Laurent Wauquiez en Tonton Flingueur! Et qu'est ce qu'il balance… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Laurent Wauquiez en Tonton Flingueur! Et qu'est ce qu'il balance…
©AFP

Du cinéma à l'ancienne

Laurent Wauquiez en Tonton Flingueur! Et qu'est ce qu'il balance…

Le spectacle est garanti tout public. Et vous saurez tout sans même payer un ticket d'entrée.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le patron des Républicains est ce qu'on appelle un premier de la classe. Il est sorti majeur de l'ENA. On se demande d'ailleurs comment il a fait . Car à l'écouter on ne peut s'empêcher de penser qu'il a passé le plus clair de son temps à visionner  les films d'Audiard.

Il parle comme tout le monde quand on est accoudé au comptoir devant un verre. C'est du bon. Du solide. Du robuste. Du brut de décoffrage. Mais parler comme ça, ça ne se fait pas quand on est bien élevé. Mais Laurent Wauquiez est-il bien élevé?

Benjamin Grivaux, le porte-parole du gouvernement répond par la négative. Wauquiez c'est, selon lui, "diffamation, injures, vulgarité". Christophe Castaner est un peu plus nuancé : "La vraie nature de Wauquiez c'est de mépriser les journalistes, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et même de se convaincre que Macron l'a copié".

Venons-en maintenant –car nous vous sentons impatients- aux "diffamations injures et vulgarité". Le président des Républicains donnait un cour dans une école demanagement de Lyon. C'était du "off". Mais quel "off" peut-il y avoir quand on s'adresse à des centaines d'étudiants ?  D'emblée Wauquiez avait prévenu : "Si j'ai la moindre interface qui sort par le moindre élève là pour le coup ça se passera mal". A qui le chef des Républicains fera-t-il croire qu'il est naïf et tombé de la dernière pluie ?

Voilà donc ce qui est sorti. Si ce n'est pas de l'Audiard ça y ressemble un peu. Des propos exterminatoires, des mots au lance-flammes, à la sulfateuse ou à la tronçonneuse. A tout seigneur tout honneur il a commencé par Macron. Le président de la République l'a "copié" l'ayant vu en "bras de chemise".

 Un amuse-gueule. Le lourd, le plat de résistance vient après. "Que Fillon gagne la primaire et que derrière Macron le démolisse, ça je suis sûr et certain qu'il l'a organisé. Je pense qu'ils ont largement contribué à mettre en place la cellule de démolition. Je n'ai aucun doute que le machin a été totalement téléguidé"! On vous l'a dit, il y va franco Wauquiez.

Passons sur des petites piques concernant Merkel (totalement dépourvue de "charisme") et Sarkozy ("il faisait écouter les portables de ses ministres"). Le meilleur, le plus féroce, le plus sanglant est à venir. L'homme à abattre s'appelle Gérald Darmanin. Et là Wauquiez tire en rafales.

Le ministre des Comptes publics est qualifié de "Cahuzac puissance 10". Wauquiez évoque l'interview  du 15 janvier de Darmanin quand il était visé par une plainte pour abus de faiblesse.  "Mais c'est un monument à regarder ce truc. Le type sait très bien ce qu'il a fait. Il sait très bien ce qu'il va arriver. Vous penserez à moi dans les semaines qui viennent mais lui je ne lui promets pas un grand destin."

 Et encore ce qui suit. Wauquiez a demandé à plusieurs reprises la démission de Darmanin. "J'ai sorti ça, j'ai été en minorité à l'intérieur de mon parti. Moment très dur pour moi à gérer. J'ai eu toute une série de voix dissonantes : non, mais nous on trouve que c'est bien, faut qu'il reste, présomption d'innocence. J'ai eu une séance de débat autour de la table avec un certain nombre de responsables de notre famille politique. En les regardant dans les yeux je me demandais : il y en a combien qui se disent "pourvu que ça m'arrive pas".

On ne savait pas que les obsédés sexuels étaient si nombreux que ça à la direction des Républicains. Wauquiez, lui, doit savoir. Quand il s'exprime comme ça, nous on aime bien Wauquiez, la vie politique étant tellement soporifique. Certes il lui reste encore un peu de chemin à faire pour égaler Bernard Blier et Francis Blanche.

PS: Wauquiez vient d'annoncer qu'il envisageait des poursuites contre ceux qui ont enregistré et diffusé "illégalement ses propos". On tremble… On apprend également qu'il s'est excusé auprès de Nicolas Sarkozy : il a bien fait. Mais pas auprès des autres : il a bien fait.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !