Le sarkozysme (les idées de 2007) sans Sarkozy (l’homme) : combien de divisions ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le sarkozysme (les idées de 2007) sans Sarkozy (l’homme) : combien de divisions ?
©Thomas SAMSON / AFP

Recours

Le sarkozysme (les idées de 2007) sans Sarkozy (l’homme) : combien de divisions ?

L'idée d'un retour de Nicolas Sarkozy fait régulièrement surface à droite. Mais que représente réellement le sarkozysme aujourd'hui ?

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio »

Atlantico : En termes d'électorat, que représente le sarkozysme aujourd'hui ?

Jérôme Fourquet : En terme électoral c'est difficile à dire. Quand on parle du sarkozysme parle-t-on du corpus idéologique qu'il avait forgé ou son capital électoral personnel et l'audience qui pourrait être la sienne ? Il faut faire la part des choses. Pour ce qui est de son audience électorale on rappellera que même dans un paysage sinistré il apparaît comme un recours potentiel. On se tourne vers une figure tutélaire. Même s'il a ce statut de valeur refuge, on rappellera qu'en 2016 il avait été sévèrement défait à la primaire de la droite. Sans même parler donc de l'ensemble des électeurs français, juste sur l'électorat de droite et son public le plus impliqué (qui s'est mobilisé pour la primaire), il n'a pas été en capacité d'accéder au second tour.

Il convient donc de différencier un succès en librairie ou une popularité sondagière avec un succès électoral réel. On rappellera également qu'au moment de cette primaire de la droite quelques temps avant Nicolas Sarkozy avait déjà sorti un livre lui permettant de faire le tour de France et avec lequel il avait suscité un véritable engouement. Ce qui l'a certainement incité à se lancer.

Celui qui 'la battu François Fillon, avait une ligne assez droitière et avait repris ce qui avait fait la marque de fabrique de l'ancien président notamment à la fin de son quinquennat (travail, sécurité immigration). Tous ces sujets continuent de peser sensiblement dans la galaxie de l'électorat de droite. Même si la droite est aujourd'hui très diverse.

Il faut faire là encore la distinction entre les valeurs et le poids électoral du personnage. Encore une fois il faut aire attention aux effets distordant d'un succès en librairie qui ne se traduirait pas dans les urnes.

Le fait qu'il soit en retrait de la vie politique joue-t-il sur sa popularité ?

Bien sûr. Comme pour Jacques Chirac ou même pour François Hollande dans une certaine mesure, une fois que le président n'est plus perçu comme faisant parti de la vie politique active (même si Nicolas Sarkozy reste dans l'univers politique), il bénéficie d'un certain regain de popularité. Le jugement devient moins politique à votre égard qu'il ne l'était par le passé.

Ce reliquat du Sarkozysme n'a-t-il pas dérivé vers le Rassemblement national ou La République En Marche ?

Une autre des spécificités de Sarkozy dans sa période présidentielle est qu'il était parvenu à réaliser une certaine forme de synthèse idéologique à droite et avait agrégé une coalition électorale assez large autour de son programme (31% au premier tour de l'élection de 2007, 11 points de plus que François Fillon). Il y avait donc une capacité d'agrégation importante du fait de sa capacité à marcher sur deux jambes, la revalorisation du travail et un discours ferme sur les questions régaliennes. Parallèlement un certain nombre de marqueurs posés visaient à élargir la cible de la droite. Sous son quinquennat on voit arriver en nombre important des figures issues de l'immigration comme Rachida Dati. Il avait cette capacité à faire bouger les lignes et de brasser large idéologiquement.

Le problème est qu'aujourd'hui on peut trouver des traces du sarkozysme idéologique différentes familles politique des Républicains en passant par LREM et le RN. C'est une difficulté supplémentaire si un retour se concrétise.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !