Le roman, acerbe, de la mélancolie et du déclin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le roman, acerbe, de la mélancolie et du déclin
©

Atlanticulture

Le roman, acerbe, de la mélancolie et du déclin

Isabelle De Larocque Latour pour Culture-Tops

Isabelle De Larocque Latour pour Culture-Tops

Isabelle De Laroque Latour est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio »

LIVRE

Province

de Richard Millet

320 pages
 Ed. Léo Scheer
19 €

L'auteur

Ecrivain et essayiste, Richard Millet est un auteur prolifique dont l’œuvre romanesque s’est  construite autour des thèmes de la dissonance, de la solitude, du temps et de la mort. Sa  veine pamphlétaire, elle,  s’exerce aux  dépends de la sous-littérature actuelle et pointe la décadence d’un art  bridé par le politiquement correct et le multiculturalisme.

Rédacteur en chef de La Revue littéraire depuis  2015, il a  perdu son poste d’éditeur chez Gallimard en 2012   après  la publication de son  « Eloge littéraire d’Anders Breivik », avant d’être  licencié définitivement en mars 2016  pour « faute grave » à la suite d'un article critique dans lequel il vilipendait le style post-littéraire de certaines de ses consœurs.

Thème

Saint-Roch, journaliste frôlant la soixantaine et don Juan impénitent,  se retrouve au placard en Corrèze, dans sa ville natale d’Uxeilles (Ussel) après une « faute politique, au demeurant vénielle ». Son retour met en émoi l’élite pensante de la petite cité, divisée entre Océaniques (progressistes ou libéraux) et Lépantistes (conservateurs ou littéraires). D’abord bien accueilli par le clan Lépantiste, le « revenant »,  qui a repris son patronyme de Pierre Mambre, finit par  alarmer les mères et les maris inquiets de sa réputation qui craignent, en outre, de le voir écrire un livre sur leur communauté.

Après avoir survécu au guet-apens tendu par « les chevaliers de la perfection », Mambre se noiera définitivement dans l’ennui crépusculaire de la province.

Points forts

1 –  Une description sans concessions de la vie provinciale, à la fois nostalgique et cruelle.

2 - Un sens aigu des portraits vivement brossés : tendres pour les jeunes femmes  qui émeuvent Mambre ; impitoyables pour les gloires littéraires  locales qui rivalisent dans les textes d’avant-garde alors que leurs « académismes se rencontrent sous le rapport du fané et de l’insignifiance ».

3 – Saint-Roch /Mambre, règle un peu les comptes  de Richard Millet, lorsqu’il refuse d’accueillir une Alice Garganteix assez transparente, venue faire la promo de son livre  « Enterrer les défunts ».

Points faibles

 1 – Les phrases très longues (si longues que Millet doit parfois rappeler le sujet entre parenthèses) sont largement ponctuées de verbes au participe présent et sinuent à la façon d’un esprit qui vagabonde dans une démarche assez proustienne.

L’auteur assume son écriture  dans une interview donnée  à L’Express en 2005 : « Face à l’affadissement général, je préfère, au contraire, adopter le ton le plus éloigné possible du langage courant. Il faut s’insurger par le style, par le déploiement de subordonnées complexes, tout en restant lisible. Voilà ma manière à moi d’affronter la Bête (…).Je ne cherche pas à être populaire. Je revendique l’élitisme ».

Il n’empêche, la lecture est difficile…

2 – « Les Chevaliers de la Perfection » (sorte de conjuration sacrée en révolte contre la société bourgeoise, à la façon du  groupe Acéphale de Bataille, Klossowsky et consorts) ne sont guère crédibles même si, actualité oblige, l’un d’eux manque son départ pour le jihad et se suicide.

En deux mots

Roman de la mélancolie et du déclin, « Province», en fustigeant (assez drôlement) la décadence littéraire, s’inscrit  dans la droite ligne d’ouvrages comme « Le Confort  Intellectuel » de Marcel Aymé (1949) ou « La littérature à l’estomac » de Julien Gracq (1950) tout en   adoptant  une configuration  sociologique très actuelle mais assez caricaturale.

Une phrase

p. 174. La poétesse locale lit, en hommage au jeune «suicidé de la société»,  une version très personnelle d’un psaume :

"Ah je te loue Yhw oui je serai délivré de mes ennemis
Je suis ligoté à la mort
J’ai si peur des torrents de Bélial
Je suis ligoté au Shéol : les pièges de la mort m’attendent
Ils chevauchent un kerow il vole il plane sur le vent ailé".

Une version qui n’a rien à envier, dans l’art de l’insignifiance mystérieuse,  à  l’inénarrable poème concocté par Marcel Aymé  dans « Le Confort Intellectuel » :

"Roche desprise il se surlève du guidon
trois degrés mourant sur vos échines haut et bas
arc-en-ciel divisé la plaine est pleine et coule
la rivière crescendo
le bruit blanc le chant allons au pré
doux équilacérés la flamme torte fuligine
la retombée coucou."

Recommandation : BON (à condition de prendre son temps)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !