Le plastique pourrait jouer un rôle déterminant dans l’épidémie mondiale d’obésité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
De plus en plus de scientifiques tendent à considérer que l'environnement peut avoir un impact majeur sur l'obésité.
De plus en plus de scientifiques tendent à considérer que l'environnement peut avoir un impact majeur sur l'obésité.
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Science et santé

Le plastique pourrait jouer un rôle déterminant dans l’épidémie mondiale d’obésité

De plus en plus d'études scientifiques tendent à démontrer que l'environnement peut avoir un impact majeur sur l'obésité, en raison de produits chimiques.

Martin Wagner

Martin Wagner

Martin Wagner est professeur associé au Département de biologie au sein de l’Université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU).

Voir la bio »

Atlantico : De plus en plus de scientifiques tendent à considérer que l'environnement peut avoir un impact majeur sur l'obésité, notamment en raison de produits chimiques parfois appelés "obésogènes". Dans votre étude "Adipogenic Activity of Chemicals Used in Plastic Consumer Products", vous avez tenté de les identifier. Quels sont ces produits chimiques ?

Martin Wagner : Nous savons qu'une alimentation riche en calories et un manque d'exercice physique ne sont pas les seuls facteurs qui contribuent à la pandémie d'obésité. Dans nos travaux, nous montrons que les produits en plastique de tous les jours contiennent des obésogènes, des substances chimiques qui déclenchent la transformation des cellules en cellules graisseuses qui stockent ensuite davantage de graisse. Nous avons constaté que les produits en plastique contiennent des centaines, voire des milliers de substances chimiques, dont certains obésogènes bien connus, notamment les retardateurs de flamme et les plastifiants à base de phtalate. Mais nous constatons également que ces substances ne provoquent qu'une partie des effets. Par conséquent, les plastiques doivent contenir d'autres obésogènes que nous n'avons pas encore identifiés.

Quelles sont les principales sources de ces composants ? Dans quelle mesure le plastique est-il concerné ?

Les principales sources par lesquelles nous sommes exposés aux obésogènes sont l'alimentation et l'inhalation. La contamination des aliments provient de la production agricole, du conditionnement et de la transformation des aliments. La contamination de l'air provient des retardateurs de flamme et d'autres produits chimiques qui s'accumulent dans la poussière domestique. Nous savons maintenant que les produits en plastique contiennent également ces substances chimiques. Nous pouvons donc être exposés via l'emballage des aliments et la manipulation d'articles en plastique, par exemple lorsque les enfants jouent avec des jouets en plastique.

Comment pénètrent-ils dans l'organisme et favorisent-ils l'obésité ?

Nous savons que les substances chimiques ne restent pas dans le produit en plastique. Ils sont mobiles et peuvent s'infiltrer dans les aliments, passer sur notre peau ou se volatiliser dans l'air. Cependant, pour les substances obésogènes contenues dans le plastique, nous ne savons pas encore exactement comment cela se produit.

Dans quelle mesure ces substances chimiques peuvent-elles expliquer la pandémie d'obésité actuelle ?

C'est une question très difficile, car l'obésité a de nombreuses causes. À ma connaissance, la science n'a pas encore chiffré la contribution des produits chimiques. Néanmoins, nous devons mieux les inclure dans nos recherches et nos mesures de prévention de l'obésité.

Sous-estimons-nous cette source environnementale de l'obésité ? Les choses changent-elles ? 

Oui, les choses changent. La perception du public et les politiques de santé se concentrent toujours sur le régime alimentaire et l'exercice physique comme causes principales de l'obésité. Ces éléments sont certes importants, mais nous devons faire prendre conscience que l'exposition aux produits chimiques joue également un rôle. Contrairement aux choix de mode de vie, l'individu ne peut pas faire grand-chose - des mesures politiques sont donc nécessaires.

Dans quelle mesure devons-nous redéfinir la manière dont nous testons la toxicité des produits chimiques ?

Je pense que les produits chimiques devraient être testés pour savoir s'ils contribuent à l'obésité, comme les perturbateurs endocriniens. Cela n'est pas fait de manière systématique, et nous ne savons donc pas si les produits chimiques que nous utilisons tous les jours sont obésogènes ou non. Il faut changer cela en incluant les effets obésogènes dans l'évaluation de la sécurité des produits chimiques.

Y a-t-il autre chose à faire pour remédier à cette situation ?

Mon meilleur conseil est de réduire votre propre empreinte plastique. C'est bon pour l'environnement et cela réduira votre contact avec les produits chimiques en plastique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !