Le tourisme en Antarctique (oui, en Antarctique) se développe, et on peut maintenant même faire l'aller-retour dans la journée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le tourisme en Antarctique (oui, en Antarctique) se développe, et on peut maintenant même faire l'aller-retour dans la journée
©Reuters

Aventure

Le tourisme en Antarctique (oui, en Antarctique) se développe, et on peut maintenant même faire l'aller-retour dans la journée

La froideur de l'Antarctique ne suffit plus à tempérer les ardeurs des touristes.

On aurait pu penser que l'Antarctique, cette vaste étendue de glace dénuée des infrastructures modernes que l'on retrouve dans notre confort occidental, serait à l'abri du tourisme. Si jusqu'à présent seuls les plus téméraires osaient se confronter aux conditions extrêmes du sixième continent en mettant leur corps à rude épreuve, cette époque est désormais révolue.

Des organismes de voyage tels qu'Intrepid Travel proposent à leurs clients des voyages au bout du monde, et l'Antarctique ne fait pas exception, rapporte Bloomberg. Il ne s'agit pas de survoler la banquise, comme le propose la compagnie aérienne australienne Antarctica Flights, mais bien d'y poser le pied. De luxueux bateaux font même la liaison avec le pôle Sud, tel que Le Boreal. Le tout est d'avoir le temps.

"Tout à l'heure ? J'étais en Antarctique"

L'agence de voyage de luxe Jacada Travel est allée encore plus loin en proposant à ses clients des voyages d'un jour seulement, rendus possibles par le transport des touristes par avion à partir de Puntas Arenas, au sud du Chili. Deux heures de vol au lieu de deux jours de bateau, et le reste de la journée pour découvrir les coins les plus reculés de la planète : le glacier Collins, l'église orthodoxe de la Trinité ou encore Villa Las Estrellas, un petit village aux allures lunaires. 

Le seul frein restant à la mania touristique en Antarctique est l'environnement, pour lequel l'Organisation maritime mondiale a pris des mesures. En effet, impossible pour le moment d'y faire atterrir de gros avions en raison des perturbations que cela pourrait avoir notamment sur la faune locale, et de la glace qui recouvre régulièrement les pistes d'atterrissage. Enfin, un vol à destination de l'Antarctique sur cinq en moyenne est annulé  en raison des mauvaises conditions météorologiques. Mieux vaut ne pas être pressé.

Pour le moment, passer de bonnes vacances en Antarctique est donc une question de temps, mais surtout d'argent. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !