire l’indépendance de la Fed en l’obligeant notamment à suivre une règle de politique monétaire du type règle de Taylor – suivre systématiquement une telle règle ôterait toute capacité de jugement à la Fed.
Le départ de Stan Fischer est un vrai bouleversement et soulève de vrais inquiétudes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !