Le football au centre d’une bataille géopolitique et économique en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
La commission d'éthique de la Fifa a annoncé la suspension pour huit ans de toute activité liée au football du président de l'UEFA, Michel Platini. Le président démissionnaire de la fédération internationale, Sepp Blatter, a écopé de la même sanction.
La commission d'éthique de la Fifa a annoncé la suspension pour huit ans de toute activité liée au football du président de l'UEFA, Michel Platini. Le président démissionnaire de la fédération internationale, Sepp Blatter, a écopé de la même sanction.
©Reuters

Faites vos jeux

Le football au centre d’une bataille géopolitique et économique en 2015

L’année 2015 restera marquée par les scandales en série qui ont frappé l’ONU du football, cette église (la FIFA) dirigée par le même Pape depuis 1998… La mondialisation du football et sa marchandisation suscitent des convoitises. Qui sera le prochain président de l’association mondiale, quelle sera sa politique ? La présidence de la FIFA n’est pas une fonction sportive. C’est un poste politique où s’expriment des préoccupations géopolitiques et économiques.

Pascal PERRI

Pascal PERRI

Consultant économique de RMC Sport. Auteur de « Ne tirez pas sur le foot », Editions Jean Claude Lattès. 

Voir la bio »

Jamais sans doute, un candidat n’aura du affronter autant d’obstacles que Michel Platini pour simplement gagner le droit d’accéder à une élection. L’ancien capitaine des bleus, icône du football tricolore ne sera pas président de la FIFA, l’organisation mondiale du football. La bataille engagée autour de ce scrutin n’a rien d’un match amical. C’est un combat politique qui se joue. Deux visions du football s’affrontent derrière la personnalité des candidats. 

La gouvernance du football mondial a été défaillante. Le rapport de Michael Garcia, ancien juge de New York sur la gestion de la FIFA est accablant. Il dénonce les conditions d’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022. Michael Garcia avait été procureur dans un tribunal du sud de New York. C’est de ce tribunal que sont parties les procédures à l’encontre de dirigeants de l’organisation. 7 inculpations avaient été prononcées début 2015, suivies par d’autres poursuites en ce mois de décembre. La ministre de la justice américaine ne mâche pas ses mots : « où que vous soyez, nous vous trouverons ». Les Etats Unis ne veulent pas d’une ONU du football corrompue. Je tiens le pari que le successeur de Sepp Blatter à la tête de l’organisation sera proche des nouveaux territoires du football. Platini, ancien proche de Blatter, ne pouvait être considéré comme un Monsieur propre. 

Platini n’a jamais été le candidat des Etats Unis pour d’autres raisons. Pour simplifier, deux visions du football  s’affrontent : d’un coté celle du Français, président de l’UEFA, promoteur d’un marché règlementé, de l’autre les tenants d’une conception plus libérale du « sportainement ». Michel Platini est le père du Fair Play financier. Cette réforme est la grande affaire de son mandat européen. L’objet du Fair Play Financier est de casser le modèle  de croissance par l’endettement. Il impose des critères de bonne gestion et imposera à terme aux entreprises de  ne pas dépenser plus que les revenus produits par l’exploitation. Deux objectifs directs : combattre le football des oligarques, dangereux par nature, qui alimente l’inflation des salaires et réduire la part des dettes associée aux transferts démentiels du marché européen. Les Américains préfèrent l’école d’économie libérale au modèle keynésien. Platini aurait été un excellent dirigeant de la FIFA mais il est l’enfant légitime d’un continent qui aime la régulation. 

La marchandisation du sport professionnel est une vieille tradition américaine mais on remarquera que les dirigeants des entreprises sportives de ce vaste territoire sportif ont su se protéger. Les Franchises sont propriétés privées, les ligues sont fermées. Aux Etats Unis, on cherche d’abord à rassurer les investisseurs. L’esprit sportif a beaucoup décru, d’abord par ce que le sport professionnel n’y est que très peu menacé par l’incertitude du résultat. Ni promotion, ni relégation. Les compétitions y sont fermées. C’est le football du 21e siècle qui se joue en ce moment. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !