Le grand déni : quand l'obsession française pour les chiffres du chômage cache la défaite intellectuelle du renoncement au plein emploi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le grand déni : quand l'obsession française pour les chiffres du chômage cache la défaite intellectuelle du renoncement au plein emploi
©Reuters

SOS vision politique

Le grand déni : quand l'obsession française pour les chiffres du chômage cache la défaite intellectuelle du renoncement au plein emploi

Contrairement aux prévisions optimistes, les chiffres du chômage ont continué d'augmenter au mois de novembre avec 17 800 demandeurs d'emploi en plus, soit une hausse de 0,5%. Un fait qui s'inscrit dans une longue suite d'échecs français en matière de politique de l'emploi.

Atlantico : Alors que les chiffres de l'emploi pour le mois de novembre 2013 viennent d'être publiés, la fameuse promesse d'inverser la courbe du chômage voit sa crédibilité se réduire comme peau de chagrin. Un fait que l'on peut déplorer mais qui révèle des enjeux qui dépassent largement la simple sphère médiatique et politique. Peut-on tout d'abord commencer par définir quelles seront les perspectives de l'emploi pour 2014 ?

Nicolas Goetzmann : Cette question mérite que l’on s’attarde un peu sur le déni du Gouvernement et du Président sur la réalité. Lorsque François Hollande s’empresse de réagir à la publication des chiffres de novembre, à savoir de la hausse de 0.5 % du chômage, en déclarant "l'inversion de la courbe du chômage est bel et bien engagée" ; il y a une rupture. Cette promesse politique avait été soigneusement pensée et  répétée à de nombreuses reprises justement parce que le Président y croyait fermement. C’est-à-dire que l’action politique qui a été engagée devait permettre cette inversion de la courbe du chômage. Cette certitude reposait sur le diagnostic économique du parti socialiste qui lui-même reposait sur la croyance du caractère cyclique de cette crise. C’est cette faillite absolue du diagnostic du PS qui éclate au grand jour, de façon publique, et malgré tout le président persiste.

Le pouvoir se détourne de cette réalité et ne se raccroche plus qu’aux branches de la communication pour tenter de sauver la face. Le contexte exigerait une reprise en main, il ne s’agit même pas d’une demande de mea culpa, mais simplement d'une prise de conscience. Mais celle-ci semble trop douloureuse à porter pour pouvoir s’en emparer.

Malheureusement pour 2014 et en persistant avec ce même diagnostic cyclique, le président ira d’échecs en échecs, il n’y a aucune raison que le patient France guérisse dans de telles circonstances. De son côté Michel Sapin s’est presque félicité, en trouvant la statistique qui lui plaisait le plus, de rappeler que le chômage baissait depuis 3 mois sur un rythme de 1 350 chômeurs par mois. A ce rythme il faudra 203 ans pour résorber le chômage, et malgré cela, le ministre semble satisfait. Ce type de déclaration ne mérite même plus d’être commenté.

François Hollande peut-il finalement dire, comme François Mitterrand en son temps, qu'il a "déjà tout essayé contre le chômage" ?

Nicolas Goetzmann : Évidemment non. Mais la phrase de François Mitterrand est symptomatique du renoncement dont je parlais, et c’est ce qui est de plus grave. François Hollande a commis une effroyable erreur de diagnostic de cette crise en ne cherchant pas la cause de celle-ci. Il s’est contenté de traiter les conséquences, c’est-à-dire en essayant de trouver une solution pour les chômeurs.  Il écope le navire mais ne répare pas la faille béante dans celui-ci.  La situation est pathétique, insoutenable.

Cette plaie béante, c’est la dramatique contraction de la demande intérieure en France et en Europe, et qui est provoquée par un mandat inadapté de la Banque centrale européenne. Les Etats-Unis, le Japon, le Royaume-Uni ont tous diagnostiqué ce problème et y ont remédié. Les résultats sont sans appel, 7 % de chômage aux Etats-Unis, 7.4 % au Royaume-Uni, et 4 % au Japon, et ne parlons même pas des derniers chiffres de la croissance aux Etats-Unis (4.1 % au dernier trimestre), ce serait indécent.

La réalité est que rien de sérieux n’a été mis en œuvre pour lutter contre le chômage. Il est vraiment trop tôt pour baisser la tête lorsqu’on n’a rien tenté. La première chose à faire serait de modifier le diagnostic, mais pour cela, il faudrait que le Président parvienne à une conclusion : il s’est trompé. Aujourd’hui il a le choix de persister dans son erreur, ou d’assumer le restant de son mandat en  montrant qu’il est capable d’évoluer, et de désavouer son ancienne approche. Malheureusement le communiqué de l’Elysée ne plaide pas en ce sens.

En termes de lutte contre le sous-emploi, peut-on déjà commencer à faire un bilan de cette année 2013 ?

Nicolas Goetzmann : Pour 2013, le Président est comptable d’une hausse de 5.6 % du chômage, soit 176 000 chômeurs de plus sur la seule catégorie A. A titre de contre-exemple, le chômage aux Etats Unis a baissé de 30 % en 3 ans, simplement pour rappeler qu’il existe des politiques efficaces, que le politique peut agir et que le chômage n’est pas une fatalité. 

Mais les politiques mises en œuvre en France ne sont que des politiques défensives contre un mal qui est effectivement envisagé sous l’angle de la fatalité. Les emplois aidés, la réduction du temps de travail, toutes ces mesures ne sont qu’une réaction contre l’abandon d’une politique totalement oubliée : la poursuite du plein emploi. Et pourtant, économiquement, rien ne saurait justifier un tel abandon. Rien que sur le champ sémantique, le gouvernement a déjà perdu la bataille en annonçant vouloir "lutter contre le chômage" plutôt que de poursuivre une politique de plein emploi. Le défensif s’est substitué à l’offensif, et les réformes ne sont pas du tout les mêmes dans les deux cas. Avec ce choix de mots, la France renonce au plein emploi, et c’est bien cela qui est le plus insupportable. Le résultat est une politique de boutiquier.

Aucun secteur marchand ne recrute dans le pays, seules les collectivités publiques et les associations y parviennent, c’est-à-dire que les emplois aidés sont la seule ressource du gouvernement en matière de chômage. Je le répète, la seule solution proposée au pays pour tenter de résorber le chômage est l’emploi aidé, ce qui est de fait la totale négation de ce que peut le pouvoir politique en matière de politique économique.

>>>> Sur le même sujet : (Non) Inversion de la courbe du chômage : ceux qui peuvent espérer une amélioration, ceux pour qui ça va rester dur

Christophe De Voogd : Je commencerais par dire que la communication "optimiste" du gouvernement depuis le début de la semaine échoue sur la réalités des chiffres, malgré tous les efforts de présentation alambiquée des résultats de novembre. Il serait peut- être temps d'arrêter les effets de rhétorique et de "com" : la "baisse tendancielle de la dégradation", "l'amorce progressive de l'amélioration" et autres "c'est moins pire que si c'était plus grave" ne sont plus de saison. 

Seule est vérifiée l'aggravation du chômage en France d'environ 6 % sur un an, +12 % depuis 18 mois. Et ce, peu ou prou, pour toutes les catégories statistiques, à un rythme nettement plus fort que dans la période précédente (+30 % en moyenne mensuelle). Ce qui suffit à dissiper le leitmotiv de "l'héritage", même si les problèmes structurels de l'économie française existaient déjà, évidemment. L'actuel gouvernement n'a fait que les aggraver. Ce qui n'exclut pas, comme je l'ai dit antérieurement, une "inversion de la courbe du chômage"... de temps à autre... qui sait ? Le mois prochain peut-être...

Mais dans un pays où les destructions nettes d'emplois continuent (là encore, depuis 18 mois), la baisse du chômage ne peut être qu'un artifice administratif. Le vrai enjeu est celui de la compétitivité de l'économie. Point barre.

La politique des emplois et des contrats aidés a été au centre de la stratégie Hollande contre le chômage. Ne peut-on pas dire paradoxalement que ses effets ont été contre-productifs ?

Christophe De Voogd : N’oublions pas tout d'abord que ces contrats ne sont pas une exclusivité de la gauche : il y en a eu jusque 40 .000 sous Nicolas Sarkozy. A quoi s’ajoutent désormais emplois d’avenir et contrats de génération : 100 000 à ce jour.

Les estimations du coût varient car il dépend du nombre, du type de contrats signés et de la nature de l’employeur ; en effet les règles diffèrent entre secteur non marchand et marchand !  Pour les emplois d’avenir le coût moyen est d’environ 11 000 euros par an, d’après l’Institut de l’entreprise. Le consensus est qu’à plein régime, le dispositif coûtera en 2014 dans les 3,3 milliards d’euros ; et il s’agit là de dépenses annuelles, donc récurrentes.

Quant au coût unitaire par emploi aidé, il  est certes bien inférieur au coût du même emploi, s’il s’agissait d’un emploi public "normal", d’autant qu’il s’agit de temps partiels. Mais c’est l’expression "emplois créés" qui pose problème : il faudrait enfin comprendre en France que l’État ne crée, économiquement parlant, aucun emploi ! il crée des impôts - ou de la dette -  qui lui permettent de financer des emplois. Seules les entreprises créent de l’emploi à partir de la production de richesses marchandes. Fait économique élémentaire mais qui reste largement ignoré dans notre pays, à gauche et même à droite ; et même chez certains économistes….

La réponse découle logiquement de ce qui précède : ce qu’il faut apprécier,  c’est le coût non pas pour l’État, mais pour l’économie, de ces dispositifs : autant de charges supplémentaires sur les contribuables actuels ou futurs, d’autant que ces emplois sont essentiellement non-marchands ; donc autant de freins supplémentaires à notre compétitivité déjà si mal en point. Pour les bénéficiaires de ces emplois, ils peuvent y trouver une bouffée d’oxygène bien nécessaire mais gare à l’illusion : ces CDD ne conduisent que très rarement à un emploi marchand. L’expérience des années Jospin, toujours rappelée, est un leurre car les débouchés obtenus l’ont été dans le secteur public et parapublic. Pérennisation de l’emploi qui signifie en fait  pérennisation des charges pour la société. Nous n’en avons plus les moyens. Certains, comme Bertrand Martinot dans son récent ouvrage "Chômage : inverser la courbe" vont même jusqu’à dire que ces emplois aidés pourraient être contreproductifs pour les intéressés en entretenant l’illusion de leur employabilité.  La vraie réponse au chômage des  non qualifiés est d’abord  la formation professionnelle : à quand l’ouverture du chantier ? 

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le nouveau livre de Nicolas Goetzmann :Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !