"Le plus grand palais qui ait jamais existé" : des archéologues chinois retrouvent les traces de la résidence impériale mythique de Kublai Khan décrite par Marco Polo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Le plus grand palais qui ait jamais existé" : des archéologues chinois retrouvent les traces de la résidence impériale mythique de Kublai Khan décrite par Marco Polo
©Wikimedia Commons

Marco Polo

"Le plus grand palais qui ait jamais existé" : des archéologues chinois retrouvent les traces de la résidence impériale mythique de Kublai Khan décrite par Marco Polo

Il était sous nos yeux depuis 800 ans...

Dans ses récits, Marco Polo raconte l'histoire de Xanadu, plus tard immortalisé par le poète anglais Coleridge sous son nom, le palais d'été de Kubilaï Khan, qui serait selon Polio "le plus grand palais qui a jamais existé."

"Le palais était composé de tiges de jonc tenues ensemble par 200 ficelles de soie, pour être démonté et transporté rapidement lorsque l'empereur se déplaçait." Selon lui, les murs étaient couverts d'or et d'argent, et la grande salle était si gigantesque que six mille personnes pouvaient y dîner.

"Ciandu fut bâtie par le grand khan Koubilaï, lequel y fit construire un superbe palais de marbre enrichi d’or. Près de ce palais il y a un parc royal fermé de murailles de toute part, et qui a quinze milles de tour. Dans ce parc il y a des fontaines et des rivières, des prairies et diverses sortes de bêtes, comme cerfs, daims, chevreaux, et des faucons, que l’on entretient pour le plaisir et pour la table du roi, lorsqu’il vient dans la ville. (...) Le Grand Khan demeure là ordinairement pendant trois mois de l’année.", raconte encore l'explorateur.

Le palais mythique occupe l'imagination des auteurs depuis. Coleridge en parle dans son poème connu Kubla Khan, où le palais apparaît comme un rêve ou une hallucination, et c'est lui qui impose l'orthographe "Xanadu". Jorge Luis Borges sera fasciné par le rêve de Coleridge.

Si ce palais avait existé au 13ème siècle, il aurait disparu sans laisser de trace. Avait-il vraiment existé ? Si oui, où est-il passé ?

Selon les sources de l'époque, le palais fut abandonné par le dernier empereur de la dynastie Yuan — la dynastie de Kubilaï Khan —,Toghon Temür, qui fut renversé par des rebelles qui ont installé la dynastie Ming au 14ème siècle. Si certains pensent que les rebelles ont tout simplement rasé le palais, d'autres pensent que les Ming l'ont déplacé (puisqu'il est mobile) sur le site de ce qui deviendra plus tard la fameuse Cité interdite.

Mais maintenant, les membres de l'Institut d'Archéologie du Musée de la Cité interdite auraient la preuve qu'effectivement, Xanadu aurait été construit sur le site de la Cité interdite. La preuve ? Une fondation de 3 mètres en gravats et terre comprimée, enterrée en-dessous des couches de constructions effectuées par les dynasties Ming et Qing.

Ce type de fondation correspond à d'autres constructions de la dynastie Yuan, a expliqué Wang Guangyao, directeur adjoint de l'Institut, au South China Morning Post. De plus une fondation de cette taille est très inhabituelle pour l'époque et correspondrait à celle d'une grand-salle de palais.

Il semble donc qu'on ait trouvé Xanadu. Le site sera bientôt ouvert au public, donc tout un chacun pourra la visiter.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !